FLASH
Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  |  Colorado : 3 ans après la légalisation de la Marijuana, les morts sur les routes de consommateurs ont progressé de 62%  |  Colombie : le Sénat approuve à l’unanimité un nouveau plan de paix avec les terroristes communiste FARC  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 16 février 2010

  
  
  
La première conférence des médias juifs en Europe, organisée à l’initiative de l’European Jewish Press (EJP), se déroulera le 25 février 2010, à Bruxelles autour du thème « Médias juifs en Europe : Défis et Opportunités ».

 

Cet événement d’une journée constituera une opportunité unique de discuter de questions d’intérêt commun aux médias juifs en Europe, de présenter divers supports, d’être mis au courant des derniers développements importants au sein de l’Union Européenne et de rencontrer un grand nombre de personnes.

 

 

Il est indéniable que le rôle de  ces médias devient primordial. Dans un  moment  où l’embrasement de l’antisémitisme s’amplifie à toutes occasions et menace à nouveau le peuple juif et Israël, il  est temps de songer sur le rôle que devrait jouer les médias juifs en Europe pour faire face à la propagande mensongère des  média moyen-orientaux  qui envahissent l’Europe  (comme la triste Aljazzira) et certains « humoristes » qui  distillent sans retenue et impunément la haine des juifs.

 

 


Je ne peux dès lors que me poser une question : Pourquoi est-il question seulement aujourd’hui d’organiser la  première conférence des médias juifs en Europe ? Je trouve peu d’explications. Je ne veux pas aller jusqu’à dire que l’antisémitisme, sous de nouveaux oripeaux, est de nouveau omniprésent en Europe, mais il m’arrive de penser que c’est exact.

 


Le 11 février 2010, un rapport de l’Institut de recherches Reut  de Tel-Aviv sur les questions économiques et sociales a été présenté au gouvernement de Benjamin Netanyahu. Ce rapport  précise qu’« Israël est confronté à une campagne mondiale de délégitimation visant à l’isoler et occulter son caractère juif et démocratique »

 


“La diabolisation d’Israël (…) vise à nier sa légitimité et à le présenter comme une entité coloniale associée à des pratiques nazies, à l’apartheid ou au racisme”, écrit ce rapport.

 


Les militants du réseau – « delegitimizers » – selon le rapport, sont relativement marginaux : les jeunes, les anarchistes, les migrants et les militants politiques radicaux. Bien qu’ils ne soient pas nombreux, ils élèvent leur représentation grâce à l’aide de campagnes publiques et de la couverture médiatique, indique encore le rapport.

 


Le rapport met notamment en cause un réseau mondial d’individus, d’associations et ONG pro-palestiniennes, arabes ou musulmanes souvent liées à la gauche “dont le dénominateur commun est de présenter Israël comme un Etat paria et de nier son droit à l’existence”.

 


Il fustige notamment “des manifestations hostiles aux représentants israéliens dans des universités étrangères ou sur les stades, des appels au boycottage des produits fabriqués en Israël, ou encore des tentatives visant à arrêter et poursuivre en justice à l’étranger des responsables” de l’Etat hébreu.

 


Le rapport recommande notamment “d’utiliser les ambassades à l’étranger pour créer des réseaux de gens capables de répondre aux attaques, là où se concentrent les cercles les plus hostiles à Israël, notamment Madrid, Toronto, San Francisco et l’université de Berkeley (Californie)”.

 


Reut recommande la création d’un contre-réseau, dans lequel les ambassades d’Israël, dans les centres de délégitimation en activité, serviront de « bases avancées. »

 


Les diplomates d’Israël à l’étranger, de leur côté, doivent lutter contre les tentatives visant à délégitimer le pays. « La combinaison d’une grande communauté musulmane, d’une gauche radicale influente, de médias de langue anglaise et un centre universitaire international font de Londres un terrain fertile pour la délégitimation d’Israël« , déclare Ron Prosor, l’ambassadeur israélien à Londres.

 


Interrogé le 12 février 2010 à la radio publique israélienne à propos de ce texte, Nathan Chtcharansky, président de l’Agence juive  a fait savoir “Israël fait face à une campagne mondiale visant à le délégitimer. Il s’agit d’une véritable guerre, qui menace nos intérêts stratégiques, et il faut rendre coup pour coup”. (Source JSSNEWS)

 


Dans des propos rapportés le 12 février  par le Jérusalem Post, un responsable du ministère des Affaires étrangères, Ido Aharon, a de son côté affirmé “qu’il faut tenter de rectifier l’image d’Israël ”.

 


Le vice ministre des Affaires étrangères, Danny Ayalon, en déplacement au Royaume-Uni a donné une conférence à l’Institut international des études stratégiques de Londres  lorsque, il y’a quelques jours,  il a résumé cette situation  en quelques mots   « Nous somme en pleine guerre diplomatique pour l’opinion. Nous devons nous faire entendre de l’opinion publique en général et dans les campus universitaires en particulier. Ces manifestations ne nous feront pas peur. Nous poursuivrons notre lutte pour faire entendre notre point de vue de toutes les tribunes du monde. »

 

 

D’autre part, le département du Ministère  israélien des Affaires Etrangères,  qui s’occupe de combattre l’antisémitisme à travers le monde, a rendu public, en janvier 2010, son rapport 2009 sur l’antisémitisme et l’antijudaïsme dans le monde. Ce dernier affirme que les actes recensés sont en augmentation. Tellement nombreux que c’est là le plus important nombre d’actes depuis dix ans. Une Question : Quel  rôle des médias dans tout cela ? C’est ici la grande interrogation.

 


S’inscrivent dans le modèle sensationnaliste qui prévaut aujourd’hui dans le monde de « l’information », la majorité des médias mettent aujourd’hui à la une l’image d’un Israël cruel. Les juifs sont aussi  toujours présentés de une façon négative.  « L’affaire Aftonbladet » ne faisait que refléter cette situation déjà bien implantée en Europe. L’histoire publiée  cet été dans le quotidien suédois ‘Aftonbladet’ alléguant que des soldats israéliens « récoltaient » les organes de palestiniens  était une occasion  pour inciter à la haine et à la diffamation contre les juifs.

 


Rappelons que pratiquement chaque officiel en Europe a fait de son mieux pour condamner les caricatures  qui ont offensé certains musulmans en portraiturant Mahomet. Mais rare sont les responsables européens qui ont désapprouvé  les fausses accusations de Juifs assassinant d’innocents Palestiniens pour voler leurs organes.

 


 La forgerie de Mohamed al Dura par France 2 depuis septembre 2000, Charles Enderlin de France 2, le père de la forgerie al-Dura, a même reçue  la Légion d’honneur française des mains du président Nicolas Sarkozy.

 


Après celle du tabloïde suédois « Aftonbaladet », une nouvelle accusation de meurtres israéliens au fin de vol d’organes  est s’éclatée  en décembre 2009 .Des récits figurant sur plusieurs sites Web ukrainiens prétendent que, ces deux dernières années, Israël a fait venir dans le pays quelque 25 000 enfants ukrainiens dans le but de récupérer leurs organes.

 

En janvier 2010 et  même quand le gouvernement israélien est sur le front de l’aide médicale avancée qu’il a envoyée au bout du monde – et reçoit de nombreux compliments – il y a des médias  qui  ont profités  de l’occasion pour émettre des messages de haine, sur le dos de ceux qui souffrent à Haïti. Des médias pourris accusent des soldats de la délégation de l’armée israélienne dans la région du tremblement de terre d’être impliqués dans le vol d’organes de leurs patients. Ils ont même fait  usage de cette terrible tragédie à Haïti pour recycler des nouvelles fausses affirmations sur le trafic d’organes par des soldats de Tsahal.

 


La propagande anti-israélienne émanant des lobbies arabes, des gauchistes, écolos et communistes et surtout des medias du fait des ravages. Il n’est pas exagéré d’affirmer que le traitement déformé de l’information par ces medias participent à encourager les bandes islamiques armées opérant depuis Gaza et le sud Liban… qui se complaisent ainsi dans leur interprétation victimaire et pseudo héroïque de faux résistants.  Ils savent que c’est de cette manière qu’ils sont perçus dans le monde, grâce aux câblogrammes frelatés, et cela participe à les galvaniser.

 

 


Ceux qui sèment le mensonge dans tous ces médias sont aujourd’hui les vraies responsables de baril de poudre prêt à exploser. Ils reproduisent mécaniquement les accusations hystériques contre l’Etat juif sans tenir compte sur les conséquences de cette pratique sur les juifs à travers le monde.

 

 


L’exécution médiatique d’Israël à laquelle nous assistons aujourd’hui (sous l’influence des pétrodollars, il faut le dire) créée vraiment  un atmosphère est vraiment délétère pour la diaspora. Le problème réside dans le fait que les médias ne sont pas intéressés par la réalité. Non, ils veulent des martyrs palestiniens et des bourreaux israéliens. Comment voulez-vous que le citoyen lambda, ni juif ni musulman, arrive à se faire une idée juste, objective, saine, d’un conflit qu’on lui sert éhontément déformé, tronqué, truqué ?! Il faut vraiment qu’il soit suffisamment “cortiqué” et motivé pour se faire sa propre idée, et aller pêcher les infos ailleurs que dans les médias de base.

 

 


La propagande anti-israélienne pose aujourd’hui  un certains nombres de problèmes à résoudre  dont  la puissance et de la diversité des images qu’elle déploie, l’uniformisation de la pensée qu’elle introduit, l’exacerbation de l’émotivité qu’elle oppose à la rationalité, la performance des outils  qu’elle utilise , l’émergence d’une sensibilité antijuive qu’elle suscite…

 


Les médias juifs en Europe sont aujourd’hui devant des défis réels. Si Israël se préoccupe particulièrement du fait que les soutiens lui font de plus en plus défaut parmi les jeunes générations d’Europe et des Etats-Unis, c’est parce que il y’a un  manque de communication des médias juifs vis à vis de l’international : Cela inclut non seulement  une faiblesse dans  le travail des relations publiques mais aussi l’absence  d’initiatives qui font la promotion de l’image d’Israël dans la presse, à la télévision et en ligne.

 


L’ignorance et l’indifférence…et la peur… sont les plus grandes ennemies d’Israël et de la Démocratie. Mais je pense que si Israël va jusqu’au bout, elle trouvera du soutien à la condition bien sûr que toutes les données entourant ce conflit soit clairement communiquées aux gens.

 


Ftouh Souhail, Tunis
  
  
  
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz