FLASH
[27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 24 juin 2010



ISLAM – OCCIDENT : CONFUSIONS COURANTES

Par l’Abbé Alain René Arbez, Genève.

Jeudi 24 juin 2010 – 12 Tammuz 5770

De plus en plus, les médias présentent l’islam avec un langage de confusion et d’approximation. Sous l’apparence répétitive de  références se cache une énorme ignorance des enjeux interreligieux et des conflits de valeurs spirituelles en cause. En toute naïveté, des chroniqueurs nous parlent continuellement des « religions du Livre », croyant désigner sans doute les « trois monothéismes », autre expression à la mode, mais piégée elle aussi : la religion de Zarathoustra est aussi un monothéisme, mais ce qui compte, ce n’est pas le cadre conceptuel, c’est le contenu, or le Dieu de la Bible et Allah ne se recoupent en rien. Les deux mots-clés bibliques « alliance » et « amour » n’existent pas dans le coran, et le terme « tuer » y est davantage mentionné que « prier ». Beaucoup de lecteurs ignorent visiblement que l’expression banalisée « religions du Livre » relève exclusivement d’un point de vue islamique. C’est le fameux « Ahl al Kittab » du coran, qui vise à discriminer juifs et chrétiens, accusés d’avoir falsifié les Ecritures, Bible et Evangile, restituées dans leur vérité par la seule révélation coranique, évidemment ! Religions du Livre, judaïsme et christianisme ?

Certainement pas ! Plutôt religions de la Parole vivante, dans une écriture humaine inspirée, donc analysable, décortiquable et interprétable, ce que le coran ne permet pas, puisque écrit sacré intouchable où s’exprime Allah en personne. Le coran considère Jésus comme un prophète musulman au même titre que Adam, Noé, Moïse et David, même si son rôle est un peu rehaussé… Captation complète, précisément, car le Jésus du Coran (Issa) n’a rien en commun avec le Messie des évangiles. Le hadith le montre d’ailleurs revenant à la fin des temps « détruire la croix et tuer les porcs » pour instaurer sur le monde la seule vraie foi : l’islam. On peut le constater aisément : le judaïsme et le christianisme n’ont pas le même problème de « rapport à l’autre » que l’islam. Les Ecritures juives et chrétiennes délivrent un message qui s’adresse avec bienveillance à tous les humains sans discrimination. Dans le coran, Allah s’adresse à des musulmans et menace les non-musulmans.

C’est une démarche totalement différente où l’altérité est problématique car l’univers est divisé en dar al islam (domaine de l’islam) et  dar al harb (domaine de la guerre). De ce fait, les droits des uns et des autres ne sont pas les mêmes (dhimmitude) et les infidèles sont ciblés. On trouve souvent le recours à l’argument des croisades pour justifier le jihad (guerre sainte islamique). Or le jihad fait partie de la doctrine mahométane dès ses débuts en tant que guerre de conquête. La notion de jihad comme effort spirituel souvent invoquée pour faire diversion est récente, essentiellement popularisée par le courant soufi, lui-même honni par l’islam officiel. On saisit ainsi pourquoi la première croisade a été une réaction légitime des Occidentaux face à l’agression des musulmans qui s’étaient emparés militairement des lieux saints (avec destruction du tombeau du Christ et sévices sur les chrétiens) mais aussi, ne l’oublions pas, de l’Espagne, de la Sicile. Il faut rappeler que les textes fondateurs islamiques incitent chaque croyant à la guerre sainte (évoquée par la formule pseudo-bucolique « dans le sentier d’Allah ») ce qui n’est évidemment pas le cas des écrits judéo-chrétiens tournés vers la concorde et l’offre de la foi sans aucune contrainte.

Or, le verset coranique « pas de contrainte en religion » souvent cité par les musulmans dans les « dialogues » pour amadouer le pèlerin interreligieux est, malheureusement, abrogé par les sourates qui ont suivi lors de la période belliqueuse de Médine et ses cortèges de massacres gratuits…Alors que la Turquie tape du pied pour entrer en Europe, personne ne peut oublier la catastrophe de la prise de Constantinople en 1453 par des Turcs ottomans ayant demandé initialement l’hospitalité à Byzance en se faisant benoîtement passer pour de paisibles bergers des steppes. Beaucoup d’unanimistes interreligieux de pacotille se plaisent  à affirmer par la méthode coué que judaïsme, christianisme et islam ont tellement de points communs que Benoît XVI à Ratisbonne aurait dû passer sous silence les questions qui dérangent. Habituelle démagogie au service d’un dialogue illusoire basé sur des sophismes : toutes les religions se valent, on a le même Dieu, etc. C’est très tendance et surtout bien pratique pour éluder les vrais discernements, ceux qui permettent d’avancer sur un chemin qui ne soit pas un marché de dupes mais qui engage, à partir d’une identité spirituelle réelle, vers une vérité où respect de l’autre et réciprocité retrouvent du sens.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz