FLASH
[24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  |  Corse : 25 cocktails Molotov ont été lancés cette nuit contre la sous-préfecture de Corte sans faire de blessé  |  Non confirmé : un attentat terroriste aurait été évité ce matin à Anvers  |  Un Français a été enlevé par des musulmans au Tchad  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 8 septembre 2009

  



Michel Garroté

Mardi 8 septembre 2009  – 19 Elul 5769

Je tombe sur un article à propos du mal et plus particulièrement à propos du mal qui engendre la guerre (article publié ci-après). J’ai quant à moi déjà écrit que le pacifisme et l’aveuglement face à Hitler ont énormément aggravé et prolongé la seconde Guerre mondiale. J’ai également écrit que la Shoah reste un crime unique dans l’histoire en raison de sa particularité et en raison de la façon dont elle a été menée. Il se trouve que les sites et blogues qui publient mes articles sont des sites et blogues laïcs. Ce qui ne veut pas dire laïcistes au sens absolutiste du terme. Et justement, l’article ci-après constitue une analyse théologique et philosophique du mal et de la guerre. Personnellement, je ne l’aurais pas rédigé de la même façon que son auteur, Gérard Leclerc. Cela dit,  il m’a semblé utile de verser cet article à notre dossier, car cela fait tout siplement partie de notre vocation, à savoir le travail des idées.



Or donc, à propos de la seconde Guerre mondiale en particulier et du mal en général, Gérard Leclerc, pour France catholique, dans un éditorial intitulé « 70 ans après », écrit notamment (extraits) :  « Il y a donc soixante-dix ans qu’était déclenché l’effroyable cataclysme de la Seconde Guerre mondiale. Benoît XVI a tenu à rappeler le souvenir de cette guerre, le dimanche 6 septembre, lors de sa visite à Viterbe, avant de se recueillir sur le tombeau de saint Bonaventure : « Nous ne pouvons pas ne pas nous rappeler des faits dramatiques qui ont été à l’origine de l’un des conflits les plus terribles de l’histoire, qui a causé des dizaines de millions de morts et provoqué tant de souffrance au bien-aimé peuple polonais ; un conflit qui a vu la tragédie de l’Holocauste, et l’extermination d’autres foules innocentes. » Le Pape a aussi mis en évidence les maux qui produisirent tant de massacres : la violence, le racisme, le totalitarisme et l’extrémisme, qui « défigurent l’image du Créateur en l’homme, effaçant l’horizon de Dieu et, par conséquent, conduisent au mépris de l’homme lui-même ».



Benoît XVI répond à sa mission en insistant sur l’étiologie du mal. Il est d’autres paramètres utiles pour analyser les origines proches ou lointaines du conflit, celles qui se rapportent aux erreurs des politiques, aux conséquences des traités qui ont redessiné le centre de l’Europe, sans prendre garde aux déséquilibres qu’ils introduisaient dans les rapports entre nations. Mais l’insistance sur la question du mal, loin d’être superflue, apparaît fondamentale dans la dramaturgie du XXe siècle. Déjà un Georges Bernanos (photo ci-dessus) avait été bouleversé par la Première Guerre mondiale et avait souligné l’inadéquation foncière entre l’ampleur des affrontements et l’idéologie scientiste et progressiste qui prétendait alors régir la culture européenne. Celle-ci était dans l’incapacité foncière de comprendre l’horreur du XXe siècle et de lui apporter le moindre remède. De la Première Guerre mondiale sont nés deux totalitarismes, le communisme et le nazisme.



L’un et l’autre s’analysent comme des idéologies, c’est-à-dire, selon Soljenitsyne (photo ci-dessus), comme des facteurs incitatifs et multiplicateurs de la violence inhérente aux rapports humains. Mais leur aspect le plus pernicieux ne vient pas de leur contenu programmatique, aussi aberrant soit-il, ni même des faux idéaux qu’ils revendiquent. Il se rapporte exclusivement à leur légitimation des transgressions les plus graves, celles qui contreviennent à la dignité humaine et à la loi de Dieu. Lorsque les lois non écrites sont bafouées et niées, lorsque le Décalogue est oublié, lorsque les Béatitudes sont foulées aux pieds, ne reste que la volonté de puissance sans autre règle qu’elle-même. Les deux totalitarismes sont sortis vaincus du vingtième siècle. Mais nous ne sommes pas prémunis pour autant des menaces sur l’intégrité de l’humanité. (…) C’est pourquoi, il faut retenir, comme première leçon, l’avertissement du Pape : sauvegarder à tout prix l’image du Créateur en l’homme  ».



  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz