FLASH
Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments  |  Trump déclare qu’il va demander avis à Obama en raison de son expérience, pour ses futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  |  Trois jihadistes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du couple de policiers à Magnanville en juin dernier  |  Le député LR Damien Abad à Ségolène Royal : « La castritude aigüe, ça se soigne ! »  |  Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  |  « Donald Trump personne de l’année » pour Time Magazine  |  Le vol Pakistan Airlines #PK661 a été observé plongeant vers le sol – il y a 47 personnes à bord avec l’équipage  |  Un avion de Pakistan Airlines avec 34 personnes à bord a disparu des radars au dessus d’Abbottabad  |  Votez et faites gagnez Sylvia Pinel à la primaire socialiste: elle est créditée de 0% de votes, elle sera parfaite face à la droite  |  Syrie : énorme explosion d’un dépôt de munitions de l’armée à Damas, frappé par l’aviation israélienne durant la nuit  |  Malawi : des milliers de chrétiens manifestent contre l’avortement et le mariage homo  |  L’armée syrienne contrôle maintenant 100% des vieux quartiers est d’Aleppo  |  Pour être réélue, Merkel veut maintenant préserver la culture allemande contre le mode tribal et la sharia des immigrés  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 19 mars 2010

La Libye vient de réclamer des excuses à l’Union européenne (UE) pour les mesures d’interdiction d’entrée dans l’espace Schengen à l’encontre de Mouammar Kadhafi et d’autres personnalités libyennes. Elle ne normalisera ses relations avec l’UE et ne lèvera l’interdiction d’entrée sur son propre territoire pour les ressortissants de l’espace Schengen qu’à cette condition.


Libye refuse  déjà  de délivrer des  visas aux européens .Le 14 Février 2010  Tripoli a décidé de suspendre la délivrance de visas aux ressortissants des pays membres de l’Union Européenne, en raison d’un contentieux avec la Suisse provoqué par l’arrestation à Genève en juillet 2008 d’Hannibal, un des fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi soupçonné de violences envers ses domestiques. L’incident a dégénéré en affrontement entre Tripoli et les pays de la zone Schengen, conflit ouvert provenant de restrictions réciproques exercées sur l’émission des visas. Ce différend a empêché les libyens de se rendre en Europe, et les citoyens de 25 pays européens ont dû renoncer à voyager en Libye.


Le 25 février, Oealibya, journal proche de Seif al-Islam al-Kadhafi, autre fils de Kadhafi, a annoncé que la Libye allait mettre en oeuvre sa résolution du 14 février 2010 interdisant aux européens de pénétrer sur son territoire.


« Les ports d’accès à la Libye ont d’ores et déjà commencé à mettre en oeuvre cette résolution, en réponse à la décision prise par la Suisse qui a refusé l’accès à son territoire à 188 libyens, dont le Président et sa famille » a annoncé le responsable libyen.


Le 15 février 2010, également, Cécilia Malmstrom, Commissaire aux Affaires Intérieures de l’UE, a exprimé son regret que « des voyageurs qui avaient obtenu légalement des visas avant la mesure de suspension se soient vus refuser l’entrée en Libye quand ils y sont arrivés ».


Une dizaine de ressortissants français auraient été refoulés à leur arrivée en Libye.


Une source proche des médias au siège de la Commission Européenne à Tunis, qui a désiré conserver l’anonymat, a indiqué que la décision prise par la Libye de refuser l’accès à son territoire aux citoyens européens de la zone Schengen n’affectera pas les relations entre l’UE et Tripoli.


Cette source a dit aux médias tunisiens qu’Adrianus Koetsenruijter, représentant de la Commission Européenne en Tunisie et en Libye, se trouve actuellement à Bruxelles pour mettre la touche finale à un partenariat commercial programmé entre la Libye et l’UE. « M. Koetsenruijter va revenir à Tunis, puis il se rendra à Tripoli pour mener les dernières négociations avec la Libye et pour signer cet accord de partenariat entre les deux parties », indique-t-il.


La Libye a décidé aussi  d’imposer un embargo économique « total » contre la Suisse dans la foulée de la crise diplomatique entre les deux pays, a déclaré le 3 mars , le porte-parole du gouvernement libyen, Mohamed Baayou.


« La Libye a décidé d’imposer un embargo total sur tous les échanges économiques et commerciaux avec la Suisse ».


Elle a décidé par ailleurs d’adopter d’autres alternatives en ce qui concerne les médicaments et les équipements médicaux et industriels » suisses importés par Tripoli, a-t-il précisé.


Les relations entre Berne et Tripoli se sont détériorées après l’interpellation musclée, en juillet 2008 à Genève, d’un des fils du colonel Kadhafi, Hannibal, sur la plainte de deux domestiques l’accusant de mauvais traitements.


La Libye avait déjà pris des mesures de rétorsion à l’encontre de la Suisse, retirant ses avoirs des banques suisses et expulsant les sociétés helvétiques installées en Libye, outre l’annonce de l’arrêt de ses exportations de pétrole vers la Confédération.


Berne avait répondu par l’adoption d’une politique restrictive de visas Schengen envers les ressortissants libyens. Au total, la Suisse importe chaque année 2,5 millions de tonnes de brut en provenance de Libye. En comptant tous les besoins en produits pétroliers et dérivés (11,5 millions de tonnes annuellement), ce volume ne constitue en fait que 20 % des besoins totaux du pays. La Libye envoie presque 90% de sa production de pétrole à l’UE, ce qui la place au quatrième rang des pays exportateurs de pétrole dans l’Union Européenne et elle est son cinquième fournisseur de gaz.


Pour le coup il faut saluer sincèrement la décision Suisse plus courageuse que bien d’autres pays européens qui seront prêts à présenter des excuses à Tripoli comme l’a fait déjà l’Administration de Hussein  Obama,   la semaine dernière (1).


Peu importe les raisons de cette crise, il faut reconnaître  que la Suisse a agit avec fierté. J’espère que quelques pays d’Europe rendront la pareille à la Libye.


Ftouh Souhail, Tunis

 

(1) La semaine dernière Les Etats-Unis se sont excusés d’avoir tourné en dérision l’appel au djihad de Kadhafi contre la Suisse (février 2010) et envoient un émissaire en Libye pour clarifier le malentendu. C’était la condition mise par la Libye à des bonnes relations avec les compagnies pétrolières américaines. Le porte-parole du département d’Etat, Philip Crowley, s’était moqué de l’appel à la guerre sainte lancé par le colonel Kadhafi à l’encontre de la Suisse en disant que cela lui rappelait la diatribe du dirigeant libyen à la tribune de l’ONU en septembre  2009: ”Beaucoup de mots, beaucoup de papier volant un peu partout et pas forcément beaucoup de sens“. La Libye a ensuite sommé Washington de s’excuser et mis en garde les compagnies pétrolières américaines.


Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz