FLASH
[29/05/2017] Manchester : nouvelle arrestation – au total 14 musulmans – de nouvelles perquisitions en cours  |  Berlin : voiture piégée avec plaques volées. Un jardin d’enfant et habitants évacués  |  [28/05/2017] Udi Segal channel 2- A Bethlehem Trump a hurlé sur Abbas: « vous m’avez piégé! Les Israéliens m’ont montré comment vous incitez au terrorisme  |  [27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  |  La police allemande a arrêté un islamiste à Essen  |  Egypte, des musulmans attaquent des Chrétiens coptes dans un bus: 24 morts, 16 blessés. Ils n’ont pas entendu les mots d’amour de Manchester  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 8 novembre 2009

L’attentat commis par un militaire musulman sur la base américaine de Fort Hood a choqué l’opinion américaine. 12 mort, 31 blessés. C’est la première fois que l’armée américaine est attaquée par l’islamisme sur son sol depuis le complot – avorté – de Fort Dix, dans le New Jersey, il y a deux ans.

Pourtant, l’intérêt des fanatiques musulmans pour l’armée américaine n’a jamais faibli. En fait, peu de gens savent que l’attentat le plus meurtrier de l’histoire américaine, le 11 septembre 2001, a été préparé… par un ancien militaire américain.

Officier des services secrets égyptiens, licencié par son pays et recruté par la CIA, le capitaine Ali Abouelseoud Mohamed arrive aux Etats-Unis en 1984. Il  se marie et obtient la nationalité américaine très rapidement – grâce à Langley. Après quelques mois en Californie, ses agents traitants l’envoient en Caroline du Nord, à Fort Bragg, où il apprend les techniques de close-combat, d’infiltration en milieu urbain et de guérilla. L’une des techniques enseignées à Fort Bragg consiste à prendre d’assaut des avions de transport en environnement hostile. 
 
Sur ordre de la CIA, Ali Mohamed rejoint l’Afghanistan pour faire le jihad contre les Soviétiques. Après la victoire de 1989, il continue à entretenir des relations ambigües avec les terroristes afghans, et finit par devenir instructeur dans les camps de Ben Laden. A l’insu de la CIA. Pour Langley, l’URSS a perdu sur le front afghan, l’homme n’est plus utile.

Pourtant, Ali Mohamed est entretemps revenu au pays, et travaille comme lieutenant de Ben laden aux Etats-Unis : on le surnomme al-Amriki (« l’Américain »). Après avoir installé sa base en Californie, l’homme voyage beaucoup, de continent en continent. C’est lui qui forme l’assassin du rabbin Meir Kahane à New York. En Afrique, il organise la rencontre entre le légendaire Imad Mughniyeh du Hezbollah et Oussama Ben Laden au Soudan, en 1992. Six ans plus tard, en 1998, c’est encore lui qui prépare les attentats contre les ambassades américaines à Dar-es-Salaam et Nairobi.

Est-il recherché par les Etats-Unis ? En fait, Ali Mohamed connaît les autorités, il a offert ses services comme informateur au FBI, qui l’a engagé. L’Egyptien va trahir les Fédéraux aussi facilement que les autres agences. Son parcours tourne même au burlesque en 1998 : alors qu’il revient d’Afrique où ses hommes ont frappé les ambassades américaines, il est interrogé à Vancouver par le CSIS, les services secrets canadiens. Mais il se voit finalement relâcher sur intervention du FBI, qui se porte garant de lui !

Voyageant entre le Moyen Orient et les Etats-Unis, Ali Mohamed est finalement arrêté à l’automne 1998 grâce à la ténacité du Département de la Justice américain. Devant la Commission d’Enquête de 2004, emplis de honte d’avoir été aussi gravement infiltrés, la CIA, l’armée et le FBI se gardent bien de détailler leurs liens avec Ali Mohamed, dont le nom revient rarement dans l’histoire connue du 11 septembre.
 
Combien de personnes savent que Ali Mohamed a conçu les chapitres pratiques du « manuel de terrorisme d’Al-Qaeda », retrouvé dans les bagages de Mohamed Atta le 11 septembre, en copiant en secret les pages des livrets d’instruction du JFK Special Warfare Center, l’école des forces spéciales américaines de Fort Bragg ? Plus fort qu’Aldrich Ames ou Robert Hanssen, Ali Mohamed est l’agent double le plus destructeur que les Etats-Unis aient accueilli en leur sein.

Le massacre de Fort Hood leur rappelle cette triste réalité : depuis hier, et partout en Occident, la chasse aux taupes est lancée dans la Grande Muette.

A voir : le documentaire-vidéo du National Geographic retraçant la carrière de l’agent double Ali Mohamed

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz