FLASH
Wisconsin: Les Verts ont dépensé 1 million $ pour demander le recomptage. Sur 2.975 millions, ont été trouvés pour l’instant 349 votes manquants  |  Référendum italien : 56% pour le non, 44% oui. Renzi démissionne – Ce n’est cependant pas ITALXIT  |  Obama vient d’émettre une interdiction de déplacer l’ambassade des Etats Unis de Tel Aviv à Jérusalem : Obama, on vous aime, ça aidera Trump à ne pas hésiter !  |  Premiers sondages en sortie des urnes : Bellen (Vert) 53.6%, Hoffer (FPO) 46.4%  |  Finlande : Le maire et 2 journalistes ont été tués hier soir par un sniper à #Lmatra, le tueur a été arrêté  |  2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 27 avril 2010

Michel_Gurfinkiel_Photo_Alain_Azria.jpg

 

Par Michel Gurfinkiel – 15 avril 2010


Forgée par l’érudit anglais John Trapp en 1622, la locution grecque hapax legomenon (« dit une seule fois ») désigne les mots singuliers de la Bible et par extension de chaque corpus littéraire. Ce concept vénérable serait utile dans bien d’autres domaines, notamment ceux , comme les sciences politiques, où l’on a sans cesse tendance à ramener le singulier au général et l’exception à la règle. Certains événements, certaines  évolutions, ne se produisent en effet que dans un seul pays, au sein d’un seul peuple. Mais la plupart des politologues, sociologues et historiens ont peur, en l’admettant, de remettre en question la discipline et les théories dont ils se réclament.L’hapax historico-politique le plus flagrant, c’est le peuple juif. La Bible elle-même souligne, dès le Pentateuque, le caractère hors norme d’une collectivité humaine que Dieu forge au sein d’une autre collectivité – l’Egypte – avant de l’extirper par « Sa main puissante » : une série de prodiges et de « catastrophes », où l’ordre naturel des choses semble sans cesse bafoué. L’histoire juive subséquente, telle que les Nations elles-mêmes la relatent, n’est pas moins atypique.

Qu’un peuple de l’Orient ancien soit écrasé par les Assyriens et les Babyloniens et déporté loin de sa terre d’origine, le cas était fréquent. Qu’il revienne en masse dans cette terre, le cas est unique.

Nous savons aujourd’hui, par l’archéologie, que les rois perses achéménides ont permis à tous les peuples de l’Orient, déportés à l’instar des Israélites, de regagner leur patrie et de rebâtir leurs sanctuaires. Mais aucun ne l’a fait de manière significative, ayant un impact historique tangible, sauf Israël.

Certes, une partie d’Israël seulement, mais une partie de plus en plus importante. Les Hagiographes parlent de 40 000 olim seulement à l’époque de Zerubabel. Mais quatre siècles plus tard, sous Auguste, on compte 1 million de Juifs en Eretz-Israël selon la projection la plus basse, et près de 3 millions selon la projection la plus haute. Même en admettant que la croissance démographique juive d’Eretz-Israël ait été très forte à cette époque (il est avéré que les Juifs prenaient mieux soin de leur enfants que la plupart des Gentils), cette progression aurait été impossible sans un flux continuel d’immigration de la Diaspora.

Mais ce qui ne s’est jamais vu, nulle part, dans aucun espace civilisationnel, c’est qu’un peuple soit chassé de sa patrie par deux fois et qu’il y revienne par deux fois. Et ce qui va à l’encontre de toutes les lois historiques ou sociologiques, c’est que son second retour survienne dix-sept ou dix-huit siècles après son second exil. Ou qu’il se déroule, comme le premier, par « la permission des Nations ». Cela s’est produit pour les Juifs. Fidèles à la Torah, au delà de la destruction du Second Temple, ils étaient fidèles à Eretz-Israël. Quand les princes des Nations – Lord Balfour, la SDN, l’Onu – permettent enfin à Israël de revenir chez lui, pour la seconde fois dans une histoire multiséculaire, Israël le fait.

Frédéric II, le roi qui fit de la Prusse l’une des grandes puissances de l’Europe au XVIIIe siècle et fonda, en même temps, la nation allemande moderne, était un « libre-penseur ». S’il respectait, en tant que roi, la religion chrétienne, il n’y croyait pas. Mais il ne forçait personne à ne pas y croire. Un soir, à Potsdam, dans son château de Sans-Souci, il demanda à son chapelain : « Mais enfin, pasteur, donnez-moi une seule preuve de l’existence de Dieu ? » Et l’ecclésiastique répondit : « Les Juifs, Sire, les Juifs ! »

Cinquante ans plus tard, en 1812, Napoléon, l’un des plus grands génies militaires et politiques de l’histoire mondiale, se préparait à envahir la Russie. Il campait, avec une armée de six cents mille hommes – la Grande Armée – en Pologne. Il dépendait, pour l’approvisionnement de ses troupes et pour ses chevaux, des Juifs.

Un matin, point de Juifs.

Napoléon fixa le comte, puis les autres officiers. Il se tut un instant. Enfin, comme le rapporte Ségur dans ses Mémoires , il dit : « Messieurs, un peuple qui pleure encore sa patrie dix-sept siècles après sa destruction la reconstruira. »

Aujourd’hui, un pays juif a été reconstitué en Eretz-Israël, alors que toutes les lois de l’histoire s’y opposaient. Il a survécu au milieu de nations hostiles, alors que toutes les lois de la stratégie s’y opposaient. Fondé par des Juifs certes héroïques, mais souvent éloignés de la Torah de leurs pères, ce pays ne cesse, décennie après décennie, de revenir à son héritage saint. Alors que toutes les lois de la sociologie s’y opposaient.

Je ne vois qu’un seul mot savant pour rendre compte de ces événements exceptionnels : hapax.

© Michel Gurfinkiel, 2010

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz