FLASH
[25/03/2017] Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  |  Corse : 25 cocktails Molotov ont été lancés cette nuit contre la sous-préfecture de Corte sans faire de blessé  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 25 octobre 2009

La saillie de Marine Le Pen contre Frédéric Mitterrand a de quoi mettre mal à l’aise. Même ceux que les propos du ministre de la culture et l’élan artistique autour de Roman Polanski ont choqués. Comme pour Clearstream, il ne sortira rien de bon de cette affaire. Une grande confusion, beaucoup de boue, un goût amer impossible à vidanger… C’est le lot des polémiques où le jugement de l’opinion précède un procès.

Le cinéaste va affronter ses juges. Il était temps. Seul un prétoire permet d’examiner en profondeur le déroulé des faits et la version de chacun. La victime a-t-elle été droguée en vue d’être violée ? L’agresseur était-il lui aussi sous l’emprise de stupéfiants ? Est-ce un comportement isolé ? La sanction est censée tenir compte de tous ces éléments. Il sera temps de dire, au vu du procès et du verdict, si la peine prononcée est justifiée.

Mais le prétoire médiatique n’a pas le temps d’attendre. Il tourne à plein régime. Ses règles sont moins formelles. Des apprentis procureurs en profitent pour faire de la surenchère. La dynastie Le Pen s’y connaît. En citant un extrait de La Mauvaise Vie, de Frédéric Mitterrand, pour exiger sa tête, Marine Le Pen a commis un réquisitoire empoisonné, qui feint de tout mélanger : le viol et la prostitution, la pédophilie et l’homosexualité.

Dans le livre incriminé, celui qui n’est pas encore ministre ne parle d’aucun acte sexuel sur mineur. Il explique, au contraire, avoir refusé un jeune garçon que lui proposait un proxénète. Sa confession est ailleurs. Dans le fait d’avoir une image si dégradée de lui-même qu’il pense devoir payer. Sans se faire la moindre illusion sur ce rapport inégalitaire qu’est la prostitution, même entre hommes majeurs. Il ne glorifie rien, parle de « mauvaise vie », et se livre au jugement. Faut-il interdire ces confessions ? Purger la littérature de chaque ligne où l’on parle d’actes sexuels tarifés ? Cela ne ferait pas disparaître la prostitution… L’exploitation se nourrit bien mieux de l’ombre que de la lumière.

Soyons clair : la prostitution, surtout en Thaïlande, représente une forme sauvage de marchandisation. Mais ce n’est pas toujours du viol. Si sordide soit-elle, la prostitution entre majeurs ne peut être mise sur le même plan qu’un viol sur mineur. Ni devant un tribunal ni dans l’arène médiatique. L’amalgame aurait-il eu la même saveur si l’auteur de La Mauvaise Vie était hétérosexuel ? Sans doute pas. Marine Le Pen n’a eu qu’à murmurer pour allumer un incendie imaginaire. En l’occurrence, une tradition judéo-chrétienne ayant choisi d’amalgamer homosexualité et pédophilie… Qu’importe la malhonnêteté du procédé. L’essentiel n’est-il pas d’incarner la colère populaire contre l’élite décadente, perverse et violeuse ?

Dans une autre émission, plus ancienne, la vice-présidente du Front national a cru bon d’exhumer les lignes d’un certain Daniel Cohn-Bendit sur la sexualité des enfants. Son auteur les a maintes fois regrettées. Il a critiqué la position de Frédéric Mitterrand et souhaite voir Polanski jugé. Mais la tentation est grande de profiter de toute cette boue pour faire le procès de Mai 68 et de la libération sexuelle. Comme si Marc Dutroux et tous les violeurs d’enfants étaient des soixante-huitards accomplis… Comme si la pédophilie n’était pas constituée à 90 % de cas d’inceste commis par de bons pères de famille, que le patriarcat et la domination masculine ont rendus tout-puissants.

Loin d’avoir libéré les pulsions de viol, Mai 68 a libéré la parole contre le viol. Les féministes s’en sont saisies pour dénoncer l’exploitation sexuelle et la sexualité non consentie. Aucun violeur, fût-il cinéaste, ne peut s’en revendiquer. Roman Polanski ne le fait pas. Pas plus que la prostitution, le libertinage n’a donc à être mêlé à cette affaire. Ce n’est pas l’émancipation, mais la domination qui conduit au viol. C’est donc la domination, et non l’émancipation sexuelle, qu’il faut juger.
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/10/09/la-liberte-sexuelle-n-est-pas-le-viol-par-caroline-fourest_1251725_3232.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz