FLASH
Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Philippe Chansay Wilmotte le 16 mars 2010

L’adoption de nouvelles normes totalisantes, visant à limiter la liberté  d’expression, condamner la laïcité, et remettre fondamentalement en péril les avancées des Droits de L’Homme sont aujourd’hui  les objectifs du totalitarisme islamiste qui part à l’assaut des démocraties.

L’avocat Philippe Chansay-Wilmotte, qui s’était déjà distingué il y a un an en avertissant la sphère politico-médiatique des tentatives des pays de l’Organisation de la  Conférence Islamique ( OCI) d’imposer à Durban 2 la criminalisation de critique des religions, vient d’alerter à nouveau tous les parlementaires et la presse  européenne d’une nouvelle tentative, cette fois de disqualification de la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

Nous vous livrons ci-après son dernier courrier.

EN VOTRE QUALITE DE PARLEMENTAIRE

Madame, Monsieur,

Conc.: PROJET DE DISQUALIFICATION DE LA CONVENTION EUROPEENNE DES DROITS DE L’HOMME

 

 

« Le processus d’adoption de ce singulier projet est actif, ces jours-ci, à Genève, conséquence d’une élaboration discrète de normes contraignantes durant près de dix ans, sans obstacle majeur depuis Durban 1. Certes, l’on nous parlera probablement encore de lignes rouges à propos desquelles les    chancelleries européennes devraient se montrer intraitables. Durban 1 puis Durban 2 ont démontré à suffisance que l’attitude européenne était à la fermeté ce que la purée est au béton. 

 

 Au nom de l’antiracisme, l’on inverse la donne. Il  ressort  du  rapport  A/HRC/13/57 (au sujet dudit projet) du Haut Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, que le Conseil des Droits de l’Homme a circonscrit sa mission comme suit : il s’agit d’évoquer les « liens possibles entre la diffamation des religions et la montée des provocations, de l’intolérance et de la haine dans de nombreuses régions du monde ». L’orientation de ce rapport est assez claire lorsque l’on constate qu’il reprend à son compte cette affirmation-ci : « il a été noté que l’Algérie (…) garantissait la liberté de religion, la tolérance et le respect entre les différentes religions ainsi que la protection de l’Etat aux associations des cultes autres que musulmans ». Aucune mention de la loi algérienne sanctionnant l’apostasie et tout ce qui est assimilé au prosélytisme religieux non musulman.




                                                    

Protéger la liberté du culte est une chose ; l’ériger en mécanisme de censure et de coercition sociale en est une autre. L’enjeu, pour le monde entier, est la préservation des libertés individuelles. Ne nous voilons pas la face, ce sont les Etats islamiques qui sont demandeurs de l’instauration de ces normes contraignantes, et c’est de l’islam qu’il s’agit lorsqu’ils parlent de religion à respecter.  Admettre l’amalgame entre la critique de l’islam et le racisme en habilitant, de surcroît, tout individu à exiger de l’Etat que son prescrit religieux y soit admis, cela signifie pratiquement que tout musulman, où qu’il soit dans le monde, aura le droit d’y faire appliquer la charia par les juridictions locales. Et cela signifie aussi que s’engouffreront dans la brèche, les revendications les plus radicales au nom de n’importe quelle religion, l’islam n’ayant pas le monopole en la matière. S’agissant là d’une convention internationale, lesdites normes contraignantes disqualifieront celles de la Convention européenne des Droits de l’Homme dans la mesure où elles ne seront pas compatibles avec la charia.

Washington a refusé cette criminalisation de la liberté, et annonce une initiative ; Bruxelles tarde à arrêter une position commune aux Etats européens. Bis repetita… »

Veuillez croire à l’assurance de ma considération distinguée.

 

Philippe CHANSAY WILMOTTE

Avocat au Barreau de Bruxelles

 

 

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz