FLASH
L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Gurfinkiel le 11 septembre 2010

louis_massignon.jpg
Louis Massignon, apôtre du syncrétisme islamo-chrétien.
Une rue portait son nom à Soukh-Arras, en Algérie. Elle a été débaptisée en 2009
.

 

 

De Ground Zero à la Bretagne, l’étrange masochisme des « islamo-chrétiens »

 

 

 

 

Par Michel Gurfinkiel

 

 

Une mosquée près de Ground Zero, l’emplacement où se dressaient jadis, à Manhattan, les tours jumelles du World Trade Center ? 70 % des Américains s’opposent à ce projet, patronné par l’organisation islamique Cordoba House. La liberté de culte est sans doute l’un des principes fondamentaux de leur vie politique. Mais ils ne pensent pas que la religion au nom de laquelle, le 11 septembre 2001, les deux tours furent anéanties et trois mille personnes assassinées, puisse en bénéficier en ce lieu précis.

 

 

La personnalité du fondateur de Cordoba House, Feisal Abdul Rauf, ne fait que renforcer leurs préventions. Admirateur de la République islamique d’Iran, ce dernier a laissé entendre dans un sermon que les attentats de 2001 ont pu être perpétrés par des non-musulmans. Il affirme qu’Oussama bin Laden a été « fabriqué aux Etats-Unis » (« made in the USA »). Il milite pour une islamisation progressive des pays occidentaux, acquis jusqu’ici à la culture judéo-chrétienne. Notamment par « l’intégration de la charia dans le droit occidental ». D’où le nom de son organisation : « Cordoba », c’est à dire« Cordoue », renvoie à la « coexistence pacifique » de l’islam, du christianisme et du judaïsme, sous suzeraineté musulmane, qui aurait existé en Espagne au Moyen-Age. Un modèle qui, historiquement, relève du mythe. Mais que les islamistes contemporains prétendent néanmoins appliquer à la civilisation mondiale du XXIe siècle.

 

 

Les quelque  30 % d’Américains qui soutiennent le projet de mosquée à Ground Zero ne sont pas moins informés que les autres des desseins d’Abdul Rauf et de Cordoba House. Mais au lieu de s’en inquiéter, ils y adhérent.

 

 

Chez les uns, par réflexe communautaire. L’un des intellectuels musulmans américains les plus en vue, le journaliste Farid Zakaria, d’origine indienne, avait reçu, naguère, un prix de l’Anti-Defamation League (ADL), une organisation antiraciste juive. Il le lui a retourné quand celle-ci s’est opposée au projet de mosquée.

 

 

Le président Barack Obama, qui a été élevé dans la religion musulmane en Indonésie avant de se convertir à un culte noir chrétien, et qui a multiplié, au début de son administration, les gestes d’ « ouverture » à l’égard de l’islam, n’est pas moins favorable à l’édification de la mosquée. Alors que rien ne l’y contraignait. Et en dépit des risques que cela fait courir au parti démocrate aux élections dites de la « mi-mandat », en novembre prochain. Détail curieux, relevé par le journaliste d’investigation Aaron Klein : Obama semble s’être largement inspiré des écrits de Feisal Abdul Rauf pour écrire – ou faire écrire – son discours le plus engagé en faveur de l’islam, prononcé au Caire le 4 juin 2009.

 

 

Chez d’autres Américains favorables au projet de mosquée (notamment la municipalité démocrate de New York), ce sont des motivations idéologiques plus complexes qui entrent en jeu : affirmation du caractère absolu des droits de l’homme, parti pris en faveur des minorités, mais aussi, plus largement, tiers-mondisme, condamnation de « l’impérialisme » américain, solidarité systématique avec les opprimés, ou ceux qui passent pour tels, et enfin  islamophilie non moins systématique.

 

 

Ces attitudes dogmatiques, naïves ou suicidaires n’ont rien de nouveau. Ni en Amérique, ni ailleurs. Je m’en suis rappelé en me promenant voici quelques jours aux Sept Saints, un village des Côtes d’Armor. Depuis 1954, un pèlerinage commun islamo-chrétien s’y déroule chaque année : une pratique fondée sur l’analogie entre la légende chrétienne des Sept Dormants d’Ephèse, qui auraient survécu miraculeusement aux persécutions de l’empereur Décius, et celle des Dormants de la Caverne, témoins de la Vraie Religion, que rapporte le Coran.

 

 

Instituée par le célèbre et trouble Louis Massignon, cette cérémonie syncrétiste symbolise, pour de nombreux chrétiens d’aujourd’hui, « l’accueil »dû aux musulmans. Mais existe-t-il, en regard, un « accueil » du christianisme dans le monde islamique ? Non. Au cours des cinquante-six dernières années, alors que la présence musulmane n’a cessé de se renforcer en Europe, notamment sous ses formes les plus militantes ou extrémistes, la présence chrétienne n’a cessé de s’affaiblir et de diminuer en Orient.

 

 

A quelques kilomètres des Sept Saints, la commune du Vieux Marché s’enorgueillit d’une magnifique église médiévale. Le clocher contient le bourdon de la cathédrale Saint-Philippe d’Alger, transféré lorsque celle-ci a été transformée en mosquée. La proximité avec le site massignonien est-elle fortuite ? Apparemment, il n’en est rien. Ceux-là même qui bénissent l’accueil de l’islam auraient donc offert l’asile, du même geste généreux, à ceux que l’islam bannissait. Battus, cocus et contents.

 

 

 

© Michel Gurfinkiel, 2010

 

L'article original peut être consulté sur le blog de Michel Gurfinkiel

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz