FLASH
Bruno Le Roux nommé 1er ministre. Si dans une entreprise on nommait PDG un petit cadre, ce serait la faillite – pareil pour la France  |  Des coups de feu ont été tirés sur un poste de police d’Albertslund au Danemark – 1 policier blessé – motif encore inconnu  |  Bernard Cazeneuve vient d’être nommé premier ministre. Mais sil sont bons à tout c’est qu’ils sont bon à rien disait ma grand-mère  |  Trump a démontré qu’il est le 1er président qui n’a pas besoin des médias, il va les court-circuiter pour parler aux Américains  |  Moscou et Pékin mettent leur veto à une résolution de l’Onu pour une trêve à Alep  |  Hillary Clinton atteint maintenant 2.6 millions de votes de plus que Trump – et ça n’a toujours aucune valeur  |  83% des Israéliens considèrent que Donald Trump est un pro-israélien. Les juifs gauchistes reçoivent une énorme dégelée  |  Le président italien refuse la démission du Premier ministre Renzi  |  Manuel Valls a informé le président Hollande qu’il se présente à la primaire socialiste – comme si c’était un scoop: Oh! on est tous étonnés!  |  Trump: « si les médias étaient honnêtes et honorables, je n’aurais pas besoin de tweeter. Tristement, je ne sais pas si ça changera »  |  Excédé par la pollution sonore de l’appel du muezzin, un Israélien demande que les imams envoient leurs appels audio par Whatsapp  |  Libye : le gouvernement a repris la ville de #Sirte à l’Etat islamique, dont les combattants se préparent à se mélanger aux migrants  |  Ecosse. Fumer avec un enfant dans la voiture, c’est 119 € d’amende  |  Raciste ? Trump a nommé un noir, Ben Carson, comme Secrétaire au logement et au développement urbain  |  Wisconsin: Les Verts ont dépensé 1 million $ pour demander le recomptage. Sur 2.975 millions, ont été trouvés pour l’instant 349 votes manquants  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 10 juin 2010

      el_universal_16-02-2008-copie-1.jpg


Le but de la flottille : exacerber la haine d’Israël, par Rebeca Perli

Traduction et adaptation, Alexis Corrieras.
 

Chaque mort est une perte irréparable, qui porte sa charge de douleur. Tel est le cas des neuf membres de la Flottille «humanitaire» qui ont perdu la vie. Malheureusement, c’est irréversible, et ça ne devrait pas empêcher d’analyser les faits.

  

JUIN 2007 : Après une guerre civile entre le Fatah et le Hamas, la bande de Gaza est dominée par ce dernier, instituant un gouvernement de facto, alors que le président Abbas, élu démocratiquement, est bloqué en Cisjordanie, bien que son gouvernement soit reconnu comme seul légitime. 

 

SEPTEMBRE 2007 : Face à la poursuite des tirs de roquettes Qassam lancées par le Hamas contre des civils israéliens, l’Etat juif impose un blocus sur Gaza. L’Egypte, à son tour, bloque le passage de Rafah pour arrêter le commerce des armes entre la Chine et Gaza. 


MAI 2010 : Le Mouvement Free Gaza, ouvertement hostile à Israël, et l’ONG islamique IHH, ont annoncé qu’une « flottille humanitaire », se dirigeait vers les côtes de Gaza, avec l’intention d’y débarquer, même si le secteur est soumis à un blocus. Israël a offert aux activistes de décharger dans le port d’Ashdod et de faire passer la cargaison par voie terrestre jusqu’à Gaza, ce qui fut rejeté, soulignant l’évidente intention non humanitaire de la flottille.


Selon la loi maritime les navires de commerce peuvent être saisis si, après alerte, ils essayent de briser un blocus, ou refusent de s’arrêter. L’incursion israélienne sur le Marmara s’inscrit dans ce cadre. 


Il s’agit d’une démonstration pleinement réussie, ayant pour objectif d’exacerber la haine envers Israël. En même temps, c’est aussi un appel à la réflexion pour ceux qui, en refusant d’analyser au fond ce qui s’est passé, sont prompts à condamner l’Etat juif. 


 http://www.eluniversal.com/2010/06/08/opi_art_flotilla-humanitari_1923796.shtml

——————–

Note de Jean-Patrick Grumberg.

J’ai questionné Alexis, le traducteur et lecteur de drzz.info qui m’a fait parvenir l’article, pour qu’il m’explique comment, dans une dictature qui oscille entre communisme et extrême gauche, dirigée par un tyran ouvertement antisémite, le principal journal du pays s’offre une liberté d’expression que les médias français, soit disant plus indépendants et plus libres, ont abandonnée.

Voici sa réponse :

 

Chavez, n’a pas encore censuré tous les médias, ils sont en sursis. Vous pouvez trouver au Venezuela quelques journaux d’opposition auxquels il ne s’attaque pas encore totalement, bien qu’il ait fait fermer une des deux chaines télé d’opposition (RCTV), celle restante (Globovision) étant sous pression constante (je peux vous dire qu’ici les journalistes sont courageux…le directeur de Globovision a interdiction de sortir du pays), et elles ne diffusent que sur une partie du pays (Les chaines diffusées au niveau nationale sont toutes Chaviste).

 

Et Pour contre-attaquer la presse, le gouvernement à lancé un « gratuit ».

 

 

 

 

 

 

 

Il a aussi fait fermer 34 stations de radio, et bloqué tout les sites internet donnant le cours du dollar parallèle (Il y a au moins 4 types de cours différent de la monnaie nationale, le Bolivar).


Ce gouvernement est clairement Marxiste, Chavez lui-même a dit qu’il l’était, et on se dirige vers un régime Cubain, mais il le fait petit à petit pour ne pas trop froisser l’opinion internationale. D’ailleurs des généraux Cubains sont dans des casernes ici (Renseignement et Répression), la garde rapprochée de Chavez l’est à 100%…

 

 

 
En Septembre il y a les élections des députés, Chavez doit garder plus de 60% des sièges pour continuer sa politique (en dessous de ce seuil, il devra discuter avec l’opposition pour légiférer, ce qu’il ne fait plus depuis dix ans, puisqu’il décide de tout et fait ses annonces dans son émission dominicale « Aló presidente », comme, par exemple le changement d’heure officiel du pays, qu’il à fait reculer de 30 minutes, sans faire d’étude préalable, ou bien les annonces du type, « Lundi, il sera interdit d’aller travailler »…)

C’est un pays qui à une politique hallucinante, une politique rendue possible uniquement grâce au pétrole et au gaz, dont les sous-sol Venezueliens regorgent.

 

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz