FLASH
[24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  |  Corse : 25 cocktails Molotov ont été lancés cette nuit contre la sous-préfecture de Corte sans faire de blessé  |  Non confirmé : un attentat terroriste aurait été évité ce matin à Anvers  |  Un Français a été enlevé par des musulmans au Tchad  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 4 octobre 2009

Le juge français d’instruction Patrick Ramaël et la France ont émis à travers Interpol quatre mandats d’arrêt internationaux dans l’enquête sur la disparition de l’opposant marocain Mehdi Ben Barka en octobre 1965 à Paris.

 

 

Les mandats visent Abdelkader Kadiri, ancien patron de la (DGED, renseignements militaires), le chef de la gendarmerie royale marocaine, le général Hosni Benslimane, qui officiait à l’époque au cabinet du général Oufkir. Les deux autres concernent Miloud Tounsi, alias Larbi Chtouki, l’un des membres présumés du commando marocain qui aurait enlevé Ben Barka à Paris, et Abdlekak Achaachi, agent du Cab 1, une des unités des services marocains ultra secrète.

 

 

Driss Basri, l’ancien homme fort d’Hassan II, décédé en août 2007 avait affirmé tout ignorer de PF3, un ancien centre de détention situé à Rabat où pourrait être enterré le corps de Ben Barka, jamais retrouvé.

 

L’opposant à Hassan II avait été enlevé le 29 octobre 1965 devant la brasserie Lipp, en plein centre de Paris. Cette disparition a donné lieu à de nombreux rebondissements et à quelques condamnations, insuffisantes selon les proches de Mehdi Ben Barka qui ont toujours mis en cause Hassan II, le roi, décédé en 1999. Ce dernier affirmait qu’il s’agissait d’une affaire « franco-française ».

 

Ftouh Souhail, Tunis

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz