FLASH
[28/03/2017] Maroc : 14 personnes arrêtées pour avoir incendié un commissariat  |  [27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 19 mars 2010
  
  
  

  
  
  
Espionnage – L’Autriche, plaque tournante de l’Iran
  
  
Michel Garroté
  
  
Vendredi 19 mars 2010 – 4 Nisan 5770
  
  
Beyrouth et Genève apparaissent souvent dans les romans d’espionnage. Et pour cause, depuis des décennies, ces deux villes sont des plaques tournantes du renseignement (on peut lire, sur ce sujet, ma série intitulée « Dans le secret des services », cf. ci-dessous, -1-, en fin d’article). Cela dit, la capitale de l’Autriche, reste, elle aussi, un nid d’espions. En ce qui concerne les agents secrets de la théocratie iranienne, Vienne est même devenue la ville de tous les excès.
  
  
A ce propos, Blaise Gauquelin, dans un article intitulé « Les 007 iraniens très à l’aise dans le nid d’espions viennois », article publié hier dans La Tribune de Genève, écrivait :  « Plus que Genève, la capitale autrichienne offre aux services secrets iraniens tout ce dont ils ont besoin pour contourner l’isolement croissant de leur pays. Genève a une concurrente sérieuse !  Car le nid d’espions qu’a toujours été Vienne reprend des couleurs. Et les Iraniens s’y sentent particulièrement à l’aise, eux qui, avec l’Autriche, ont entretenu sans interruption des relations diplomatiques au beau fixe. Actuellement, 48 de leurs diplomates sont enregistrés par le Ministère autrichien des affaires étrangères.
  
  
C’est un chiffre imposant, lorsqu’on le compare à celui d’autres délégations, comme celle du Royaume-Uni, qui n’a choisi d’envoyer à Vienne que 37 hauts fonctionnaires. Alors autant dire qu’une minorité des Iraniens en poste se consacre exclusivement aux relations bilatérales, tout comme au brûlant dossier nucléaire, traité au siège viennois de l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA) !  Selon un ancien espion venu de Téhéran, aujourd’hui simple réfugié, tous ces compatriotes sont là pour faire des affaires. ‘Les services secrets iraniens ont choisi l’Autriche, c’est le théâtre principal de leurs opérations en Europe. Et les passeports diplomatiques ne servent souvent que de couverture’, confie-t-il.
  

  
Achat d’armes aux mafias de l’Est et des Balkans, blanchiment, planification d’enlèvements: l’ouverture des frontières a de nouveau placé l’ancienne capitale impériale au cœur de l’Europe. Et loin de toute publicité néfaste, l’Autriche continue de favoriser le développement des transactions dans la discrétion, ses banques profitant de l’afflux de capitaux et les milieux d’affaires des largesses de la République islamique, premier partenaire commercial dans la région. D’ailleurs, Austrian Airlines continue de relier Vienne à Téhéran en vol direct. Un privilège, qui détourne de Genève bon nombre des négociations de l’ombre. Secret bancaire, anonymat téléphonique, neutralité :  le contexte reste, par ailleurs, propice. Un diplomate occidental est dur avec la Suisse. ‘Genève, c’est fini !’ tranche-t-il.
  
  
‘Les couvertures possibles ici sont simplement plus nombreuses’. L’homme donne l’exemple de la visite récente d’un ministre iranien à l’OPEP, qui a pu dîner avec une personnalité russe…sans que cette rencontre ne figure au programme officiel. Selon Siegfried Beer, spécialiste des questions d’espionnage à l’Université de Graz, ‘l’Autriche connaît tous ces déplacements et identifie les agents iraniens. Mais tant qu’ils ne touchent pas à des citoyens occidentaux, elle ne les entrave pas’.
  
  
Parfois, elle les aide même. En 2006, des données confidentielles sur les technologies de fabrication d’armes de destruction massive seraient parvenues à l’Iran, grâce à des fuites des services autrichiens.
Même les dossiers des demandeurs d’asile ont été transmis, lors de cette période, que l’on assure, désormais close, à l’ambassade d’Iran !  Sans que l’Europe ne s’en émeuve outre mesure ».

   

-1- http://monde-info.blogspot.com/2009/11/dans-le-secret-des-services.html

  

  
  
  
  
  

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz