FLASH
83% des Israéliens considèrent que Donald Trump est un pro-israélien. Les juifs gauchistes reçoivent une énorme dégelée  |  Le président italien refuse la démission du Premier ministre Renzi  |  Manuel Valls a informé le président Hollande qu’il se présente à la primaire socialiste – comme si c’était un scoop: Oh! on est tous étonnés!  |  Trump: « si les médias étaient honnêtes et honorables, je n’aurais pas besoin de tweeter. Tristement, je ne sais pas si ça changera »  |  Excédé par la pollution sonore de l’appel du muezzin, un Israélien demande que les imams envoient leurs appels audio par Whatsapp  |  Libye : le gouvernement a repris la ville de #Sirte à l’Etat islamique, dont les combattants se préparent à se mélanger aux migrants  |  Ecosse. Fumer avec un enfant dans la voiture, c’est 119 € d’amende  |  Raciste ? Trump a nommé un noir, Ben Carson, comme Secrétaire au logement et au développement urbain  |  Wisconsin: Les Verts ont dépensé 1 million $ pour demander le recomptage. Sur 2.975 millions, ont été trouvés pour l’instant 349 votes manquants  |  Référendum italien : 56% pour le non, 44% oui. Renzi démissionne – Ce n’est cependant pas ITALXIT  |  Obama vient d’émettre une interdiction de déplacer l’ambassade des Etats Unis de Tel Aviv à Jérusalem : Obama, on vous aime, ça aidera Trump à ne pas hésiter !  |  Premiers sondages en sortie des urnes : Bellen (Vert) 53.6%, Hoffer (FPO) 46.4%  |  Finlande : Le maire et 2 journalistes ont été tués hier soir par un sniper à #Lmatra, le tueur a été arrêté  |  2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 7 mai 2010

  

 

  

  

  

  

Le quatrième secret de Fatima

   

Non, ils sont trois, pas quatre. Mais le troisième a été rapporté de façon falsifiée par certaines personnes. Dans ce contexte, je reproduis, ci-dessous, un article de Francesco Antonio Grana, article paru le 3 mai 2010 dans ‘L’Avanti’, sous le titre ‘La modernité de Benoît XVIet traduit en français par le site ‘benoit-et-moi’. Au bas de cet article, on trouvera les extraits adaptés de deux notes du site ‘benoit-et-moi’ à propos du troisième secret de Fatima et à propos de Benoît XVI,  deux notes qui renvoient, en hyperlink, à d’intéressants documents (*) (**). L’article de Francesco Antonio Grana et les extraits adaptés de deux notes du site ‘benoi-et-moi’ constituent une contribution intéressante au débat sur Benoît XVI en particulier et l’Eglise catholique en général. Quant au troisième secret de Fatima, si certains l’ont relié à l’attentat manqué contre Jean-Paul II, d’autres le redécouvrent aujourd’hui dans l’incroyable tourmente qui s’est abattue et qui s’abat encore sur Benoît XVI. Le troisième secret dans une quatrième dimension.

   

Michel Garroté

  

  

  

   

   

La modernité de Benoît XVI

Par Francesco Antonio Grana (*)

   

Les secrets de Fatima sont quatre (**). « Pour l’Église catholique, à Medjugorje, c’est vraiment la Sainte-Vierge qui est apparue. Les prêtres sont tous (ou presque) pédophiles. Et les évêques, qui sont toujours des prêtres, ne font pas exception. Le Pape est un vieillard rétrograde, isolé dans des recherches théologiques raffinées n’apportant aucune solution concrète au monde globalisé qui affronte une crise économique difficile ». Si tout cela est vrai, comment expliquer alors les vérifications scrupuleuses de Ratzinger et de Bertone sur la dernière voyante de Fatima, Sœur Lucie dos Santos, avant la révélation du troisième et dernier secret, voulue par Jean-Paul II au cours de l’année jubilaire 2000 ?  Comment motiver le choix de Benoît XVI de constituer une commission de théologiens présidée par le cardinal Camillo Ruini, pour enquêter sur les phénomènes de Medjugorje ?  Comment expliquer la lettre du pape aux catholiques en Irlande sur les enfants victimes d’abus sexuels commis par des prêtres pédophiles ?  Comment expliquer l’encyclique sociale Caritas in veritate où Ratzinger affronte avec clarté et sans échappatoires la crise économique mondiale ?

Pourtant, certaines personnes continuent à attaquer l’Eglise en utilisant ces arguments. La réalité est sous les yeux de tous, mais elle semble invisible. Dans le très grave problème des prêtres pédophiles, que Ratzinger affronte, le scalpel à la main, intervenant avec la radicalité qui est le propre du chirurgien lorsqu’il opère un malade du cancer, il y en a même qui veulent mettre en cause Jean-Paul II et son procès en béatification. Peu importe si la vérité des documents officiels affirme tout autre chose. Et l’importance des gestes accomplis par Benoît XVI – qui, après la lettre aux catholiques irlandais, a rencontré à nouveau lors de son récent voyage à Malte plusieurs victimes d’abus sexuels par des prêtres – compte encore moins. Il y en a qui accusent le pape de faire trop peu, qui l’invitent à présenter des excuses publiques et qui réclament même sa démission. La barque de Pierre a beaucoup pris l’eau au cours de ces mois, mais elle n’a certes pas coulé. Son timonier invite les marins de l’Eglise, les cardinaux, les évêques et les prêtres du monde entier, en particulier en cette année sacerdotale, à hisser les voiles et à prendre le large.

Il (Benoît XVI) n’a pas les yeux obscurcis par la fumée d’encens, Papa Benedetto. Il n’échappe pas à son regard de père et de pasteur que, malheureusement, parmi les travailleurs dans la vigne du Seigneur, il y en a aussi qui travaillent pour que les mauvaises herbes étouffent la croissance du grain. Du reste, pour le Pape théologien, ce n’est pas une découverte. Cardinal de la Curie depuis plus de vingt ans, il avait dénoncé la saleté de l’Eglise dans ses désormais célèbrissimes méditations lors du Chemin de Croix en 2005, au cours de la dernière Pâque de Jean-Paul II. Le gardien de la foi n’aurait jamais imaginé alors que seulement vingt jours après, les cardinaux électeurs, et pour ceux qui croient, le Saint-Esprit, allaient le choisir pour diriger l’Eglise après le long règne du grand Jean Paul II. L’agenda de la papauté s’est alors rempli de rendez-vous, en partie pris par son prédécesseur, en partie voulus par Ratzinger lui-même. Mais surtout, et c’est un fait sur lequel il faut réfléchir, dictés par ses détracteurs les plus virulents et même par les médias qui ont parfois soulevé des tollés incroyables.

Il suffit de citer la célèbre conférence de Ratisbonne. Pour les journalistes, le Pape a récemment indiqué les voies du continent numérique (http://benoit-et-moi.fr/2010-I/… ), en les invitant à ouvrir la voie à de nouvelles rencontres, en veillant toujours à la qualité du contact humain et à l’attention aux personnes et à leurs besoins spirituels vrais et dépassant la pollution de l’esprit qui nous conduit à ne pas nous regarder en face.

Est-ce là un pape rétrograde ?  Est-ce là une Église anachronique ?  Pour quiconque la regarde attentivement et sans parti pris, ce que Benoît XVI affirmait dans son homélie de la Messe pour le début de son ministère pétrinien ne semble pas irréel, à savoir que l’Église est vivante et jeune. Son visage, bien que parfois défiguré par certains de ses hommes, resplendit de la bonté et de la cohérence de ceux, et le Pape en premier, qui l’aiment et travaillent quotidiennement pour le bien de chaque homme. « Pâques – a rappelé le Pape – n’opère aucune magie. De même qu’au-delà de la mer Rouge les Juifs ont trouvé le désert, pareillement l’Eglise après la Résurrection, trouve toujours l’histoire avec ses joies et ses espérances, ses tristesses et ses angoisses. Et pourtant, cette histoire a changé, elle est marquée par l’alliance nouvelle et éternelle, elle est vraiment ouverte à l’avenir. C’est pourquoi, sauvés dans l’espérance, nous poursuivons notre pèlerinage ». Sûrs que les loups ne manqueront pas.

© Copyright L’Avanti, 3 maggio 2010

Traduction française :

http://benoit-et-moi.fr/2010-II/0455009d6b0fa2a05/0455009d710884e01.html

Notes :

(*) Francesco Grana est l’auteur d’un livre publié en Italie en février 2010 « Benedetto XVI oltre le mode del pensiero », dont le site ‘benoit-et-moi’ avait traduit la préface ici :  Benoît XVI, au-delà des modes de pensée.

Voici la traduction d’un autre article, écrit après la méditation du Saint-Père devant la statue de l’Immaculée, le 8 décembre 2009 :  Quand les journalistes ne transmettent que le mal.

Les souhaits pour les 5 ans de pontificat :  La dolce rivoluzione di Ratzinger.

Et plus récemment :  La Sindone tra scienza e fede.

(**) En réalité, on peut persister à dire qu’il n’y a que trois secrets de Fatima, mais que le troisième a été rapporté de façon falsifiée par certains. Par certains qui ne s’en sont pas privés, se faisant ainsi les alliés objectifs de la subversion contre l’Eglise. En 2005, un best-seller mondial, autrement dit un livre – paquet de lessive, encensé par le NYT, qui depuis s’est démasqué, best-seller intitulé « Le troisième secret », vendu à un million d’exemplaires, donnait sa version du troisième secret (beatriceweb.eu/archives2006/… ) :  « Pourquoi persécuter ceux dont l’amour prend un chemin différent ? Ces persécutions irritent le Seigneur. Sachez que le mariage est offert à tous sans restrictions. Si restrictions il y a, ce sont des folies de l’homme et non la volonté de Dieu. (…) Deux mille ans de doctrine catholique réfutés par une petite Portugaise illettrée. Des femmes ordonnées prêtres ? Des prêtres mariés, et avec des enfants ? L’homosexualité ne serait pas un péché ? Les femmes libres de disposer de leur corps ? ». La portée de tout ceci a été et reste dévastatrice.

  

  

   

   

   

   

   

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz