FLASH
[22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  |  [21/06/2017] Michigan – Attentat terroriste : un musulman d’origine canadienne s’est jeté sur un policier, l’a poignardé en hurlant allahu akbar  |  Bayrou, Ferrand, Goulard et Sarnez : 4 ministres sur 18 éjectés du gouvernement pour soupçon d’emplois fictifs  |  Sondage : l’identité française menacée pour 70% des Français – qui ne font rien pour que ça change  |  De mieux en mieux : le terroriste des Champs-Elysées était également fiché par Interpol et recherché par la Tunisie pour terrorisme  |  Attaque terroriste à Bruxelles: perquisition à Molenbeek  |  30% des Russes disent être musulmans  |  Anvers : les habitants sont barricadés chez eux. Les forces spéciales sont entrées dans une habitation  |  Surprise ! Le terroriste qui a tenté de se faire exploser à Bruxelles est un ressortissant marocain  |  Arabie saoudite : Mohammed bin Naif prête allégeance à Mohammed bin Salman, le nouveau prince élu par 31 des 34 membres du Conseil  |  L’Egypte livre du fuel à Gaza pour alléger la crise d’électricité déclenchée par Abbas  |  Belgique : Anvers – hélicoptères de la police, éviter la zone  |  Emplois fictifs: François Bayrou Sylvie Goulard Marielle de Sarnez quittent le gouvernement  |  Démission de François Bayrou  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 4 octobre 2009

Le juge français d’instruction Patrick Ramaël et la France ont émis à travers Interpol quatre mandats d’arrêt internationaux dans l’enquête sur la disparition de l’opposant marocain Mehdi Ben Barka en octobre 1965 à Paris.

 

 

Les mandats visent Abdelkader Kadiri, ancien patron de la (DGED, renseignements militaires), le chef de la gendarmerie royale marocaine, le général Hosni Benslimane, qui officiait à l’époque au cabinet du général Oufkir. Les deux autres concernent Miloud Tounsi, alias Larbi Chtouki, l’un des membres présumés du commando marocain qui aurait enlevé Ben Barka à Paris, et Abdlekak Achaachi, agent du Cab 1, une des unités des services marocains ultra secrète.

 

 

Driss Basri, l’ancien homme fort d’Hassan II, décédé en août 2007 avait affirmé tout ignorer de PF3, un ancien centre de détention situé à Rabat où pourrait être enterré le corps de Ben Barka, jamais retrouvé.

 

L’opposant à Hassan II avait été enlevé le 29 octobre 1965 devant la brasserie Lipp, en plein centre de Paris. Cette disparition a donné lieu à de nombreux rebondissements et à quelques condamnations, insuffisantes selon les proches de Mehdi Ben Barka qui ont toujours mis en cause Hassan II, le roi, décédé en 1999. Ce dernier affirmait qu’il s’agissait d’une affaire « franco-française ».

 

Ftouh Souhail, Tunis

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz