FLASH
[25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 septembre 2009

Le dictateur bouffon Mouammar Kadhafi a prévu d’assister à la prochaine Assemblée Générale de l’ONU qui se réunira le mercredi prochain à New York. Il va plaider devant cette noble assemblée le démantèlement de la Suisse et le rattachement des 3 communautés linguistiques à leur pays frontaliers. La Suisse italienne serait remise à l’Italie,  Zurich et à Bâle à l’Allemagne et le canton de Genève et Bale à la France.

 

 

Ahmadinejad sera  aussi reçu à l’Assemblée Générale de l’ONU à New York, par  le nouveau président de la 64e session  le libyen, Ali Abdessalam Triki, ancien ministre des Affaires Etrangères élu en juin 2009  par acclamation.

 

Il faut dire qu’entre l’Iran et la Libye le travail en commun à la direction des grandes organisations internationales est de routine. Ahmadinejad recevra donc à l’ONU les honneurs dus à son rang.

 

Dans cette assemblée de 192 membres dont beaucoup ont un palmarès des Droits de l’Homme déplorable, les Etats démocratiques seront comme d’habitude  minoritaires. L’Iran et la Libye seront les stars de l’Assemblé.

 

Pour la Libye, c’est une vieille histoire. Kadhafi, dont on se répète les foucades et les rodomontades, a obtenu un label de respectabilité et depuis lors les honneurs et présidences n’ont cessé de pleuvoir sur lui ou son pays. L’ancien paria devenu le Président de l’union africaine, a infligé au Président de la Suisse, venu à Tripoli comme d’autres à Canossa, l’humiliation de s’excuser pour le travail normal de la justice genevoise vis-à-vis des exactions du fils Kadhafi. Et que dire de l’accueil enthousiaste et provocateur de l’organisateur de l’attentat de Lockerbie, Abdelbaset al Megrahi ? La liesse populaire s’adressait clairement à l’auteur d’un glorieux fait d’armes contre l’Occident, libéré pour des raisons médicales qui cachent mal l’espoir d’une avancée financière.

 

La Libye est un pays désertique sans poids culturel ou historique dans l’Islam, son économie se borne à l’utilisation de la rente pétrolière au seul bénéfice du Guide. Le passé de celui-ci est rempli d’actes terroristes. Sa dictature ne permet aucune ébauche de critique. Et il semble qu’il puisse tout se permettre. Mais il y a bien des raisons à la faiblesse parfois complaisante des démocraties : le pétrole et le commerce, les enjeux humanitaires, pour sauver des innocents pris en otages, peut-être aussi une certaine indifférence sur ces « colifichets » que sont des présidences honorifiques et fictives. Mais c’est une démission morale que de faire silence sur les violations de la liberté pour ne tenir compte que de calculs politiques.

 

Mercredi prochain le dictateur bouffon Mouammar Kadhafi prononcera son premier discours en 40 ans de règne devant l’assemblée générale de l’ONU. Les  délégués s’en amuseront très probablement car Kadhafi est ridicule et fantasque. Et personne ne l’écoutera ni le prendra au sérieux à New York.



Mais aussi  personne ne pardonnera la moindre provocation à l’ancien enfant terrible de la communauté internationale. Les Américains ont averti le renard du désert: il devra se conduire en gentleman s’il entend séjourner deux semaines dans la Grande Pomme comme il l’a laissé entendre. S’il veut visiter des musées et des monuments, il le pourra, mais discrètement, sa garde rapprochée, embarquée dans trois gros porteurs, étant priée de se tenir à carreau. Qu’il ne compte pas non plus sur un tapis rouge, même s’il tient les rênes l’Union africaine et que le libyen Ali Triki préside la 64e session de l’Assemblée générale.



Autre «no» des autorités américaines aux caprices de Kadhafi: elles lui ont interdit de planter sa fameuse tente bédouine dans les jardins de la résidence libyenne à l’ONU, puis à Central Park et finalement à Englewood, une petite ville du New Jersey à une vingtaine de kilomètres au nord de Manhattan, où l’Etat libyen possède un terrain.



Le symbole aurait été fort: des familles de passagers tués dans le vol Pan Am 103, l’avion qui a explosé au-dessus du village écossais de Lockerbie en 1988, y vivent. Mais c’était sans compter sur la mobilisation publique de ces proches des victimes de l’attentat. Elles ont crié au scandale et ont réussi à faire déguerpir la délégation libyenne. Surtout après l’accueil triomphal d’Abdelbassed al Megrahi à Tripoli.



Bref: New York qui vient de fêter le huitième anniversaire des attentats du 11 septembre n’est ni Rome, ni Paris où Kadhafi a été accueilli en roi d’Afrique. Aux Etats-unis, la fermeté est de rigueur avec ceux que les journaux américains appellent les «despotes» qui défileront à l’ONU. Ahmadinejad en fait également partie comme le président vénézuélien Hugo Chavez ou Raul Castro, l’homme fort de Cuba.

 

Ftouh Souhail

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz