FLASH
Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 4 juin 2010

En finir avec la série perdante d’Israël

Par CAROLINE B. GLICK, Jerusalem Post (Adaptation française de Sentinelle 5770)

Vendredi 4 juin 2010 – 22 Sivan 5770

Une ligne droite joint la résolution anti-Israël de l’ONU adoptée vendredi dernier et la flottille du Hamas. Ces mots sont écrits avant même que la poussière ne soit retombée sur le raid du commando naval de lundi matin contre la flottille turque de partisans du terrorisme liés à Gaza. L’ensemble des échecs opérationnels du raid ne peut pas encore être connu. A l’évidence, le fait que la mission ait pris fin avec au moins six soldats blessés et la mort de10 partisans du Hamas souligne clairement qu’il y a eu des défaillances significatives aussi bien dans l’entraînement que dans l’exécution de la mission de Tsahal. La marine et d’autres organismes importants vont sans aucun doute étudier ces failles. Mais ils soulignent un échec stratégique bien plus large qui a paralysé la capacité du pays à faire face à l’information sur la guerre menée contre lui. Jusqu’à ce que l’on remédie à cet échec, aucune enquête après l’action, aucune amélioration d’entraînement, aucun nouveau gadget de guerre électronique n’obtiendront un impact significatif sur la capacité d’Israël à faire face à la prochaine flottille du Hamas. En l’espace du quatre jours, le pays a souffert deux défaites massives. Une ligne droite joint la résolution anti-Israël de l’ONU adoptée vendredi dernier lors de la Conférence de Révision du Traité de Non Prolifération Nucléaire (NPT) et la flottille du Hamas. Et dans les deux cas, nos officiels ont manifesté une bruyante « surprise » devant ces défaites.

Suivant la préparation étalée sur des mois de la conférence de révision du NPT, et la préparation étalée sur des semaines de la flottille associant Turcs et Hamas, cette surprise ne peut être attribuée à l’absence d’information. Ce qu’elle souligne plutôt, c’est un défaut cognitif de nos dirigeants à comprendre la nature de la guerre menée contre nous. Et c’est cet échec fondamental de la connaissance qui a conduit six soldats à l’hôpital, à mis en charpie la réputation internationale de la nation, et fait rechercher à ses porte-parole la manière de décrire une réalité qu’ils ne comprennent pas.   La réalité est simple et sévère. Israël est la cible d’une guerre de l’information massive, sans précédent par son échelle et sa portée. Cette guerre est menée d’abord par le conglomérat massif associant la Gauche internationale et les mondes arabes et islamique. L’étendue prodigieuse des forces alignées contre nous est démontrée par deux choses.   Le site complice du Hamas ‘Free Gaza’ a publié une liste de quelques 222 organisations qui ont appuyé la flottille soutenant le terrorisme. Les organisations listées aux quatre coins de la terre comprennent des groupes juifs anti-Israël ainsi que des groupes anti-Israël chrétiens, islamiques et non religieux. Il est difficile de penser à une autre cause de ralliement de ces forces disparates que le dénigrement d’Israël. Le second indicateur de la portée de cette guerre est beaucoup plus dévastateur que la liste des groupes qui ont appuyé la flottille du Hamas. Cet indicateur, c’est le fait qu’à l’ONU vendredi dernier, 189 gouvernements se sont mis ensemble pour attaquer sauvagement Israël. Il n’y a aucun autre problème qui commande une telle unanimité. La conférence de révision du NPT a démontré que la seule façon pour la communauté internationale de se mettre d’accord sur quelque chose, c’est que ses membres soient d’accord sur le fait qu’Israël n’a pas le droit de se défendre lui-même. La campagne de la conférence contre Israël montre que les 222 organisations soutenant le Hamas sont le reflet de la volonté de la majorité des nations dans le monde.   Cette guerre n’a rien de nouveau. Elle se déroule depuis l’aube du sionisme moderne il y a 150 ans. De nombreuses façons, ce n’est que la réitération actuelle de la guerre éternelle contre le Peuple juif.

Les objectifs de l’alliance Rouge-Verts sont doubles. Ils cherchent à délégitimer le droit d’Israël à l’existence et à rendre impossible qu’Israël se défende lui-même. Si ces objectifs sont atteints, la destruction d’Israël deviendra inévitable.   Jusqu’à ce que le président des USA Barack Obama prenne ses fonctions, l’un des atouts constants d’Israël dans cette guerre étaient les USA. Jusqu’à l’an passé, les USA ont constamment refusé de se joindre à l’alliance Rouges-Verts parce que ses dirigeants reconnaissaient que la campagne de cette alliance faisait partie intégrante de son agression contre le statut de super puissance des USA. En fait, certains dirigeants des USA reconnaissaient que l’animosité de cette alliance envers Israël provenait de la même source que son rejet de l’exception américaine.    Lamentablement, ce que montre clairement le vote des USA en faveur de la résolution finale pour la conférence de révision du NPT (et par défaut pro-iranienne), c’est qu’avec Obama, les USA ne sont plus un allié fiable d’Israël. De fait, ce que le vote des USA montre, c’est que les préférences idéologiques du gouvernement Obama se placent du côté de l’alliance Rouges / Verts. Aucun rétropédalage du gouvernement Obama ne peut réparer le dommage provoqué par son acte de belligérance.   Si les dirigeants d’Israël étaient mieux informés, ils auraient reconnu nombre de faits dans la conduite de la conférence. Ils auraient réalisé que la conférence antinucléaire d’Obama en avril, son engagement en faveur d’un monde débarrassé du nucléaire, de même que son ambivalence en général – au mieux – en faveur d’une direction mondiale des USA, ne pouvait que rendre inévitable que le retournement de tout cela contre Israël.

La vérité est que l’appel de l’Egypte à la dénucléarisation d’Israël se moque des avis déclarés et répétés par Obama lui-même concernant à la fois Israël et le propre arsenal nucléaire des USA.   Armé de cette compréhension fondamentale des préférences d’Obama, Israël aurait dû tenir pour certain que la conférence du NPT le prendrait pour cible. Par conséquent, dans les mois précédent la conférence, il aurait dû déclarer à voix forte et constante que tel qu’il est réellement constitué, le NPT sert de principal facilitateur à la prolifération nucléaire plutôt que d’instrument central de prévention de la prolifération nucléaire.   La Corée du Nord a exploité son statut de signataire du NPT pour développer son arsenal nucléaire. Aujourd’hui, l’Iran exploite son statut de signataire du NPT pour développer des armes nucléaires. A moins que le NPT ne soit fondamentalement révisé, il continuera de servir d’instrument primaire de la prolifération nucléaire.   Si cela avait été la position d’Israël, il aurait été en mesure de neutraliser les arguments des USA en faveur de leur signature de la résolution finale. De même, une telle position aurait préparé Israël à expliquer de manière convaincante son rejet de la résolution finale.   Et c’est de cela qu’il s’agit. L’objectif de l’alliance Rouges / Verts à la conférence NPT était de discréditer la capacité de dissuasion d’Israël tout en délégitimant son droit de prendre des mesures préventives contre l’Iran. Désormais, du fait de l’échec d’Israël dans la défense de son dossier contre le NPT dans les mois menant à la conférence, comme nos ennemis utilisent la résolution finale soutenue par les USA pour proclamer l’hypocrisie de notre opposition au programme d’armes nucléaires de l’Iran, nous manquons du cadre juridique pour y répondre.   Le fait que le gouvernement israélien ne réalise toujours pas ce point est démontré par sa réponse à cette décision. Sa dénonciation de la résolution ne mentionne pas le fait que le régime du NPT lui-même est devenu le principal facilitateur de la prolifération nucléaire. De même, de façon désastreuse, par une tentative claire d’ignorer la traitrise d’Obama, Israël l’a vraiment applaudi pour avoir critiqué sans impact réel la résolution pour laquelle il a voté. Cette réponse aggrave le dommage et assure que l’attaque va se poursuivre.   De même pour la flottille, le défi qu’elle présentait n’était rien de nouveau.

Israël a été confronté à des protestataires suicidaires depuis une décennie maintenant. Le fait que ces activistes pro-Hamas aient eu l’intention de se suicider pour discréditer Israël sous les caméras a été démontré du fait que les organisateurs turcs ont baptisé le bateau principal le ‘Rachel Corrie’.   Aussi, anticiper que les forces de Tsahal abordant les bateaux seraient accueillies par une opposition violente et incisive pouvait être connu en observant le rôle de la Turquie dans l’opération. Tout d’abord, l’ONG soutenue par le gouvernement turc derrière l’opération est ‘IHH’. Comme le gouvernement des USA, le gouvernement turc des années 1990, le Projet d’Enquête sur le Terrorisme et d’innombrables autres sources l’ont prouvé, ‘IHH’ est une organisation terroriste ayant des liens directs avec al Qaïda et le Hamas. Ses membres ont été impliqués dans la guerre terroriste depuis la Tchétchénie et la Bosnie jusqu’en Irak et en Israël. La notion que les organisateurs d’IHH se comporteraient comme des manifestants anti-Israël de la Gauche radicale sur les campus universitaires est tout simplement ridicule. De plus, il faut considérer le comportement de la Turquie. Depuis qu’Obama a pris ses fonctions, le glissement graduel de la Turquie vers l’axe iranien s’est accéléré considérablement. Le rôle directeur de la Turquie dans la flottille, et l’adhésion ostensible du gouvernement Erdogan à IHH – à qui la Turquie, il y a tout juste une décennie, interdisait de participer aux secours après un tremblement de terre, connaissant sa mission jihadiste violente, – a démontré que le régime Erdogan utiliserait toute forme de violence à bord des bateaux pour frapper un coup stratégique contre la réputation internationale d’Israël.

A la lumière de tout cela, il est clair que la stratégie d’information pour faire face à la flottille était mal conçue. Plutôt que d’attaquer la Turquie pour sa facilitation du terrorisme, et de préparer ouvertement des feuilles de condamnation contre les organisateurs, l’équipage et les passagers de la flottille, pour avoir facilité le terrorisme en transgressant à la fois la loi intérieure et la loi internationale, les efforts d’information ont été largement concentrés sur des choses sans importance. Des officiels ont détaillé toute l’assistance humanitaire qu’Israël a apportée à Gaza contrôlé par le Hamas. Ils ont parlé de l’engagement de la marine dans l’utilisation de la force non létale pour s’emparer des bateaux. Et maintenant, à la suite de la prise létale de la flottille, les dirigeants d’Israël bégaient. Plutôt que d’exiger des excuses de la part du gouvernement turc pour son soutien à ces terroristes, le ministre de la défense Ehud Barak a téléphoné à son homologue turc pour parler de ce qui est advenu. Plutôt que d’exiger une restitution pour l’attaque terroriste contre des troupes de Tsahal, Israël a défendu la formation de ses soldats au contrôle d’une foule non violente.

Ces efforts sont pires que sans valeur ; Ils font paraître Israël geignard plus qu’indigne. Et encore plus déprimant, ils montre un dangereux manque de compréhension de ce qui vient de se produire, et une incapacité concomitante pour se préparer à ce qui va très certainement suivre. Israël est la cible d’une guerre massive de l’information. Pour qu’il gagne cette guerre, il doit contrer les mensonges de ses ennemis par la vérité. Le NPT a été perverti par les forces mêmes conçues pour empêcher d’acquérir des armes nucléaires. Le Hamas est une organisation terroriste génocidaire non différente idéologiquement d’al Qaïda. La loi internationale exige de tous les acteurs étatiques et non étatiques de prendre des mesures actives pour le vaincre. Israël est le fer de lance du monde libre. Sa capacité à se défendre et à dissuader ses ennemis est la seule garantie la plus importante de la paix internationale. Un Israël fort est aussi la garantie la plus puissante et fiable de la capacité continue des USA de projeter sa puissance au Moyen-Orient. Voilà la vérité toute nue. C’est aussi le début d’une campagne réussie pour affaiblir la coalition massive de la prolifération nucléaire – et les complices du terrorisme alignés contre Israël. Mais jusqu’à ce que nos dirigeants reconnaissent enfin la nature de la guerre conduite contre notre pays, ces faits basiques resteront ignorés tandis que nous allons d’une défaite stupéfiante à la suivante.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz