FLASH
2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 5 février 2010

Mouammar Kadhafi n’a pu se maintenir à la tête de l’Union Africaine (UA), les dirigeants du continent africain lui ayant préféré Bingu wa Mutharika, chef de l’Etat du Malawi, lors de l’ouverture du sommet à Addis-Abeba (Ethiopie, capitale de l’organisation qui regroupe 53 états). Le Malawi est  un des cinq états africains qui avait voté contre la résolution assimilant le sionisme au racisme à l’ONU en 1975.


L’élection de l’Etat du Malawi, à la tête de l’Union Africaine (UA), est une victoire symbolique  pour les nombreux pays  amis d’Israël sur le continent. À l’heure où Israël assure le grand retour sur le continent (plus de quarante pays africains entretiennent des liens diplomatiques avec l’État hébreu) la victoire du Malawi est de nature à redonner du souffle aux relations politiques et économiques entre l’Union Africaine (UA) et l’Etat juif.


L’Afrique, qui est confrontée à d’énormes défis qui ont noms pénuries alimentaires et famines, maladies, changements climatiques, disparité entre les sexes et capacités limitées, a besoin  aujourd’hui de s’inspirer du modèle israélien  du développent pour  garantir une gestion efficace de ses  ressources afin qu’elles soient mieux utilisées pour stimuler la production agricole en Afrique.


Par centaines, des experts israéliens apportent ces  nations en voie de développement la compétence qu’ils avaient acquise au cours de leurs premières années d’existence de pionniers : chercheurs, médecins, techniciens, ingénieurs, agronomes, spécialistes des problèmes d’irrigation  sont mobilisés.


Ce plan d’aide va se  poursuivre avec le  MASHAV, le Centre de Coopération Internationale du ministère des Affaires étrangères israélien. Les relations étroites qu’entretint Jérusalem avec le Malawi peuvent aussi aider à intensifier cette relation privilégiée.


La présence du Malawi  à tête de l’Union Africaine (UA) est d’autant plus saluée parce que ce pays (pourtant pauvre par rapport à la Libye riche en hydrocarbure) est un pays démocratique et un modèle qui incarne les aspirations des peuples africains dans la liberté et la bonne gouvernance.


Une comparaison rapide entre l’Etat du Malawi (une démocratie amie d’Israël) et la Libye (un régime absolu et ennemi d’Israël) nous montre déjà la différence entre ces deux pays africains.


Contrairement à la Libye qui est une dictature 100 %  arabe de confession musulmane (toutes les autres religions autres que l’Islam sont interdites) le Malawi est pays multiconfessionnel. Les Malawiens sont majoritairement de religion chrétienne (protestants, 55 %; catholiques, 20 %), puis musulmane (20 %), animiste ou adepte des traditions indigènes ancestrales (3 %), ou encore d’autres religions (2 %). L’anglais est la langue officielle de l’administration.


Contrairement à la Libye qui impose l’arabe comme unique langue unique et obligatoire (dans les écoles, l’administration et l’enseignement)  l’Etat du  Malawi est un pays qui respecte la diversité languistique. L’article 55 de la constitution  permet l’usage d’une autre langue que l’anglais dans les tribunaux et l’administration. Le chewa demeure omniprésent dans les communications orales parmi des dizaines des langues locales. L’usage des langues locales est même autorisé  aux députés et à tous les Malawiens qui veulent  participer plus facilement aux travaux parlementaires (le chewa et le tumbuka).


Le pays de Kadhafi est une aussi, au niveau politique, une  dictature absolue : ni parlement, ni parti politique, ni médias indépendants…ni même des élections truquées. La Loi 71 interdit toute activité politique indépendante et les contrevenants sont passibles de « la peine de mort ».Le Malawi est par contre une démocratie parlementaire. Avec les premières élections pluripartites de 1994, un mouvement de libéralisation est apparu. Les habitants du Malawi votent aujourd’hui en faveur d’un régime démocratique pluraliste.


Les premières élections libres le 17 mai 1994 voient la victoire à l’United Democratic Front (UDF) de Bakili Muluzi (1) .En 1995, Muluzi reçut de la Lincoln University du Missouri le titre de docteur honoris causa. Il rédige une nouvelle constitution et le peuple Malawi devient libre. La Constitution prévoit un système judiciaire indépendant, basé sur le modèle anglais. En mai 2004, Bingu wa Mutharika gagne  les  secondes élections libres du pays. Bingu wa Mutharika est réélu à la tête du Malawi 19 mai 2009.


Par contre en  Libye, et depuis plus de 40 ans,  une dictature arabe et socialiste, sur le modèle de l’Égypte dirigée par Gamal Abdel Nasser, s’est imposée par la force. Porté au pouvoir par un coup d’État militaire en 1969, le colonel Kadhafi fait de la « Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste » une dictature anti-occidentale. Depuis son arrivée au pouvoir à l’âge de 27 ans, le colonel Kadhafi a tenté à plusieurs reprises d’unir la Libye avec d’autres pays arabes ou africains :


    * 1972 : création de l’Union des Républiques arabes regroupant l’Égypte, la Libye et la Syrie (dissoute en 1977);

    * 1974 : Union tuniso-libyenne (restée sans lendemain);

    * 1981 : fusion entre la Libye et le Tchad (restée sans lendemain);

    * 1984 : union entre la Libye et le Maroc (dissoute en 1986).


Depuis 1997 (12 juillet) le pouvoir libyen a décidé de s’investir dans une « politique africaine offensive ». En utilisant  la manne pétrolière, Kadhafi veut mette la main  sur toute l’Afrique en brandissant, comme d’habitude, des slogans unionistes, anti-occidentaux, anti-juifs …. Kadhafi déclare désormais qu’il entend jouer un rôle majeur  pour établir ce qu’il appelle les « Etats-unis d’Afrique » (malgré les échecs successifs de toutes les formes d’associations) alors qu’il veut  exporter   le panarabisme sur le reste du  continent  de façon à le rendre hostile à  Israël et au monde  occidental. 


Kadhafi tente de convaincre les dirigeants des autres pays de créer des « États unis d’Afrique ». Il considère en effet que c’est le meilleur moyen de développement pour le continent africain. En 2007, il s’est ainsi rendu à Bamako, Abidjan ou encore Accra, pour présenter son projet d’un gouvernement unique pour l’Afrique, un État fédéral. Le projet  a échoué.


Le 2 février 2009, il est  élu président de l’Union Africaine (UA) lors du sommet d’Addis-Abeba, en Éthiopie. Durant son mandat, il a essayé de convaincre l’ensemble  des dirigeants à adhérer à son  projet. Il a encore échoué pour la seconde fois.


Exit, le colonel libyen a échoué le 31  janvier dernier, au  quatorzième sommet de l’Union Africaine, dans ses tentatives pour rester un an de plus à la présidence de l’Union africaine (UA), à laquelle les dirigeants du continent ont choisi que lui succéderait le chef de l’Etat du Malawi.


L’échec de Kadhafi  de  succéder à lui-même à la tête de l’Union Africaine (UA) durant le sommet à Addis-Abeba est une victoire pour les nombreux pays amis d’Israël sur ce continent.


L’ancien terroriste n’a pas manqué au cours d’un sommet spécial de l’Union africaine,  le 31 août 2009, de s’en prendre à l’Etat d’Israël. Mouammar Kadhafi, a  fait ressortir un bon vieux « Protocoles des Sages de Sion » de son armoire ou il a trouvé une idée géniale: « dire que les juifs sont derrière les problèmes du monde entier ».


Le colonel Kadhafi avait déclaré durant son mandat que, « les ambassades d’Israël en Afrique sont des gangs qui cherchent des alliances avec des minorités pour perturber notre continent ».


Les africains savent très bien que les  Kadhafi  (père et fils) sont les vrais  gangsters qui pillent les richesses du contient, qui financent  les dictatures locales, achètent les intellectuels avec les pétrodollars  et pratiquent la rançon avec un art consommé, digne des plus grands pirates barbaresques, mais sans honneur.


Le dictateur bouffon Mouammar Kadhafi  en personne était une malédiction pour l’Afrique. Le « carnage » de nègres a toujours été applaudi, plutôt que déploré par  le leader libyen qui a toujours soutenu les monstruosités que ce soit au Soudan ou en Mauritanie. Se gardant bien de parler du sort des noirs maintenus en esclavage par les Maures et toujours victimes de discrimination raciale dans son propre pays, l’ancien président de l’Union africaine ( UA) a viré des centaines de milliers de travailleurs africains , emprisonné des milliers et torturé le reste.


Le Guide qui a prétendu un jour vouloir créer les Etats unis d’Afrique pour libérer ce continent de la « tutelle internationale »,  à lui-même placé ce continent sous  une tutelle « arabo-intégriste  » qui nie les droits élémentaires  des peuples indigènes du continent. Le dictateur, soutenu par l’Organisation de la Conférence Islamique, a voulu  effacer les identités ethniques non musulmanes sur le continent. « La Grande Jamahiriya  Kabyle et juive. Ce pays est un  prison à ciel ouvert dans lequel toute les minorités non arabe et non musulmane étaient expulsées ou  éradiquées. arabe libyenne populaire et socialiste » est elle-même un pays nettoyé de sa population


Ce vieux dictateur,  qui a pris des accents prophétiques au cours des années,  est  très détesté sur le continent. Une raison pour laquelle les membres de l’Union , présents lors du sommet annuel à Addis Abeba,  ont élu Bingu wa Mutharika, du Malawi, en remplacement de Kadhafi. Cet homme a enflammé le continent en soutenant  financièrement ses collègues sanguinaires à Khartoum  et en alimentant  les conflits armés du Tchad. Il a même défendu  les pirates somaliens au large du Corne africain ainsi que  la pratique   des rançons contre les  navires noms musulmans.


Ce tyran qui maltraite son peuple depuis son arrivée au pouvoir, il y’a plus de 40 ans,  est directement responsable d’autant de morts que l’effondrements de régimes démocratiques en Afrique. Avec ses pétrodollars il a déjà acheté une dizaine de chefs de d’états  et  membres de l’Union dans les régions africaines.

 

Comme le soulignait l’ancien député européen Fodé Sylla, ancien président d’SOS racisme, membre du Conseil économique et social, dans son allocution le 1er mars 2009 à la rencontre organisée par Africa International : « Il y a non assistance à continent en danger. Il faut refuser le califat libyen sur l’ensemble de l’Afrique. Le racisme vis à vis des populations noires et les émigrants noirs en Libye est sans commune mesure, insultés, tués, déportés dans des bus au milieu du désert où on les abandonne et on les laisse mourir de faim. »


Les dirigeants du continent africain ont semble-t-il commencé à comprendre que Kadhafi (le plus ancien dictateur raciste, encore en vie)  est une  véritable malédiction pour leur contient. C’est pour cela qu’ils ont préférés  Bingu wa Mutharika, chef de l’Etat du Malawi, un homme élu démocratiquement dans son pays ,un pays ouvert sur le monde .


Plus jamais Kadhafi. Les « États unis d’Afrique » est un projet anti-israélien qui veut imposer un apartheid africain contre la seule démocratie au Proche Orient. Les relations entre l’État hébreu et le continent sont aujourd’hui florissantes  comme au milieu du XXe siècle.


Le début des relations entre Israël et l’Afrique date du milieu du XXe siècle. De 1957 pour être exact, avec l’ouverture d’une représentation diplomatique au Ghana. En réalité, on pourrait dire qu’elles sont nées il y a trois mille ans, quand la reine de Saba a rendu visite au roi Salomon. Il est vrai qu’elles ont connu des hauts et des bas et elles étaient florissantes dans les années 1950 et 1960.


L’Etat hébreu doit certes se félicité de la victoire du Malawi, un pays ami,  mais aussi  il doit utiliser toute son influence pour empêcher que le contient bascule  dans le camp anti-israélien.

Ftouh Souhail, Tunis

 

Note : Le Malawi est un pays d’Afrique de l’Est enclavé entre la Tanzanie au nord-est, le Mozambique à l’est et au sud, et la Zambie à l’ouest. Le pays a pour capitale Lilongwe depuis 1975, mais cette ville reste moins importante que l’ancienne capitale, Blantyre, qui forme avec Limbé une agglomération de quelque 400 000 habitants, le centre commercial et industriel du pays. Le Malawi se divise en trois régions administratives et 30 districts.

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz