FLASH
[23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  |  Corse : 25 cocktails Molotov ont été lancés cette nuit contre la sous-préfecture de Corte sans faire de blessé  |  Non confirmé : un attentat terroriste aurait été évité ce matin à Anvers  |  Un Français a été enlevé par des musulmans au Tchad  |  « Si l’Islam est une religion de paix, pourquoi dois-je me déplacer partout avec des gardes armés ? » Ayaan Hirsi Ali  |  Sur la page Facebook d’Al Jazeera les arabes ont « réagi avec joie à l’attentat de Londres »  |  Sinaï égyptien : 15 terroristes tués, 7 arrêtés. 500 kg de TNT et des bombes artisanales saisis  |  Blocus ? Non, propagande. 10 ambulances ont transporté des malades de Gaza se faire soigner en Israël hier  |  L’ex député russe Denis Voronenkov qui a fui en Ukraine a été tué dans une rue de Kiev. Tueur appréhendé  |  Guignol : « Le niveau de la menace terroriste extrêmement élevée » – Cazeneuve, qui voulait lever l’état d’urgence il y a 8 jours  |  Blocus de Gaza ? Non, propagande. Le 22 mars, 692 personnes ont été autorisés à entrer en Israël depuis Gaza  |  L’Autriche décide l’interdiction formelle à Erdogan de faire campagne sur son sol  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 26 mars 2010
  
  
  

  
  

France / Fin de l’ère Sarkozy ?

Michel Garroté

Vendredi 26 mars 2010 – 11 Nisan 5770

Dans une analyse intitulée « 
France / Fin de l’ère Sarkozy ? », MICHEL GURFINKIEL écrit :  « Le chef de l’Etat a oublié en grande partie le programme conservateur ou néoconservateur qui avait assuré sa victoire en 2007. La sanction est terrible.Les élections régionales qui viennent de se dérouler en France marquent  peut-être la fin de l’ère Nicolas Sarkozy. En 2007, ce dernier avait été élu à la présidence de la République avec une majorité substantielle, et avait fait élire, dans la foulée, un parlement de droite. Il s’était imposé face à une autre personnalité forte, la socialiste Ségolène Royal. Et surtout, il avait réussi à capter une partie importante de l’électorat du Front national en arguant d’une  ‘rupture’ avec Jacques Chirac. Sarkozy a bénéficié de six mois d’état de grâce. Dès l’automne 2007, la tendance s’est renversée.

Au candidat sûr de lui-même et de ses dossiers a succédé un président touche à tout, impulsif, désordonné, ballotté entre ses problèmes personnels (son divorce avec Cécilia Ciganer, sa liaison puis son mariage avec Carla Bruni) et un désir presque puéril d’être ‘reconnu’ par les puissances de l’argent, du monde intellectuel ou du show business. Mais ce qui est en définitive beaucoup plus grave, le chef de l’Etat a oublié en grande partie le programme conservateur ou néoconservateur qui venait d’assurer sa victoire : que ce soit en matière d’économie, de fiscalité, d’identité nationale ou de politique étrangère. Sur ce dernier plan, Sarkozy a eu le mérite de faire rentrer la France dans l’Otan et de dénoncer le péril iranien.

Mais par ailleurs, que d’erreurs : la nébuleuse ‘Union pour la Méditerranée’, Kadhafi et Assad reçus en grande pompe, Israël battu froid lors de la guerre de Gaza ou du débat sur la rapport Goldstone, Charles Enderlin décoré, la Russie de Poutine et de Medvedev promue au rang d’alliée…
Dès 2008, Sarkozy perd les municipales. En 2009, il ne gagne pas les européennes. Aujourd’hui, en 2010, il est étrillé aux régionales. Les chiffres sont terribles. 54,1 % pour l’ensemble de la gauche. 35,4 % pour la droite. 9,4 % pour un Front national qui ressuscite.

Certes, une forte abstention – 48,9 % – relativise ces résultats : la gauche aurait tort de se croire invincible, et les lepénistes de penser qu’ils ont déjà retrouvé leur assise des années 1988-2002. Mais d’autre part, il est clair que l’abstention a été plus forte à droite qu’à gauche. Sarkozy l’a admis en procédant, par le biais d’un remaniement ministériel, à une légère ‘droitisation’ du gouvernement. Mais c’est trop peu, trop tard, trop confus. On ne retrouve pas la confiance d’un électorat à un prix aussi bas ».

© Michel Gurfinkiel, 2010

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz