FLASH
[25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 19 février 2010

nullBarack Obama réitera-t-il l’exploit de la médiocrité cher à Jimmy Carter ? Ce dernier, l’un des rares présidents en exercice à n’avoir pas été réélu, avait mené son parti au fond du gouffre.

Il faut dire qu’Obama, après avoir battu tous les records de popularité lors de son élection en 2008, atteint aujourd’hui des records de médiocrité : il est, à ce jour, le président le plus impopulaire de l’histoire des Etats-Unis après une année de mandat.

Dans le camp républicain, c’est l’euphorie. L' »effet Obama » permet aux conservateurs de réaliser des exploits impensables quelques années plus tôt, comme rafler le siège de l’emblème du parti démocrate, feu Ted Kennedy, dans un fief de la gauche américaine. Avec l’avènement des élections de la mi-mandat, qui s’annoncent catastrophiques pour les Démocrates, les Républicains espèrent achever le « canard boiteux » et s’ouvrir une voie royale pour 2012.

L’histoire se répète dit-on. Le désastre Obama permettra-t-il à Sarah Palin de décrocher la Maison-Blanche en 2012 ? Ce qui semblait improbable il y a une année est aujourd’hui sérieusement envisagé.

[LE FIGARO] Cruelle désillusion pour Barack Obama : pour la première fois depuis son arrivée à la Maison-Blanche, un sondage CNN/Opinion Poll Research indique que la majorité des Américains ne le réélirait pas si la présidentielle avait lieu aujourd’hui. Il ne remporterait que 44% des voix, et 52% voteraient pour un autre candidat.

Aujourd’hui, le débat fait rage sur les effets supposés du plan de relance. Barack Obama a reconnu mercredi que des millions d’Américains attendaient toujours d’en voir les effets. «Cela ne ressemble pas à une reprise. J’en suis conscient», a-t-il dit. Mais il martèle qu’il a bel et bien évité une «catastrophe». Selon les calculs de l’Administration, 2 millions d’emplois ont été préservés ou créés grâce au plan de relance. Pour convaincre l’opinion face au tir de barrage des républicains, la Maison-Blanche vient de lancer une vaste campagne d’information sur ce thème. Elle envisage aussi de nouvelles mesures pour relancer l’emploi, notamment en faveur des PME, moteur de l’économie aux États-Unis. Quelque 267 milliards de dollars du budget 2010 pourraient aller à la création d’emplois.


Les critiques estiment qu’il est un peu tard et reprochent à Barack Obama d’avoir négligé l’emploi durant la première année de son mandat au profit de la réforme de la santé, qui n’a abouti nulle part à ce jour. Pour preuve, le changement de priorité après l’humiliation du Massachusetts et l’élection surprise d’un républicain dans un État ultralibéral sur fond de frustration populaire.


Certains observateurs vont jusqu’à juger un changement d’équipe indispensable à la Maison-Blanche. Le directeur de cabinet d’Obama, Rahm Emanuel, pourrait être le premier visé.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz