FLASH
[25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  |  [21/06/2017] Michigan – Attentat terroriste : un musulman d’origine canadienne s’est jeté sur un policier, l’a poignardé en hurlant allahu akbar  |  Bayrou, Ferrand, Goulard et Sarnez : 4 ministres sur 18 éjectés du gouvernement pour soupçon d’emplois fictifs  |  Sondage : l’identité française menacée pour 70% des Français – qui ne font rien pour que ça change  |  De mieux en mieux : le terroriste des Champs-Elysées était également fiché par Interpol et recherché par la Tunisie pour terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 décembre 2009

Le magazine américain Time a sacré cette semaine au patron de la banque centrale américaine, Ben Shalom Bernanke , le titre de la personnalité de l’année  pour la manière dont il a géré la pire crise financière depuis la Grande dépression des années 1929.

 

Le magazine « Time » vient de lui réserver sa couverture et l’a déclaré « Personnalité de l’année 2009 », justifiant sa décision entre autres ainsi : « Il faut être reconnaissant à cet homme, Ben Bernanke, grâce auquel l’économie américaine n’a pas plongé dans les abysses comme il était à craindre suite à la crise ».

 

Le magazine détaille les raisons de son choix : « Il est l’acteur principal qui dirige la plus grande économie du monde, et sa manière créative d’agir a fait que 2009 a vu un léger rétablissement de l’économie et non la catastrophe que tout le monde annonçait »

 

« La récession a été le sujet de l’année », a souligné le rédacteur en chef de Time, Richard Stengel, dans un communiqué, pour qui « sans Ben Bernanke (…) les choses auraient été bien pires ».

 

Le Rédacteur en Chef de « Time » ne tarit pas d’éloges sur le patron de la Banque Fédérale : « Bernanke a non seulement tiré les leçons de l’Histoire, mais il l’a écrite lui-même et la empêché de se répéter ».

 

Homme discret projeté sur le devant de la scène par la crise, le Président de la prestigieuse et puissance « Federal Reserve of America », la Banque Fédérale des Etats-Unis , est en effet un universitaire réputé doublé d’un spécialiste de la Grande Crise des années 1929.  Il soutient entre autres « que la Crise de 1929 a été amplifiée par toute une série d’erreurs de la Banque Fédérale de l’époque ».

 

 

Si le magazine Time a couronné Ben Bernanke « personnalité de l’année » c’est parce que cet homme a  aussi bouleversé les habitudes à la banque centrale, en refusant d’abord de tomber dans le « culte » dont faisait l’objet son prédécesseur M. Greenspan. La face la plus évidente de sa révolution est la politique de sauvetage d’institutions financières et de relance monétaire sans précédent mise en oeuvre au plus fort de la crise.

 

À la tête de la (Fed),  sa gestion imaginative a contribué à faire en sorte que 2009 soit une période de légère reprise plutôt que de dépression catastrophique. Le journaliste Michael Grunwald souligne que  » Ben Bernanke continue à exercer un pouvoir sans égal sur notre argent, nos emplois, nos économies et l’avenir du pays ».

 

Le président américain Barack Obama, qui a reconduit M. Bernanke dans ses fonctions, a loué en juin  dernier son « travail extraordinaire ».

 

Ben Shalom Bernanke, âgé de 56 ans, est né dans l’Etat de Géorgie dans une famille juive traditionnelle, connue et engagée. Durant sa jeunesse, il a étudié l’hébreu à la synagogue de son quartier, « Ohev Shalom », avec son grand-père qui y était H’azan et enseignant de matières juives. Il a fréquenté des « Summer Camps » juifs réputés par l’intelligence sioniste de ses membres. Ben Bernanke parle un peu l’hébreu et a vécu une grande partie de son enfance et sa jeunesse dans un environnement typiquement juif traditionnel,  malgré qu’il ait grandit dans une ville chrétienne du  Caroline du Nord (1).

 

Diplômé de l’école supérieure de Dillon, dans l’État de Caroline du Sud en 1971, puis de l’Université Harvard en 1975, il obtint son doctorat au MIT en 1979.  Thèse intitulé ;   « Long-term commitments, dynamic optimization, and the business cycle » (Les engagements de long terme, l’optimisation dynamique et le cycle économique). Sa thèse était dirigée par Stanley Fischer le célèbre économiste américano-israélien,  fondateur de la théorie  des contrats croisés en macroéconomie et gouverneur actuel de la Banque d’Israël.

 

Ben Shalom Bernanke a enseigné la théorie monétaire à l’université Stanford de 1979 à 1985, a donné des conférences à la London School of Economics et a été professeur invité à l’université de New York. Il est membre à partir de 2002 du conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale. Il est ensuite nommé président du Conseil économique de la Maison Blanche (Council of Economic Advisers ou CEA). Le 24 octobre 2005, George W. Bush a nommé Bernanke à la tête de la Réserve fédérale, poste qu’il occupe depuis le 1er février 2006.

 

 

Avant qu’il sait nommé personnalité de l’année 2009 par le magazine américain Time, Bernanke a également été déclaré par la revue « Foreign Policy » comme « penseur le plus influent du monde pour l’année 2009, pour avoir empêché une nouvelle Grande Dépression ».

 

Ftouh Souhail, Tunis

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz