FLASH
Lors d’une conversation téléphonique, Trump a convaincu Softbank d’investir 50 milliards $ et de créer 50 000 emplois aux Etats-Unis  |  3 électeurs de Floride font un procès en demande de recomptage de l’élection (Trump a 120 000 voix de plus que Clinton)  |  Attaque raciste de CNN qui ne digère pas l’élection de Trump, cette fois contre Ben Carson  |  En réponse à Trump, Boeing indique qu’il a un contrat de 170 millions $ pour « aider à déterminer » les besoins d’Air Force One  |  Belgique : arrestation de 8 jihadistes à Anvers, Bruges, Saint-Nicolas et Schaerbeek qui recrutaient et finançaient ISIS  |  Avec 89.5% des voix, Angela Merkel a été réélue à la tête du CDU  |  Trump : « Boeing construit un nouvel Air Force 1 à 4 milliards $ pour les futurs présidents. C’est bien trop ! il faut annuler la commande !  |  L’ex directeur du Pentagon Leon Panetta soutient la nomination par Trump de « Mattis le chien fou » et recommande aux démocrates de valider sa candidature  |  Devant les membres de son parti, Merkel demande l’interdiction de la burqa et est ovationnée en réponse  |  Bruno Le Roux nommé 1er ministre. Si dans une entreprise on nommait PDG un petit cadre, ce serait la faillite – pareil pour la France  |  Des coups de feu ont été tirés sur un poste de police d’Albertslund au Danemark – 1 policier blessé – motif encore inconnu  |  Bernard Cazeneuve vient d’être nommé premier ministre. Mais sil sont bons à tout c’est qu’ils sont bon à rien disait ma grand-mère  |  Trump a démontré qu’il est le 1er président qui n’a pas besoin des médias, il va les court-circuiter pour parler aux Américains  |  Moscou et Pékin mettent leur veto à une résolution de l’Onu pour une trêve à Alep  |  Hillary Clinton atteint maintenant 2.6 millions de votes de plus que Trump – et ça n’a toujours aucune valeur  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 10 septembre 2009

« Al Qaida cherche toujours à utiliser des avions commerciaux pour attaquer l’occident. C’est une obsession pour eux après le succès inespéré des attaques du 11 septembre 2001 », a expliqué à la BBC un expert des services britanniques du contre-terrorisme. Ainsi, la série d’attentats utilisant des explosifs liquides prévue en 2007 contre des avions opérant en Europe, pour lequel trois musulmans britanniques ont été reconnus coupables lundi 7 septembre, a été fomenté au Pakistan par des hommes liés à Al-Qaïda. « Une grande partie de ce complot a été pensée et conçue au Pakistan », a souligné un officiel britannique après le verdict.

 

 

Bien qu’affaibli par des revers militaires et idéologiques, Al Qaïda reste animé d’une volonté intacte d’épuiser l’Occident dans une guerre globale, notamment sur le sol américain , estiment les experts.

 

 

 

Certes, les mesures de sécurité prises depuis les attentats du 11 septembre 2001 ont réduit la capacité du mouvement à frapper au coeur de l’Occident et la guerre de l’ombre mené contre lui a clairsemé ses rangs.

 

 

 

Mais le spectre de celui qui se présente comme l' »adversaire patient et acharné » de l’Occident, plane toujours. Al Qaïda reste une menace sérieuse, même si elle n’a pas réagit sur le sol américain depuis les attentats du 11 septembre 2001.

 

 

 

La mouvance djihadiste est en effet bien implantée dans les zones tribales pakistanaises, où l’on pense Ben Laden et son bras droit Aymane al Zaouahri sont réfugiés. A partir de ce fief, Al Qaïda a tissé des liens étroits avec des groupes semi autonomes mais idéologiquement proches d’Asie, du Moyen-Orient et d’Afrique qui ont frappé à Bombay ou Lahore après l’avoir fait à Madrid, Londres ou Alger.

 

 

 

Les tueries aveugles de civils en Irak et l’absence de vision politique raisonnable avaient pourtant affaibli la crédibilité et la capacité de recrutement d’Al Qaïda dans le monde musulman. Mais  le noyau dur de ses dirigeants est sûr de leur cause et constate que des crises comme celle de Gaza regonflent le moral des djihadistes partout dans le monde.

 

 

 

Face à Al Qaeda,  la naïveté de Barack Obama est totale. Ce n’est pas en lançant un appel au dialogue avec les musulmans, en fermant Guantanamo et en dénonçant la politique de son prédécesseur qu’il va réussir à faire aimer l’Amérique dans le monde arabe. Pour les stratèges d’Al Qaeda, la politique d’Obama est un signe de faiblesse. Les plus fanatiques comptent passer à l’action pour montrer leur détermination à mener la « Guerre sainte ».

 

 

 

L’autre  danger vient aussi  du fait qu’Obama a laissé tomber trop rapidement les politiques sécuritaires de George W. Bush. Washington desserre l’étau mais Ben Laden, lui, ne change rien à sa politique. Il est toujours dans la même logique de confrontation et de guerre sainte.

 

 

Il y’a aussi le fait que l’organisation a ouvert des filiales de la terreur un peu partout dans le monde. Aujourd’hui, Al Qaeda est présente en Afghanistan, au Pakistan, en Irak, en Syrie, en Algérie, en Europe. Elle profite des régimes faibles, comme le soudanais ou le somalien, pour tisser sa toile. Elle est très mobile pour atteindre les capitales occidentales.

 

 

 

Il faut encore se rappeler que  le terrorisme est utilisé comme mode de pression diplomatique. Les dictatures du Sud ne supportent pas les discours sur les droits de l’homme et brandissent le terrorisme comme une anarchie globale qui risque de s’étendre aux démocraties du Nord.

 

Conséquence : des Occidentaux préfèrent soutenir des présidents corrompus comme Asif Ali Zardari au Pakistan, Nouri al-Maliki en Irak, Hosni Moubarak en Egypte… Des régimes totalitaires et clientélistes.

 

 

 

Il y a enfin  le Sahel, le Mali, le Tchad, la Mauritanie et la Somalie où le pouvoir est très contesté et la guerre civile couve. Résultat : Al Qaeda vient s’installer pour recruter des agents et utilise ce terrain comme zone de guerre. Le problème est que ces pays  sont très faibles. Il y a aussi le cas de la Somalie, devenue une base pour Al Qaeda. Si demain, le Soudan tombe, il sera aussi investi par l’organisation de Ben Laden.

 

 

 

Ftouh Souhail, Tunis

 

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz