FLASH
Obama vient d’émettre une interdiction de déplacer l’ambassade des Etats Unis de Tel Aviv à Jérusalem : Obama, on vous aime, ça aidera Trump à ne pas hésiter !  |  Premiers sondages en sortie des urnes : Bellen (Vert) 53.6%, Hoffer (FPO) 46.4%  |  Finlande : Le maire et 2 journalistes ont été tués hier soir par un sniper à #Lmatra, le tueur a été arrêté  |  2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 23 mars 2010

L’EDITO DE CYRANO :

Nous avons eu droit à une soirée électorale dans la continuité de celle de la semaine dernière. Malgré les appels à la mobilisation et la culpabilisation des abstentionnistes, un Français sur deux n’est pas allé voter, soit 10 % de plus qu’en 2004.


C’est la confirmation d’une véritable insurrection abstentionniste, qui avait déjà été spectaculaire lors des dernières européennes, où 60 % des citoyens étaient restés à la maison. Dans un article titré de manière provocatrice, le journaliste de Marianne, Périco Legasse, expliquait : « Promoteurs du traité de Lisbonne, le peuple français vous crache à la gueule ».

Promoteurs-du-traite-de-Lisbonne,-le-Peuple-Francais-vous-crache-a-la-gueule_a189789.html


Les scores du Front national ont partout progressé entre le premier tour et le deuxième tour, alors qu’en temps normal, lors d’une triangulaire, le score de la troisième liste baisse, au profit du vote utile.


Quant à Georges Frêche, malgré une triangulaire, il dépasse les 50 %, ridiculisant l’ensemble de la gauche qui le considère comme un « raciste populiste xénophobe », voire un « Le Pen de gauche », et administrant une fessée mémorable à Martine Aubry, grande prêtresse des basses manoeuvres locales pour s’en débarrasser.

Pourquoi cette débâcle de l’UMP ? Certainement pas, malgré ce que racontent les caciques du PS, grâce au charisme de Martine Aubry ! Tout simplement parce que les Français ne sont pas idiots, et constatent, chaque jour, le décalage abyssal entre les propos de campagne de Nicolas Sarkozy, et notamment les discours d’Henri Guaino, dans lesquels beaucoup se sont reconnus, et la réalité de sa politique.


Ce qu’ils reprochent au président de la République, et par ricochet à l’UMP, ce n’est pas l’utilisation du mot « karcher » (repris depuis par Fadela Amara), mais de ne pas l’avoir passé, depuis près de 3 ans de pouvoir, et de constater que le gouvernement est de plus en plus incapable de faire respecter l’ordre dans les Territoires perdus de la République.

Ce qu’ils reprochent à Nicolas Sarkozy, c’est de tolérer qu’en France des voyous se permettent de tenir tête à la police, et le plus souvent de bénéficier d’une impunité insupportable, quand les automobilistes se font racketter pour le moindre excès de vitesse.


Ce qu’ils reprochent à Nicolas Sarkozy, au-delà des effets d’annonce de 30.000 expulsions par an, c’est qu’en période de chômage de masse, l’immigration continue à progresser, même si la majorité des démographes en cachent la réalité. Comment ce gouvernement peut-il expliquer aux Français que la population a pu progresser, en 8 ans, de 5 millions d’habitants, alors que la différence entre les naissances et les décès ne représente que 2 millions d’habitants ? Comment peut-il ne pas voir que cette nouvelle immigration, issue essentiellement de pays musulmans, empêche l’intégration des derniers arrivés, souvent les plus frappés par le chômage ? Comment peut-il ne pas voir qu’elle renforce l’offensive de l’islam en France ?


Ce qu’ils reprochent à Nicolas Sarkozy, qui avait parlé des Français qui se lèvent tôt, et de la feuille de paie, lors de sa campagne, c’est que, dans une période où les caisses sont vides, où le déficit s’accroît, la solidarité nationale profite beaucoup plus à une politique de l’assistanat qu’aux travailleurs, qui, notamment dans le privé, subissent la menace des délocalisations, la pression du chômage de masse, et, dans certains secteurs, la concurrence de travailleurs immigrés qui contribuent à tirer les salaires vers le bas.


Ce qu’ils reprochent à Nicolas Sarkozy, c’est que des secteurs clés de notre pays, comme l’école et l’hôpital partent à la dérive, pour le plus grand bonheur du secteur privé, réservé à ceux qui ont les moyens de payer.


Ce qu’ils reprochent à Nicolas Sarkozy, c’est d’avoir, lors de sa campagne électorale, récité de superbes discours d’Henri Guaino, et de promouvoir des Yazid Sabeg, de la discrimination positive, de la Halde, de la société multiculturelle et du métissage obligatoire ( !), tournant le dos aux principes républicains de notre pays.

http://www.youtube.com/watch ?v=UCs4ZcsDo4E


Ce qu’ils reprochent à Nicolas Sarkozy, c’est de démontrer qu’au-delà de discours de circonstance, la politique, en France, se montre aujourd’hui impuissante face à un ensemble de lobbies, et à des structures supra-nationales.


Pour autant, si les Français devaient voter aujourd’hui, ils éliraient très probablement le président de la République, par réflexe de défense, face à la gauche.

Christine Tasin explique fort bien ce que serait une France dirigée par le PS et les Verts. Un véritable cauchemar, un repoussoir dont les Français ont raison de ne pas vouloir !

http://www.ripostelaique.com/Le-cauchemar-d-une-societe-qui.html


L’absence dramatique d’une alternative républicaine, laïque et sociale ne leur laisse guère le choix.


Comment pourraient-ils faire confiance à une gauche qui a abandonné le peuple, le monde du travail, et qui se bat pour la régularisation des clandestins, et pour une politique immigrationniste sans intégration, contribuant à enfoncer le pays ?


Comment pourraient-ils faire confiance à une gauche qui qualifie le débat sur l’identité nationale de « pétainiste » ?


Comment pourraient-ils faire confiance à une gauche qui s’oppose à une loi contre la burqa ?


Comment pourraient-ils faire confiance à un Parti socialiste qui a deux de ses principaux dirigeants à la tête des structures capitalistes mondiales, Dominique Strauss-Kahn, et Pascal Lamy ?


Comment pourraient-ils oublier que c’est à la « gauche plurielle » et à Jospin que l’on doit ( entre autres choses) le traité d’Amsterdam, la mise en place de l’euro, le protocole de Lisbonne qui « détruit » la notion de service public ?


Comment pourraient-ils faire confiance à une gauche qui a toujours un discours victimaire sur les délinquants, et pas un mot sur les agressions, parfois mortelles, subies par les policiers ?


Comment pourraient-ils faire confiance à une gauche où une Ségolène Royal ose demander pardon, au nom du peuple français, en Afrique, montrant de manière caricaturale des dégâts de la politique de repentance si présente dans ce camp ?


Comment pourraient-il faire confiance à une gauche qui, comme l’UMP, ferme les yeux sur la réalité de l’offensive islamique, et ses conséquences ?


Comment pourraient-ils faire confiance à une gauche qui crie au loup sur les réformes que la droite envisage, comme les retraites, alors que chacun sait qu’une fois au pouvoir, elle les appliquera ? Nous n’avons pas oublié les cris entendus, en 1993, lorsque Balladur a fait passer les salariés du privé de 37,5 années à 40 années, et imposé un nouveau calcul intégrant les 25 meilleures années, au lieu des 10. La gauche plurielle, revenue au pouvoir en 1997, a eu 5 ans pour remettre en cause ce qu’elle avait critiqué… elle n’en a rien fait.


Comment pourraient-ils faire confiance à une gauche dont certains discours post-soixantehuitards ont contribué à la casse de ce merveilleux outil qu’était l’école républicaine ?

Comment pourrions-nous faire confiance aux adeptes de l’enfant-roi, et de toute l’idéologie bobo gauchisante ?


Nous pourrions multiplier les exemples. 7 Français sur 10 ne voient aucune différence entre une politique de gauche et une politique de droite. Et 7 Français sur 10 se refusent de choisir entre l’UMP et le PS, se réfugiant dans l’abstention, le vote FN, ou un vote Frêche dès que l’opportunité se présente. L’UMPS nous a embarqués dans une Europe qui est en train de couler, la faillite de la Grèce ne fait que l’accélérer. La question nationale demeure un gros mot pour l’UMPS, engluée dans un européisme béat.


Que cela soit sur la réaffirmation des principes républicains, sur la souveraineté nationale, sur la réindustrialisation d’un pays où on redevienne fier d’être travailleur, sur la maîtrise de l’immigration, sur l’affirmation d’une laïcité de combat, face au péril islamiste, sur la défense des services publics, sur une gestion sans clientélisme du bien public, le Respublica, les Français savent qu’ils n’ont rien à attendre de l’UMP. Et pas davantage d’une gauche où le rôle néfaste, réactionnaire et obscurantiste des communautaristes Verts, alliés à des régionalistes rêvant du démembrement de la France (voir carte ci-dessous), présage le pire pour notre pays et son unité.

On peut s’attendre, cette semaine, à une fronde des élus UMP, qui commencent à trembler pour leurs postes, et vont forcément s’interroger sur les vertus de l’ouverture, et de la politique sarkozyste. Dominique de Villepin va obligatoirement se positionner en recours à Nicolas Sarkozy, dans une posture gaulliste qu’il affectionne. Un schisme guette l’UMP, inévitablement.


Pendant ce temps, loin des discours édulcorants de la classe politique, et de la bien-pensance médiatique, la peur, sociale et physique, progresse dans ce pays, et les citoyens comprennent qu’ils n’ont rien à attendre, pour les défendre, de ceux qui sont heureux de se partager les postes de pouvoir, dans les ministères, dans les régions et dans les communes… ce qui fait bien vivre les appareils, et aussi les clans familiaux qui se distribuent emplois, logements, prébendes diverses, tout en se préservant des problèmes posés par l’insécurité et l’immigration sous toutes ses formes.


Ce genre de vide politique peut déboucher sur n’importe quoi, de totalement imprévisible. Le pire, des soulèvements ethniques et communautaristes, orchestrés par l’extrême gauche, comme le meilleur, un sursaut républicain du peuple français…


Pendant ce temps là, Eric Zemmour, soutenu par la majorité des citoyens de ce pays, est l’objet d’une campagne de dénigrement de la part des compagnons de route de cette gauche qui monopolisent les médias, et bien des postes stratégiques. Son crime : oser tenir un discours de vérité qui remet en cause tous les discours relativistes qu’on nous tient sur les plateaux de télévision. Une raison supplémentaire pour refuser cette gauche, et ses tristes compagnons de route que sont le Mrap, la Licra ou Sos Racisme, ceux qu’Alain Finkielkraut appelle les nouveaux totalitaires du XXI° siècle.


Riposte Laïque
subit le même genre de procès, où la grossièreté des calomnies remplace l’argumentation. Le but de nos détracteurs : nous rendre infréquentables, et intimider ceux qui osent encore nous fréquenter, nous inviter à des conférences, ou à des débats télévisés ou radiophoniques. Comme l’écrit remarquablement Maurice Vidal, « Ce n’est pas en taxant de « racistes » des propos, des écrits ou des affiches qu’un contradicteur convainc : c’est en prouvant que ces propos, ces écrits ou ces affiches sont « racistes ». Mais quand les preuves commencent par la fraude des mots, la tâche est vouée à l’échec, et la rage triomphe ! »


Nous soumettons au jugement de nos lecteurs la dernière conférence de RL, et surtout le débat qui a suivi.

http://rutube.ru/tracks/3053437.html


Pendant ce temps là, ce samedi, l’équipe de France de rugby a réussi le grand chelem, contre l’Angleterre. Aucune Marseillaise sifflée, aucune voiture incendiée, aucune bagarre de supporters, aucune déclaration de supporters basques qui ethnicisent cette victoire, à l’instar des « djeunes » disant que quand la France gagnait, au football, c’est grâce à Zizou (autrement dit grâce à l’Algérie), aucun drapeau français brûlé, un public qui chante « La Marseillaise » à pleins poumons, des joueurs qui la chantent du fond de leur coeur, une France qu’on aime, une France populaire que méprisent les élites et les médias, une France que son peuple ne veut pas voir disparaître…


Une France dont l’historien britannique Théodore Zeldin disait, dans son « Histoire des passions françaises », « Aucune nation, aucune démocratie, ne peut écrire sa propre histoire sans reconnaître à la France une dette ou une influence directe. L’histoire de France aura toujours un sens pour l’histoire universelle ».


Cela ne vaut-il pas tous les discours sur l’identité nationale ?

 

http://www.ripostelaique.com/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz