FLASH
[30/05/2017] France, filière djihadiste : 6 musulmans arrêtés à Bordeaux et Paris  |  Philippines : l’armée envoie un message aux terroriste : « rendez-vous ou mourez »  |  [29/05/2017] Manchester : nouvelle arrestation – au total 14 musulmans – de nouvelles perquisitions en cours  |  Berlin : voiture piégée avec plaques volées. Un jardin d’enfant et habitants évacués  |  [28/05/2017] Udi Segal channel 2- A Bethlehem Trump a hurlé sur Abbas: « vous m’avez piégé! Les Israéliens m’ont montré comment vous incitez au terrorisme  |  [27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 15 septembre 2010

slavery.gif

 

Extraits de Slavery, Terrorism & Islam, du Dr Peter Hammond, paru en 2005. Traduit et adapté par Jean-Patrick Grumberg. 

 

L'islam n'est pas une religion, ni un culte.  Dans sa forme la plus complète, il est un système complet, total, qui englobe 100% du mode de vie des gens. L'Islam a des composantes religieuses, juridiques, politiques, économiques, sociales, et militaires. La composante religieuse est la base de toutes les autres composantes. 

 

L'islamisation d’un pays commence lorsque le nombre de musulmans, dans un pays donné, est assez élevé pour créer les conditions qui permettent d'exiger des privilèges religieux.

 

 

Lorsque des pays politiquement correct, tolérants et multiculturels, accèdent aux premières demandes des musulmans, ces derniers en profitent pour introduire une ou plusieurs des autres composantes détaillées plus haut. 

 Voici comment cela fonctionne. 
 

 Tant que la population musulmane reste autour ou à moins de 2%, les musulmans sont, pour la plupart, considérés comme une minorité éprise de paix, et non comme une menace pour les autres citoyens.  C'est le cas (chiffres actualisés en 2009) : 

 Aux États-Unis – musulmans 0,6% 
En Australie – musulmans 1,5% 
Au Canada – musulmans 1,9% 
En Chine – musulmans 1,8% 
En Italie – musulmans 1,5% 
En Norvège – musulmans 1,8% 

 

De 2% à 5%, ils commencent à faire du prosélytisme auprès des minorités et des musulmans modérés, et ils recrutement massivement dans les prisons et parmi les voyous des cités. C’est qui se passe :

 
Au Danemark – musulmans 2% 
En Allemagne – musulmans 3,7% 
Au Royaume-Uni – musulmans 2,7% 
En Espagne – musulmans 4% 
En Thaïlande – musulmans 4,6% 

 

Autour des 5%, ils exercent une influence démesurée par rapport à leur nombre. Par exemple, ils pousseront à l'introduction du halal partout où ils peuvent, assurant ainsi des emplois nouveaux aux musulmans. Cela leur permettra d'augmenter la pression sur les chaînes de supermarchés pour que les produits halal figurent sur leurs linéaires – et ils deviendront menaçants si les supermarchés ne s’y conforment pas. Cela se produit :

 

En France – musulmans 8% 
Aux Philippines – musulmans 5% 
En Suède – musulmans 5% 
En Suisse – musulmans 4,7% 
Aux Pays-Bas – musulmans 5,5% 
A Trinidad & Tobago – musulmans 5,8% 

 

À partir de ce stade, ils font du lobbying pour obtenir du gouvernement la possibilité d’appliquer la charia (loi islamique) dans leurs ghettos et sur des sujets mineurs. Rappelons que l'objectif ultime des islamistes est d'établir la charia dans le monde entier. 

Quand les musulmans approchent les 10% de la population, ils ont tendance à augmenter les actes de rebellions et d'anarchie pour dénoncer leurs conditions de vie. A Paris, nous voyons déjà les voitures brûler. Toute action contre les musulmans offense l'islam, et débouche sur des soulèvements et des menaces, comme à Amsterdam, avec l’opposition aux caricatures de Mahomet et aux films sur l'islam. Ces tensions existent quotidiennement, en particulier dans les secteurs musulmans : 

 

En Guyane – musulmans 10% 
En Inde – musulmans 13,4% 
Au Kenya – musulmans 10% 
En Russie – musulmans 15% 

 

A partir de 20% et plus, le pays peut s’attendre à des émeutes violentes pour un oui pour un non, à la création de milices jihadistes, à des assassinats sporadiques, et à des incendies d'églises et de synagogues. C’est le cas :

 

En Ethiopie – musulmans 32,8%

 

Avec 40% de musulmans, les nations subissent des massacres à grande échelle, des attaques terroristes chroniques, et des luttes constantes entre milices rivales, comme : 

En Bosnie – musulmans 40% 
Au Tchad – musulmans 53,1% 
Au Liban – musulmans 59,7% 

 

A partir de 60%, les non musulmans (et les musulmans assimilés) sont victimes de persécutions généralisées, de nettoyage ethnique sporadique (génocide). La charie y est utilisée comme une arme, et la « jizya », l'impôt imposé aux « infidèles » est mis en place, tel qu’ : 

En Albanie – musulmans 70% 
En Malaisie – musulmans 60,4% 
Au Qatar – musulmans 77,5% 
Au Soudan – musulmans 70% 

 

Quand un pays atteint 80% de musulmans, les vagues d'intimidation et de jihad deviennent quotidiennes. On assiste à des opérations de nettoyage ethniques organisées par l’Etat, et même des génocides d’Etat, et ces nations font la chasse aux infidèles, afin de progresser vers le 100% de musulmans, comme cela a été expérimenté, et est en quelque sorte en voie d’accomplissement : 

Au Bangladesh – musulmans 83% 
En Egypte – musulmans 90% 
A Gaza – musulmans 98,7% 
En Indonésie – musulmans 86,1% 
En Iran – musulmans 98% 
En Irak – musulmans 97% 
En Jordanie – musulmans 92% 
Au Maroc – musulmans 98,7% 
Au Pakistan – musulmans 97% 
En Palestine – musulmans 99% 
En Syrie – musulmans 90% 
Au Tadjikistan – musulmans 90% 
En Turquie – musulmans 99,8% 
Dans les Emirats Arabes Unis – musulmans 96% 

 

100% de musulmans débouche –en théorie – sur la paix de «Dar-es-Salaam » (la paix dans la maison de l’islam). En théorie, puisque tout le monde est musulman. Les « Madrassas » sont alors les seules écoles autorisées, et le Coran règle  la vie des citoyens comme : 

En Afghanistan – musulmans 100% 
En Arabie Saoudite – musulmans 100% 
En Somalie – musulman 100% 
Au Yémen – musulmans à 100% 

 

Malheureusement, dans ces pays 100% musulmans, la paix n'est jamais atteinte, car les islamistes les plus radicaux vomissent de la haine et satisfont leur soif de sang en tuant les musulmans moins radicaux qu’eux, ou pour diverses raisons. 

« Avant d’avoir neuf ans, j'ai appris les règles de base de la vie mahométane. C'était moi contre mon frère ; mon frère et moi contre notre père, ma famille contre mes cousins et le clan, le clan contre la tribu, la tribu contre le monde, et nous tous contre les infidèles ». Léon Uris, « The Haj »

 

Il est important de comprendre que dans certains pays, même avec moins de 100% de populations musulmanes, comme en France, la minorité musulmane vit dans des ghettos, dans lesquels ils sont près de 100% de musulmans, et dans lesquels ils vivent quasiment selon la charia. La police nationale n’entre même pas dans ces ghettos. Dans de telles situations, les musulmans ne s'intègrent pas à la société. Les enfants n’apprennent que le Coran. Dans ces ghettos, le fait même de s'associer à un infidèle (non musulman) est un crime punissable de mort. Par conséquent, dans les zones de plusieurs pays qui n’ont pas 100% de musulmans, les imams et les intégristes exercent bien plus de pouvoirs que sur la majorité des musulmans du pays.

 

Aujourd'hui, 1,5 milliard de musulmans représentent 22% de la population mondiale. Mais leur taux de natalité écrase celui des chrétiens, des hindous, des bouddhistes, des juifs (sauf en Israël), et celui de tous les autres croyants et non croyants. Donc les musulmans dépasseront les 50% de la population mondiale d'ici la fin de ce siècle.

 

 

Commentaire d’un lecteur : Cela fait peur. Maintenant que nous sommes informés, qu’est ce que nous allons faire de cette information ?

 

Jean-Patrick Grumberg

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz