FLASH
[22/03/2017] la BBC s’est rétractée, l’auteur de l’attentat ne serait pas Abu Izzadeen qui est toujours en prison selon son avocat  |  Abdelghani Merah: « le salafisme devrait être interdit en France »  |  Coups de feu à l’extérieur de l’immeuble du parlement de Londres  |  Erdogan : « la démocratie est comme un train. On le prend, et on descend quand on arrive à destination »  |  Le procès du #MurDesCons débutera le 4/12/18 : la justice politisée sait traîner ou aller vite  |  Erdogan répète ses menaces : « aucun Européen ne peut marcher tranquillement dans aucune rue du monde si l’Europe de change pas d’attitude »  |  La candidate russe à l’Eurovision interdite d’entrée en Ukraine  |  Blocus ? Apartheid ? 845 étrangers et professionnels sont entrés en Israël depuis Gaza hier  |  Erdogan prévient que « les Européens ne vont pas être en sécurité cette attitude de l’Europe continue »  |  [21/03/2017] Mathias Fekl, un illustre inconnu, remplace l’autre inconnu Le Roux au poste interchangeable donc inutile de ministre de l’Intérieur  |  Il promettait une république irréprochable, Hollande ! Le corrompu ministre socialiste Le Roux démissionne  |  Somalie Mogadishu : attentat suicide – oui, encore des musulmans. 7 morts et 10 blessés  |  Le Parquet National Financier ouvre une enquête contre Le Roux, le ministre de l’Intérieur de la gauche morale  |  Afghanistan : les talibans tuent 6 membres de services de renseignement dans la province d’Helmand lors d’un attentat suicide avec une voiture chargée d’explosifs  |  Egypte : ISIS affirme qu’un de ses snipers a tué un soldat égyptien le 19 mars à el-Arish dans le Sinaï  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 23 septembre 2009


Michel Garroté

Mercredi 23 septembre 2009  – 5 Tishri 5770

Lorsque je suis passé – de façon libre et responsable – de l’athéisme au catholicisme,  j’ai dû acquérir des connaissances avant d’avoir accès à certains sacrements.  J’appris notamment que les trois vertus théologales de l’Eglise catholique sont la foi, l’espérance et la charité.  J’appris également que le catholique est invité à pratiquer le pardon et la réconciliation.  C’était en 1983.  Et dès cette époque,  je fis,  aussi,  la découverte progressive de la culture juive,  tout en restant catholique.  Je découvris que notre vertu théologale de l’espérance est d’origine juive :  hatikva.  Et que le pardon,  lui aussi,  est d’origine juive.  Il est vrai que les catholiques nous sommes – au moins en théorie… – très attaché au pardon.  Mais savons-nous que ce pardon à une origine juive ?  A cet égard,  je publie ci-dessous un texte de Thérèse Zrihen-Dvir sur le jour du Grand Pardon.



Thérèse Zrihen-Dvir
En ce jour sublime et grave, la communauté juive du monde entier tend les mains vers les cieux, vers le créateur pour l’implorer de lui pardonner toutes les fautes commises, toutes les méprises, les tentations, le mal qui a été fait intentionnellement ou non à nos semblables.  Ces mêmes mains nues réclament surtout le pardon pour notre légèreté et mégarde à D.ieu, à ses commandements, à sa création, à notre négligence et notre manque de compassion et d’amour envers nos prochains.  En ce jour merveilleux, les juifs reprennent enfin leur image initiale qui s’était estompée.  Pour certains, elle s’était complètement effacée durant toute l’année précédente, éclipsée par les événements, par la course infernale vers le matérialisme, vers le présumé confort, vers les feux d’une gloire éphémère et oiseuse.

Les juifs ressemblent en ce jour unique à leur créateur.
Les juifs deviennent aux approches du Grand Pardon, plus téméraires dans leur vulnérabilité, plus sensibles aux voix des autres, plus ouverts à les comprendre, à mieux les évaluer, voire même à leur pardonner leur méchanceté, leurs malentendus, leur cruauté et leurs crimes contre leurs frères.  Le Jour du Grand Pardon n’est pas seulement un jour de pénitence et de jeûne, mais surtout un jour de triomphe.  Il incarne la régression du mal et sa défaite,  l’apothéose splendide et la gloire du Seigneur, de son amour pour ses enfants, pour sa création.  En ce jour merveilleux, D.ieu abolit tout l’enjeu de la haine et le remplace par Sa tendresse ineffable pour ses enfants et pour tout cet univers merveilleux qu’il leur a crée.  En ce jour sublime nous tous devenons les messagers de l’Eternel en clamant tout haut sa gloire, sa miséricorde, son amour pour nous tous, ses enfants, et en lui demandant humblement de verser dans nos cœurs un torrent de lumière, de sagesse et de bonté.

Il n’existe plus de politique, plus de conflits, plus de haine, seul ce sentiment prodigieux et magique qui nous envahi et nous pousse à nous aimer, à nous admettre, à tendre notre main à l’autre, qu’importe ce qu’il représente, qu’importe ses desseins à notre encontre. 
Y a-t-il de plus grand cadeau, de plus grand bonheur que celui d’aimer et de se savoir aimé, apprécié et indispensable ?  Non !  Même toutes les richesses du monde ne réussiront jamais à substituer l’éclat éblouissant de cette sensation qui nous transporte.  Les richesses terrestres sont éphémères.  Elles ne cessent de passer d’une main à l’autre.  Grand-père me disait étant enfant : Apprend bien ceci, on n’emporte avec soi que ce que l’on fait. La vie est une aventure, on y pénètre par une porte aussi nu qu’un ver pour la quitter par une autre aussi nu que nous y sommes entrés.  Devant les grandes portes du temple divin, je veux encore croire que tout est possible, qu’aucune vie n’est jamais ratée, que les êtres humains sont capables de surmonter leurs penchants, leurs préconceptions erronées, leur convoitise, leur ambition pour recouvrir l’image que notre créateur leur a souhaité à leur naissance.

Je veux croire que la paix, l’entente, la tolérance, la collaboration contre les fléaux naturels sont les vrais objectifs de tous les êtres humains sur terre.  Je rêve les yeux ouverts à ce monde où l’harmonie et l’amour sont maîtres, où le Satan ne trouve plus de place, ni ne réussit à capturer des proies pour mettre ses desseins néfastes à exécution. 
Prions tous, mettons tous notre cœur dans cette offrande à l’amour et je ne doute guère qu’elle sera entendue par notre créateur.

Thérèse Zrihen-Dvir

  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz