FLASH
[26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 15 juillet 2010

western-wall-jerusalem-day-3.jpg

 

 

La commission des affaires internes de la Knesset a approuvé le 14 juillet 2010, en deuxième et troisième lecture, un projet de loi important stipulant que tout retrait israélien du Golan ou de Jérusalem devra au préalable être soumis à un référendum. Sept députés ont voté pour cette loi, deux s’y sont opposés.

 

C’est une décision, à notre sens, courageuse de la part du législateur israélien, qui rassure quant aux menaces qui planent sur un éventuel partage de la capitale d’Israël prévue dans les négociations actuelles.

 

Ce projet de loi est de nature à protéger la ville sainte de toute tentative de toucher à son statut indivisible, proclamé par  une loi fondamentale votée en 1980.

 

Le risque de toucher à la loi actuelle vient d’une minorité (du parti Kadima en l’occurrence)  qui est tenté de s’aventurer à violer l’indivisibilité de Jérusalem  bien que cette décision est en contradiction avec les aspirations du peuple juif, lequel ne veut plus voir la capitale scindée et divisée. Ce partage de la ville serait une trahison sans précédent par rapport à la Déclaration d’Indépendance de l’Etat d’Israël qui a unifié Jérusalem il y a tout juste soixante deux ans.

 

La souveraineté d’Israël sur la ville est menacée par des déclarations selon lesquelles Israël devrait restituer aux palestiniens des quartiers à la périphérie de Jérusalem dans le cadre d’un accord de paix. Des partis de gauche ont même évoqué ouvertement une nouvelle division de la ville !

 

Cette initiative de la Knesset, qui rend aux citoyens israéliens le droit de décider du sort de leur capitale et de leur pays intervient donc au bon moment pour sauver l’indivisibilité de la ville Sainte et pour s’interposer aux intentions dangereuses de certains responsables israéliens, qui laissent entendre qu’Israël pourrait renoncer au contrôle de plusieurs quartiers de la ville, dans l’attente d’un hypothétique règlement permanent du conflit israélo-palestinien.

 

Il parait que la tentation du partage de Jérusalem, capitale éternelle d’Israël, est une maladie incurable chez certains israéliens, peu jaloux de voir leur ville symbole, divisée et exposée à tous les dangers.

 

Le peuple juif, la « Lumière des Nations » qui a toujours  témoigné de la moralité et de la justice universelle ne pourrait accepter ce partage injuste de Jérusalem avec un autre Etat qui n’a ni les valeurs, ni la culture du peuple juif.

 

Ce qui unit les Juifs, ce qui les caractérise en tant que nation, c’est leur foi en Jérusalem. Vous vous reconnaissez comme nation à travers Jérusalem. Jérusalem qui a élevée, instruit et éclairée le peuple juif ne peut donc en aucun cas être partagée.

 

Le peuple juif dispose du seul Etat au monde qui a renoncé aux gains territoriaux acquis dans les guerres d’autodéfense, au nom de la paix avec ses voisins. Mais il parait que le destin historiquement assigné au peuple juif est d’être contesté dans son unique pays et dans sa propre capitale.

 

La question de l’indivisibilité de Jérusalem devait être une règle, et non un sujet de controverse, tout comme la question des « réfugiés palestiniens » qui sous entend qu’Israël ne serait plus un Etat juif mais un Etat neutre où les Juifs seraient minoritaires.

 

A mon sens, au lieu de faire des concessions dramatiques au risque d’une grande fracture avec l’histoire et avec la société israélienne, Israël devrait assumer l’indivisibilité de sa capitale, et surtout maintenir la présence juive dans cette ville, comme dans le reste du pays.

 

Le partage de Jérusalem constituerait une rupture avec la mémoire des loyaux fils d’Israël qui se sont relevés de la poussière pour fonder une nation, et ont bâti un foyer pour les persécutés, en jurant de ne plus abandonner Jérusalem, symbole à elle seule de l’histoire et de la souffrance des Juifs.

 

Le « rassemblement » d’Israël et son maintien dans son pays, avec Jérusalem comme capitale, doit êtres rappelé avec force, et être la ligne de conduite des décideurs et des législateurs israéliens, afin de ne plus voir  la ville de David divisée et ruinée.

 

Ftouh Souhail

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz