FLASH
Obama vient d’émettre une interdiction de déplacer l’ambassade des Etats Unis de Tel Aviv à Jérusalem : Obama, on vous aime, ça aidera Trump à ne pas hésiter !  |  Premiers sondages en sortie des urnes : Bellen (Vert) 53.6%, Hoffer (FPO) 46.4%  |  Finlande : Le maire et 2 journalistes ont été tués hier soir par un sniper à #Lmatra, le tueur a été arrêté  |  2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 3 septembre 2010

oran.jpg

Dire et répéter que nous sommes en grand danger, suffira-t-il à faire prendre conscience aux français que le pays est atteint d’un mal incurable ?

Nous ne le croyons pas vraiment. Il nous faudra beaucoup plus que des mots ou des lois pour nous sortir de cette situation explosive.

Pourquoi avons-nous ce sentiment, presque palpable, qui nous étreints comme si une partie, étrangère à notre corps, était venue nous envelopper pour ne plus nous quitter.

Il ressemble, à s’y méprendre, à ces sentiments contradictoires qui nous prenaient, lorsque, vivant en France, de l’autre côté de la Méditerranée, les nouvelles diffusées par la presse nous accablaient ou nous rassuraient.

«  Eléments subversifs », c’est ainsi que les quotidiens de l’époque désignaient ceux qui se livraient à des attentats sur des personnes (ou sur leurs biens) qui étaient, toujours, des français de souche européenne (FDSE).

« Un homme revenant de son travail était retrouvé agonisant dans sa voiture. Un bureau de poste ou une grange avaient brûlé dans un feu d’origine criminelle. Une autre fois, c’était un coup de couteau reçu alors qu’on se trouvait au milieu d’une foule dense, sans qu’on ait pu reconnaitre qui en était l’auteur. Ils excellaient dans l’invention, touchant n’importe où, n’importe quand, n’importe qui. Ces « éléments subversifs » avaient entamé une guerre psychologique qui atteignait son but, semant le doute, la crainte, peut-être la peur, aussi, chez les européens. Nous avons appelé cela, pendant de longues années, l’insécurité des routes, l’insécurité des quartiers…

L’insécurité, tout simplement.

Français d’Algérie, repliés en France, nous sommes, presque, des initiés, face à cette insécurité grandissante qui s’installe aux quatre coins de l’hexagone et qui ressemble à s’y méprendre, à celle que nous avons vécue il y a 60 ans.

Initiés, n’est pas un mot trop fort. Parce que nous reconnaissons dans ces éléments subversifs qui sèment les troubles, aujourd’hui, les mêmes « éléments » qu’en Algérie et ils procèdent de la même manière que leurs ascendants. En harcelant les FDSE par des attaques multiples aux quatre coins du pays. C’est leur tactique. Et nous savons que l’implosion finale, à laquelle ils nous obligent, ne sera pas démocratique.

Aujourd’hui, un grand nombre de la jeunesse française, plus sensible, plus réfléchie, a compris le danger que représentent ces actes inciviques. Par des manifestations des défilés, des rassemblements, ils tentent, comme nous l’avons fait en notre temps, d’alerter les pouvoirs publics et montrer leur détermination à rester français.

Reste que, comme à cette époque, nous avons les mêmes fifres gaullistes qui nous commandent, les mêmes politiques de gauche qui apportent toujours leur soutien à l’ennemi et la même presse, gauchiste elle aussi, qui écrit ce qu’on lui impose et non ce qu’elle va chercher, dans le terreau de l’actualité, pour révéler la vérité. Cette presse, immuable, qui qualifie nos jeunes de fascistes, d’extrémistes, de néonazis, de racistes… et on en passe.

Que de fois n’avons-nous entendu ou lu que les gens de l’OAS étaient des terroristes fascistes ? Encore aujourd’hui, ils nous appellent « terroristes » dans leurs papiers.

Pourtant, cette OAS était composée de toutes les couches de la population. Juifs, chrétiens, musulmans, athées de gauche, de droite ou du centre, mais tous, patriotes jusqu’au dernier souffle.

On ne peut s’empêcher de voir dans ces jeunes français visionnaires, ceux que nous étions il y a 50 ans.

Et ils rencontrent le même problème que nous avions.

Comment faire comprendre aux français,  FDSE, que la France est en grand danger ?

La population française, métropolitaine, ne peut pas se projeter dans l’avenir comme nous sommes capables de le faire – malgré tous les mensonges qui nous sont distillés. Parce qu’elle ne connait pas son ennemi. Elle ne le connait pas comme nous l’avons connu, de près, trop près, jusqu’à l’apprendre par cœur au fil des années. Et la règle numéro un d’un combattant, d’un guerrier, est de connaitre parfaitement son adversaire, de le cerner.

Nous savons parce que nous avons payé. Les jeunes français de souche européenne ont compris et ils ne veulent pas payer.

Mais la majorité des français métropolitains, toujours aussi dolente, n’a pas encore mesuré le péril qui la menace. Comme « au Pays de Candy, il y a les méchants et les gentils ». Et elle n’est pas dans le même cas que nous. Elle ne peut pas encore suivre le principe qui dit qu’un homme averti en vaut deux.

Ici, en France, qu’on les appelle modérés ou intégrés, les français gentils de confession musulmane, par peur des représailles ou par la foi en leur religion, n’iront jamais à l’encontre des méchants, les islamistes intégristes qui représentent LE danger.

Les français n’ont pas le droit, pour leur sécurité, pour leur avenir, de rejeter cette évidence. Il leur faut s’ancrer cette réalité au fin-fond de leurs cerveaux

Les islamistes ont envahi la France et soulèvent leurs troupes recrutées dans les banlieues et ailleurs, pour déclarer la guerre, partout, aux français non musulmans d’abord, et aussi aux musulmans qui ne veulent pas se soumettre à la loi islamique telle que les extrémistes islamistes la conçoivent.

Aujourd’hui, c’est la police qui essuie les attaques. Demain ce sera nous, notre fils ou notre petit-fils et nous préférons ne pas même imaginer ce qu’il adviendrait de nos filles si elles étaient leurs victimes.

Pour faire comprendre à nos frères non-musulmans de France le danger qu’ils encourent à croire que tout cela s’arrangera un jour, que la situation n’est pas si alarmante, qu’il ne faut pas faire d’amalgame… il nous faut leur expliquer la situation telle qu’elle se présente aujourd’hui,  en se rapprochant du passé, pour appréhender l’avenir.

Avoir fait le parallèle entre l’Algérie de 50/60 et la France de 2010, ne suffirait pas si nous ne leur expliquions pas que le but recherché, aujourd’hui,  par les « éléments subversifs », endoctrinés par les islamistes, est de s’approprier le territoire français.

Dans le passé, les algériens ont revendiqué « leur » territoire. Et les bonnes âmes, françaises et étrangères, ont cru bon de les soutenir au prétexte qu’ils étaient chez eux. Nous ne nous étendrons pas sur l’Histoire qui prouve que l’Algérie n’était, alors, pas un pays, que les nord-africains vivaient en tribus qui se livraient des guerres incessantes pour occuper le territoire du voisin. Mais disaient-ils, ils étaient chez eux.

Et, aujourd’hui, croyez-vous qu’ils ne sont pas chez eux, en France ? Ils le crient sur tous les toits : Nous sommes chez nous. Ils crient à la face du monde entier qu’ils sont Français puisqu’ils y sont nés et,  par tous les moyens,  ils veulent imposer leur loi en tant que français mais,  avant tout, en tant que musulmans français.

Mais, n’en doutez pas un seul instant. Sous couvert de l’égalité des religions, ces gens-là revendiquent le territoire français. Ils veulent la France, comme ils ont voulu l’Algérie. Ce qui nous fait dire :

ALGERIE = FRANCE = même combat.

Si nos frères FDSE ont encore des doutes quant à cette égalité, nous pouvons leur parler de la guerre en Palestine. Oui, c’est à l’autre bout de la terre, mais pourtant…

Israël appartient au peuple juif. Ce n’est pas le commun des mortels qui l’affirme. Ce sont les Livres. La Bible, le Coran et les travaux des historiens, remontant à une période de 2000 ans avant JC, qui le confirment.

Pourtant, les arabes de Palestine, aidés en cela par tous les autres pays du monde arabe et les occidentaux gauchistes (dont les français ne sont pas les derniers), les arabes de Palestine, donc, revendiquent le Territoire israélien.

Au prétexte qu’ils sont nés, aussi, dans ce pays.

Qu’on ne s’y trompe pas, les palestiniens veulent s’approprier le territoire israélien. Le pipeau qu’ils nous chantent depuis 60 ans, prétextant qu’ils veulent « un état palestinien » est usé jusqu’à la corde.

Mais, nous savons qu’ils veulent la terre d’Israël, avec la même hargne, la même haine, que les algériens ont voulu notre terre. Et nous sommes tous conscients que la guerre en Palestine, relève du même désir de s’approprier une terre qui ne leur appartient pas. Ce qui nous fait dire :

ALGERIE = ISRAEL = même combat

Et donc, de l’égalité qui découle de ces deux exemples que nous avons démontrés, nous pouvons en déduire que :

ALGERIE = ISRAEL= FRANCE

C’est terrible à dire, c’est terrible à reconnaitre. Mais c’est la terrible réalité.

Tant que les français n’auront pas admis que tous ces immigrés intégristes musulmans revendiquent le Territoire Français, pour en faire un état islamique, nous aurons des guérillas urbaines et chacun de nous aura à souffrir de l’envahissement de nos villes, de nos quartiers, de l’insécurité grandissante, de la haine anti blanc et, peut-être même, de l’assassinat d’un ami, d’un voisin ou d’un être cher pris dans le feu de ces guérillas.

Aujourd’hui, en Israël, puisque nous sommes en plein dans cette actualité, de paisibles citoyens non musulmans, traversant dans leur voiture, un quartier à forte concentration arabe, ont été assassinés par une meute de ces islamistes qui n’ont que haine et venin pour les nourrir.

Hier, dans Gennevilliers, de non moins paisibles français non musulmans, portant l’uniforme de policier, sont tombés dans un guet apens que leur avaient tendu dans un quartier à forte concentration arabe, une meute de ces islamistes qui n’ont que haine et venin pour les nourrir.

Demain, en traversant dans notre véhicule, un quartier à forte concentration arabe, que l’on appelle zone de non droit en France, nous serons pris à parti par une meute de ces islamistes qui n’ont que venin et haine pour les nourrir… et rien ne dit que nous en sortirions vivants.

Les français, FDSE, sont-ils disposés à vivre, comme nous avons vécu pendant huit ans en Algérie, comme le vivent encore les israéliens, dans l’angoisse permanente d’un attentat, d’une bombe, d’une grenade ou tout simplement d’un lynchage par des hordes de sauvages qui ne savent que crier leur haine ?

Surtout, ne vous croyez pas à l’abri de tels actes. Ne pensez pas qu’Israël est trop loin. Ne dites plus que l’Algérie, c’est du passé.

Notre ennemi a toujours la même façon de penser et d’agir depuis que le monde est monde. Ils raisonnent (!) toujours de la même manière :

Ce qui est à toi est à moi parce que je le veux.

Ce qui est arrivé dans le passé, nous en sommes les témoins vivants.

Ce qui arrive et que nous vivons, aujourd’hui, se répètera encore demain et aussi longtemps que vous n’aurez pas le courage d’y mettre un terme. De quelque manière que ce soit.

Réveillez-vous, français de France. C’est maintenant ou jamais.

Danièle Lopez, oranaise.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz