FLASH
[27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 29 mars 2010
  
  
  

  
  
  
Un boomerang islamique s’écrase sur Moscou
  
  
Michel Garroté
  
  
Lundi 29 mars 2010 – 14 Nisan 5770
  
  
Dans une dépêche intitulée « Double attentat-suicide dans le métro de Moscou », l’agence de presse internationale Associated Press, aujourd’hui lundi 29 mars, à
14:45, heure de Paris, informe : « Le métro de Moscou a été une nouvelle fois pris pour cible par des terroristes, lundi matin en pleine heure de pointe. Deux attentats suicide commis à moins d’une heure d’intervalle ont fait au moins 37 morts et 65 blessés, selon les autorités, qui parlent de femmes kamikazes et privilégient la piste de rebelles du Caucase. La première explosion s’est produite peu avant 08:00 locales dans la station Loubianka, située sous le bâtiment abritant les principaux bureaux du Service fédéral de sécurité (FSB, ex-KGB), dans le centre de la capitale russe (Note de Michel Garroté :  autrement dit, même la Loubianka n’est plus à l’abris d’un incident technique ; y’en a qui vont encore regretter Staline).
  
Elle a été suivie environ trois quarts d’heure plus tard par une deuxième déflagration, dans la station Park Koultoury. D’après le ministre des Situations d’urgence Sergueï Choigou, le bilan total s’élevait en début d’après-midi à 37 morts (Note de Michel Garroté :  il existe donc en Russie un ministère des « Situations d’urgence », sorte de bureau d’aide en cas de catastrophes, je présume).
  

  
Il n’a pas communiqué le nombre des victimes dans chacune des stations visées. Des responsables ont également fait état de 65 blessés. Selon le maire de Moscou, Iouri Loujkov, qui a dit tenir ses informations du FSB (Note de Michel Garroté :  FSB ex-KGB sous lequel a donc eu lieu le premier attentat), ces attentats sont l’œuvre de « deux femmes kamikazes ». Lors d’une réunion avec le président Dimitri Medvedev, le patron du FSB, Alexandre Bortnikov, a pointé du doigt sans autres précisions une piste terroriste caucasienne, sur la base d’un examen des restes des corps des kamikazes (Note de Michel Garroté :  les restes sont donc de souche caucasienne).
  
La région du Caucase comprend notamment la Tchétchénie, où des accrochages réguliers persistent entre les séparatistes et les forces pro-russes, après les guerres de 1994-96 et 1999-2009. « Nous poursuivrons la lutte contre le terrorisme sans faillir et jusqu’au bout », a lancé le président Medvedev lundi (Note de Michel Garroté :  il parle comme Sarkozy maintenant).
  
Le Premier ministre Vladimir Poutine, qui s’est illustré par son intransigeance, voire son mépris des droits de l’Homme, face aux séparatistes tchétchènes quand il était président de 2000 à 2008, a juré lundi que « les terroristes seront détruits » (Note de Michel Garroté :  lui aussi parle maintenant comme Sarkozy, mais il a tendance à faire ce qu’il dit, tout de même, lui).
  
De nombreux dirigeants dans le monde, dont le président américain Barack Obama et son homologue français Nicolas Sarkozy, ont condamné les attentats et assuré la Russie de leur solidarité (Note de Michel Garroté :  solidarité envers les familles des victimes eut été plus charitable, mais bon, on ne va pas chipoter).
  
La sécurité a été renforcée dans le métro et les autres transports publics de New York (Note de Michel Garroté :  la transition est un peu raide ; je suppose que c’est Obama et non Poutine qui en a donné l’ordre, pour New York, je veux dire).
  
Les explosions ont quasiment paralysé le trafic dans Moscou alors que les véhicules des services d’urgence se rendaient vers les lieux des attentats. A la station Park Koultoury, près du parc Gorki, l’auteur de l’attentat a déclenché sa ceinture d’explosifs à l’ouverture des portes d’une rame, a expliqué Vladimir Markine, porte-parole des services d’investigation, ajoutant que la femme n’avait pas été identifiée. « J’ai entendu une détonation, tourné ma tête : il y avait de la fumée partout. Des gens couraient vers les sorties en hurlant », a confié Alexandre Vakoulov, qui se trouvait à bord d’une rame sur le quai opposé. A Loubianka, une vendeuse de journaux devant la station, Loudmila Famokatova, a expliqué que l’attentat n’avait apparemment provoqué aucun mouvement de panique mais que nombre d’usagers étaient sortis désorientés (Note de Michel Garroté :  forcément, les gens n’allaient tout de même pas hurler à la Loubianka et risquer de passer pour des opposants).
  
« Un homme pleurait » et a dit « grâce à Dieu, j’ai survécu », a-t-elle raconté. Le dernier attentat confirmé à Moscou date du 31 août 2004. Une kamikaze avait fait sauter sa charge explosive près de la station de métro Rijskaïa, faisant au moins dix morts. L’attentat avait été revendiqué par un groupe islamiste soutenant les rebelles tchétchènes. La police russe a tué récemment plusieurs chefs des militants islamistes dans le Nord-Caucase, dont un la semaine dernière dans la république de Kabardino-Balkarie (Note de Michel Garroté :  « tué » des « militants » parce que c’est la police russe ; quand c’est le Mossad qui liquide un terroriste criminel hamassoïde à Dubaï, on dit « assassiner » et non « tuer » ; alors que liquider un terroriste, ça s’appelle traiter une cible ; toujours ce problème de vocabulaire ; énervant à la fin…).
  
Ces opérations ont suscité la crainte d’actes de représailles (Note de Michel Garroté :  suscité la crainte au sein de l’Associated Press ou au FSB de la Loubianka ?).
  
En février, le dirigeant rebelle tchétchène Dokou Oumarov avait déclaré dans un entretien à un site web lié aux rebelles que « la zone des opérations militaires serait étendue au territoire de la Russie. La guerre arrive dans leurs villes », avait-il lancé. Il avait revendiqué l’attentat de novembre dernier contre le train Nevski-Express assurant la liaison Moscou/Saint-Pétersbourg, qui a fait 26 morts (Note de Michel Garroté :  ce serait peut-être moins compliqué si Poutine renonçait à certaines alliances russo-mahométanes au Moyen Orient et en Asie centrale…).
  
Elément clef des déplacements dans une capitale atteinte d’engorgement du trafic, le métro de Moscou transporte quelque sept millions de passagers en moyenne lors des jours ouvrables » (Fin de la dépêche « Double attentat-suicide dans le métro de Moscou » diffusée par Associated Press).
  

  
  
  
  
  
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz