FLASH
[26/03/2017] 5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 3 décembre 2009

  
   
  

  
Madame Arafat, dites-nous où est passé l’argent ?
   
  
  
Michel Garroté – Enfin !  Je pensais qu’à part Guy Millière, quelques autres et moi-même, personne en terre francophone ne s’intéressait à la disparition des 700 milliards de dollars versés aux Palestiniens en soixante ans par l’ONU, l’OCI et Consorts. Mais voici que Michel Gurfinkiel et Matt Rees abordent le sujet. A lire et à diffuser.
 
 
 

www.michelgurfinkiel.com

 
http://www.michelgurfinkiel.com/articles/260-Proche-Orient-Les-Palestiniens-et-largent-sale.html
 
Les Palestiniens et l’argent sale
  
MICHEL GURFINKIEL
 
La construction de nouvelles unités d’habitation israéliennes en Cisjordanie ou à Jérusalem-Est est-elle « le principal obstacle » au processus de paix israélo-palestinien ? Matt Rees ne le croit pas. Ce journaliste britannique, qui fut longtemps le chef du bureau du magazine Time à Jérusalem, écrit aujourd’hui des romans policiers à succès qui se déroulent dans les Territoires palestiniens. Selon lui, l’ « obstacle » majeur, ce serait « la guerre que se livrent les différentes factions palestiniennes ». Et celle-ci n’aurait pas tant pour mobile le pouvoir ou l’idéologie que l’argent.
 
Dans une interview accordée le 8 octobre dernier à l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, à l’occasion de la sortie de son dernier roman, Meurtre chez les Samaritains (Editions Denoël), Rees fait remonter cette situation à Yasser Arafat, qui fut pendant près de cinquante ans, de la fondation du Fatah en 1959 à son décès en 2005, le maître presque absolu du mouvement palestinien. Arafat détournait l’aide internationale – essentiellement américaine et européenne – vers des comptes secrets dont il détenait seul la signature. Ceux-ci seraient passés aujourd’hui sous le contrôle de Mahmoud Abbas, qui lui a succédé à la fois à la tête du Fatah et à celle de l’Autorité palestinienne. Rees parle d’un détournement de 300 millions d’euros, soit plus de 400 millions de dollars. En 2003, le représentant du FMI dans les Territoires palestiniens, Karim Nashashibi, Palestinien lui-même, avait indiqué un autre montant : 900 millions de dollars. Soit 600 millions d’euros actuels.
 
Pour s’assurer sa part de la manne, le Hamas, organisation islamiste soutenue par l’Iran, s’est emparé de Gaza. A la suite de la guerre de l’hiver dernier, une conférence internationale a affecté une aide de 5,2 milliards de dollars à la « reconstruction » de l’enclave. Une partie seulement de cette aide a été acheminée. Mais d’après Matt Rees, « rien n’est arrivé sur le terrain ».
 
Le détournement de l’aide internationale n’est pas la seule source de financement du Fatah et du Hamas. Les deux organisations réinvestissent les capitaux ainsi captés dans de multiples activités économiques, tantôt licites en soi (placements, prises de participation dans des sociétés), tantôt illicites (trafics divers et contrebande). Global Financial Integrity (GFI), une organisation américaine spécialisée dans la lutte contre l’argent sale et les paradis fiscaux, vient d’épingler l’axe Iran-Hezbollah-Hamas dans un article paru dans le dernier numéro de la New York Review of Books sous la double signature de son directeur, Raymond Baker, et de sa « conseillère spéciale »,  la magistrate et eurodéputée franco-norvégienne Eva Joly.
 
Selon ces deux auteurs, « les Gardiens de la Révolution islamique iranienne seraient impliqués dans des trafics de pétrole, d’armes, d’électronique et de biens de consommations, pour un chiffre d’affaires annuel d’un montant de 12 milliards de dollars ». Des « partisans du Hezbollah » seraient mêlés « à la contrebande de cigarette aux Etats-Unis et à la contrebande de diamants au Sierra Leone ». Quant au Hamas, « on pense qu’il est un acteur actif en matière de criminalité et de blanchiment d’argent en Amérique latine, dans le triangle situé au confins du Brésil, de l’Argentine et du Paraguay ».
 
Les flux annuels d’« argent sale » porteraient, selon la Banque mondiale, sur des sommes situées « entre 1000 et 1600 milliards de dollars ». Les capitaux ainsi générés et peu à peu « blanchis » représenteraient des montants beaucoup plus élevés. L’interaction entre cette forme de criminalité, le terrorisme et les régimes ou mouvements totalitaires constitue, d’après Baker et Joly, une « menace contre la sécurité internationale ».
 
La New York Review of Books est une revue marquée à gauche et globalement anti-israélienne. Eva Joly a été élue eurodéputée sur une liste écologiste peu favorable à l’Etat juif. Cela ne fait que donner plus de poids au réquisitoire.
 
© Michel Gurfinkiel, 2009
   

  
Au dernier congrès du Fatah, ce Monsieur a refusé de publier les comptes.
  
  
  
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz