FLASH
Ministre de l’Int. Bruno Le Roux a triché dans son CV : il n’est pas 1 ancien HEC et ESSEC – moralité parfaite pour un ministre socialiste  |  Si Trump tient ses promesses, les démocrates risquent fortement de perdre 25 sur 33 sièges au Sénat en 2018 – un tsunami après la défaite présidentielle  |  Lors d’un meeting de Trump, le patron de Dow Chemicals annonce la création d’un centre de R&D dans le Michigan +700 emplois  |  Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  |  Rotterdam : 4 boîtes d’explosifs, 1 drapeau d’ISIS découverts durant l’arrestation de terroristes musulmans  |  Syrie : la coalition occidentale a bombardé et détruit 168 camions-citerne près de Palmyre  |  Nigeria : double attentat « suicide » à #Madagali : 30 morts 57 blessés – saloperie d’islam  |  Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 28 décembre 2009

  

  

  

300Leader-ismail-haniyeh-HAMAS-at-rally-cartoon.jpg

  

  

  

Michel Garroté

  

Lundi 28 décembre 2009 – 11 Tevet 5770

  

Je lis dans Le Monde, édition du 27 décembre (extraits avec mes commentaires entre parenthèses) :  « Un an après le début de l’offensive militaire israélienne contre le bastion du Hamas, le calme trompeur qui règne à la « frontière » entre la bande de Gaza et Israël suscite une interrogation récurrente : à quand la prochaine confrontation ? Les trois semaines de l’opération « Plomb durci » (27 décembre 2008 -18 janvier 2009) ont provoqué une catastrophe humanitaire pour le 1,4 million de Gazaouis enfermés par le blocus israélien, porté un coup à la force militaire du Hamas, terni l’image internationale de l’Etat juif, sans affaiblir la détermination des deux parties d’en découdre à nouveau » (Note de Michel Garroté :  primo, la catastrophe humanitaire est imputable au mouvement terroriste Hamas qui a utilisé sa propre population civile comme bouclier humain, y compris dans les écoles et dans les hôpitaux ;  secundo,  le blocus israélien était partiel et non pas total ;  de plus, ce blocus était légitime puisque les terroristes maffieux du Hamas ont utilisé certains convois humanitaires pour s’approvisionner clandestinement en armes ;  tertio, l’opération « Plomb durci » n’a pas porté un coup à la force militaire du Hamas, car Monsieur Olmert et Madame Livni, à l’époque au pouvoir, n’ont pas eu le courage de laisser Tsahal faire le travail jusqu’au bout ;  quarto,  l’image internationale de l’Etat juif, cela ne veut rien dire ; l’image internationale, c’est le point de vue pro-palestinien des fonctionnaires internationaux et des correspondants de presse ;  quinto, il est exact, en revanche, que l’opération « Plomb durci » n’a pas affaibli la détermination des deux parties d’en découdre à nouveau ; mais la raison en est que Monsieur Olmert et Madame Livni n’ont pas eu le courage de laisser Tsahal faire le travail jusqu’au bout ; la raison en est, aussi, que la vocation du Hamas est d’anéantir le peuple israélien en collaboration avec le mouvement terroriste libanais Hezbollah et avec les ayatollahs intégristes iraniens).

  

  

« ‘Cet hiver, pas un seul soldat ou civil israélien n’a été tué par des terroristes, un phénomène sans précédent depuis des décennies’, s’est félicité le général Amos Yadlin, chef du renseignement militaire israélien. Ce long répit a profité aux localités israéliennes de l’ouest du Néguev situées en lisière de la bande de Gaza : elles jouissent d’une embellie économique attestée par l’envolée des prix de l’immobilier. Quelque 280 roquettes et obus de mortier « seulement » ont été tirés de Gaza en 2009, contre 1’750 l’année précédente. Ces tirs n’ont pas eu pour effet de rompre le cessez-le-feu de fait qui s’est instauré entre Israël et le Hamas, du moins si l’on exclut les bombardements de l’aviation israélienne contre l' »industrie des tunnels » creusés sous la frontière avec l’Egypte » (Note de Michel Garroté :  primo, c’est toute la moitié Sud d’Israël, y compris des villes comme Sderot et Ashkelon, qui ont subi une véritable pluie de plusieurs milliers de roquettes et d’obus de mortier depuis que l’Etat juif a donné la bande de Gaza aux Palestiniens ;  secundo, le long répit dont parle Le Monde a surtout permis au Hamas de reconstituer son arsenal militaire et cette fois se sont des missiles capables d’atteindre Tel Aviv qui viennent s’ajouter aux traditionnels obus de mortier et roquettes ;  tertio, les tunnels creusés sous la frontière avec l’Egypte servent précisément à introduire roquettes, obus et missiles dans la Bande de Gaza ;  à cet égard il faut noter que l’Egypte a tout récemment décidé de construire une barrière souterraine pour mettre fin au trafic des tunnels à sa frontière avec la bande de Gaza).

   

  

« Ceux-ci  (les tunnels creusés sous la frontière avec l’Egypte) permettent à la population gazaouie de survivre, et au Hamas de se réarmer » (Note de Michel Garroté :  ce qui permet à la population gazaouie de survivre et même de vivre, c’est le combustible fourni par Israël et la nourriture qu’Israël laisse passer aux points de contrôle avec Gaza ;  il est tout de même surprenant que l’on fasse systématiquement croire à l’opinion publique que les Israéliens laissent mourir de faim les Gazaouis).

  

  

« Les militaires israéliens estiment que les tirs sporadiques de roquettes n’émanent pas du Hamas, mais de mouvements comme le Djihad islamique et le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), voire de groupuscules radicaux d’obédience salafiste. Cette quasi-trêve permet au Hamas de reconstituer son potentiel militaire, et de laisser souffler une population durement éprouvée. Mais elle constitue un terreau politique pour la surenchère extrémiste : l’idée selon laquelle, en abandonnant provisoirement la lutte armée, le Hamas « collabore » avec l' »ennemi sioniste », fait son chemin dans les esprits. Le Hamas n’hésite pas à déclencher une féroce répression lorsque ces groupuscules remettent en cause son autorité, mais, d’un autre côté, il les ménage en leur laissant un espace de liberté » (Note de Michel Garroté :  dans ce cas, inutile de se lancer dans des circonlocutions alambiquées ;  ce sont les potentats claniques affiliés au Hamas qui contrôlent la bande de Gaza ;  les tirs de roquettes émanent d’une kyrielle de mouvements aux noms divers et variés ;  mais d’une façon ou d’une autre, en tirant des roquettes sur les populations civiles d’Israël, ces mouvements rendent service au Hamas qui n’a pas renoncé à sa volonté d’anéantir le peuple israélien).

  

  

« D’autant qu’une menace nouvelle se profile à l’horizon. Israël poursuit une stratégie d’isolement croissant de la bande de Gaza, tant sur le plan politique qu’économique. Le nombre des malades et des étudiants qui peuvent sortir est réduit à la portion congrue, et, depuis l’opération « Plomb durci », les hauts diplomates étrangers se voient refuser l’entrée dans le territoire palestinien : les ministres des affaires étrangères canadien, français et turc en ont fait l’expérience. Israël autorise l’aide humanitaire, mais interdit l’importation de matériaux de construction : cet étranglement rend encore plus vital pour le Hamas le lien stratégique avec l’Egypte » (Note de Michel Garroté :  Le Monde a mentionné, plus haut, la détermination des deux parties d’en découdre à nouveau ;  dès lors, l’on ne comprend pas pourquoi Le Monde déplore qu’Israël empêche la construction de places fortes et de bunkers à Gaza ;  et l’on ne comprend pas pourquoi Le Monde déplore qu’Israël veuille décourager des diplomates toujours complaisants envers les terroristes du Hamas venir jeter de l’huile sur le feu et ajouter leur grain de sel en se rendant dans la bande de Gaza ;  quant à la situation humanitaire des gazaouis, si Le Monde disait vrai, les gazaouis seraient tous morts de faim et de maladie depuis des lustres, vu que le blocus tant décrié dure depuis des années).

  

  

« Or Le Caire change d’attitude, poursuit Le Monde. Avec l’aide de techniciens américains, les autorités égyptiennes ont entrepris la construction d’une barrière d’acier souterraine, censée asphyxier l' »économie des tunnels » » (Note de Michel Garroté :  notez l’objectivité du Monde ;  d’abord, c’est avec l’aide de techniciens américains, qui comme chacun sait, sont tous d’affreux sionistes ;  ensuite, c’est pour asphyxier, donc tuer, l’économie gazaouie ;  alors qu’il s’agit de mettre fin une fois pour toutes au satané trafic d’armes qui fait de Gaza un Emirat maffieux, un Califat terroriste :  le Hamastan).

  

  

« Le Hamas a protesté contre une telle décision, peu compatible avec la solidarité arabe officiellement affichée face à l’Etat juif :  plusieurs centaines de Palestiniens ont manifesté, et des militants du Hamas ont ouvert le feu sur des gardes-frontières égyptiens » (Note de Michel Garroté :  plusieurs centaines de Palestiniens ont manifesté ? Ce n’est rien ;  car ils sont 1,4 millions dans la bande de Gaza).

  

  

« L’Egypte affirme qu’elle se doit de faire face aux « menaces pour sa sécurité nationale », une façon d’indiquer que les liens de plus en plus étroits entre le Hamas et les Frères musulmans égyptiens (dont le Hamas est, historiquement, un avatar) représentent une menace de contagion islamique dangereuse pour le régime du président Hosni Moubarak. Celui-ci doit cependant agir avec mesure : une confrontation ouverte renforcerait l’impression que Le Caire se fait l’allié d’Israël contre le Hamas » (Note de Michel Garroté :  autrement dit, les musulmans présumés modérés ne peuvent se distancer des musulmans certifiés allumés, sous peine de passer pour un allié de l’Etat pestiféré par excellence :  Israël).

  

  

« Le 14 décembre, le Mouvement de la résistance islamique a célébré son vingt-deuxième anniversaire par une mobilisation impressionnante de quelque 100’000 personnes dans les rues de Gaza City » (Note de Michel Garroté :  autrement dit le Hamas et le Mouvement de la résistance islamique, c’est kif kif bourricot).

  

  

« Si Khaled Meschaal, son chef politique, est reçu avec égards par le président iranien, l’aide militaire et financière de l’Iran et de la Syrie dont bénéficie le Hamas pourrait se tarir si la frontière avec l’Egypte devenait infranchissable » (Note de Michel Garroté :  phrase incompréhensible ;  le terroriste Khaled Meschaal ne pourrait plus opérer normalement si la frontière avec l’Egypte devenait « infranchissable » pour les armes iraniennes ; et alors ? Où est le problème ?).

  

  

« Les militaires israéliens affirment que le mouvement palestinien a reconstitué son potentiel militaire, qui inclurait désormais des roquettes capables d’atteindre Tel-Aviv » (Note de Michel Garroté :  ça y est, Le Monde aborde enfin le seul vrai problème ;  que de blabla avant d’en arriver là…). « Tout se passe comme si le gouvernement du Premier ministre Benyamin Nétanyahou voulait convaincre la population israélienne de l’inéluctabilité d’une nouvelle guerre avec le Hamas » (Note de Michel Garroté :  comme s’il voulait convaincre ? Mais les Israéliens sont déjà convaincus depuis belle lurette !  Le Hamas veut anéantir le peuple israélien en collaboration avec le Hezbollah et les ayatollahs intégristes iraniens. L’immense majorité des Israéliens en est consciente depuis des années).

  

  

« Tzipi Livni, chef de file de l’opposition, soulignait récemment que le conflit de l’hiver dernier, qui a provoqué la mort de 1’400 Palestiniens et de 13 Israéliens, a permis à Israël de restaurer sa capacité de dissuasion, mise à mal lors de la guerre du Liban de l’été 2006 » (Note de Michel Garroté :  Tzipi Livni, chef de file de l’opposition, était membre du gouvernement qui a initié l’opération « Plomb durci » sans pour autant « finir le job » de cette même opération ;  dès lors, son avis n’est guère crédible ;  quant au nombre de morts, Le Monde parle de « 1’400 Palestiniens » ;  c’est le chiffre avancé par les terroristes maffieux du Hamas…).

  

  

« M. Nétanyahou paraît déterminé à ne pas lever la punition collective infligée à la population de Gaza, avec le calcul, sans doute vain, de provoquer un sursaut hostile à la direction du mouvement islamiste » (Note de Michel Garroté :  encore une formule biscornue ;  il n’y a pas de « punition collective » et l’utilisation de cette formule à mauvais escient me dégoûte car elle sous-entend que les civils juifs israéliens n’avaient qu’à continuer de recevoir des roquettes sur la tête sans broncher ;  quant au « sursaut hostile à la direction du mouvement islamiste », sursaut palestinien s’entend, désolé, mais à part la liquidation totale du terrorisme hamassoïde par les forces de défense israéliennes, je ne vois pas d’autre méthode).

  

  

« Officiellement, Israël se refuse à discuter avec une « organisation terroriste » » (Note de Michel Garroté :  que viennent faire ici ces guillemets ?  Le Monde n’a-t-il toujours pas lu la Charte du Hamas ? Un mouvement qui veut anéantir le peuple israélien n’est-il pas terroriste par excellence ?).

  

  

« Cette profession de foi a perdu toute crédibilité avec les négociations en cours pour la libération du soldat Gilat Shalit » (Note de Michel Garroté :  ah oui, Israël négocie la libération de Gilat Shalit et donc le Hamas n’est plus terroriste). « Rien ne s’opposerait donc à l’ouverture de pourparlers politiques, et à la levée du blocus » (Note de Michel Garroté :  décidément c’est une obsession, cette fixette sur des négociations avec le Hamas et cette lubie à propos d’un blocus qui  – faut-il le répéter cent fois ? – n’est que partiel, sans quoi les Gazaouis serait tous morts de faim depuis des années).

  

  

« Rien, sinon la volonté d’Israël d’anéantir la menace que constitue pour lui le Hamas » (Note de Michel Garroté :  ils sont quand même marrants les gars du Monde ;  la volonté d’Israël d’anéantir le groupe terroriste Hamas qui veut anéantir le peuple israélien, devrait-on plutôt écrire, pour être précis ;  est-il donc illicite d’anéantir des terroristes psychopathes qui veulent anéantir tout un peuple ?). « Un accord pour la libération du jeune militaire se traduirait par celle de centaines de prisonniers palestiniens » (Note de Michel Garroté :  prisonniers injustement détenus pour avoir lancé des pois chiches sur Israël je suppose), « et le renforcement politique du Hamas » (Note de Michel Garroté :  ah bon ?  Mais alors, ce ne sont pas de simples lanceurs de pois chiches, les prisonniers ?).

  

  

« Un bon prétexte » (Note de Michel Garroté :  « bon prétexte » ;  non mais qu’est-ce que ça peut être agaçant de lire Le Monde ;  allez, je vous dis le fond  de ma pensée :  que Tsahal réduise en miettes les infrastructures du Hamas et qu’il en profite pour libérer Shalit ;  puisque de toute façon Le Monde et Consorts considèrent les hammassoïdes comme des victimes et les Israéliens comme des machiavéliques, à quoi bon perdre du temps) « pour « finir le job » de l’opération « Plomb durci » » (Fin des extraits de l’article du Monde et par conséquent fin de mes commentaires entre parenthèses).

  

035rh7.jpg

 

  

  

  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz