FLASH
[20/02/2017] Communiqué des victimes de Montauban: « rassurées que l’agresseur ait des antécédents psychiatrique et ne soit pas un simple jihadiste »  |  [19/02/2017] Des militants de l’Etat islamique partagent en boucle l’attentat de Montauban sur Telegram  |  Attentat musulman de Mogadishu : 39 morts, 50 blessés  |  Silence des opposants à la peine de morts : Un « tribunal » du Hamas condamne 3 palestiniens à mort pour espionnage  |  Montauban : ce n’est qu’après avoir été blessé que l’attaquant a crié « allahu akbar »  |  Le recyclage commence : « l’attaquant de Montauban aurait fait des séjours en psychiatrie »  |  L’opération info d’internet pour briser la loi du silence sur Macron produit ses effets : il baisse dans les sondages  |  Montauban attentat méthode palestinienne au couteau, 3 victimes, jihadiste abattu  |  [18/02/2017] Marine Le Pen toujours en tête à 26%. Fillon et Macron à 18,5%  |  [16/02/2017] Bobigny : début d’émeute, un hélicoptère survole la ville  |  Attentat revendiqué par ISIS au Pakistan : 60 morts 140 blessés  |  La loi de privation de la liberté d’expression définitivement adoptée contre les sites anti entrave à l’IVG  |  Le parquet financier annonce qu’il va poursuivre son enquête: il n’a pas de quoi poursuivre il s’acharne  |  [15/02/2017] Pakistan : attentat suicide : 5 morts 3 blessés, l’islam toujours l’islam  |  [14/02/2017] Emeutes : 245 arrestations depuis le début de l’affaire Théo – 245 arrestations pour rien, ils seront relâchés avec les félicitations des juges  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 24 septembre 2010

ahmadinejad-and-hitler-compare-and-contrast.jpg

 

Qu’aurait fait Adolf Hitler en 1934 ou 1935 si l’ONU avait existé et avait eu son siège à New York. Il y serait allé, bien sûr. Il n’aurait pas manqué l’occasion de faire l’un de ces discours ruisselants de haine et de rage qui galvanisaient les foules allemandes. Il aurait renouvelé l’expérience jusqu’en 1938. Peut-être jusqu’en 1939. On l’aurait laissé venir. Les Nations Unies sont une instance transnationale. Il aurait organisé des conférences de presse pour dire tout le mal qu’il pensait des Juifs et des « démocraties décadentes ». Il aurait donné des dîners dans les palaces de la ville pour bien montrer qu’il se considérait en territoire conquis. Les journalistes auraient retranscrit fidèlement ses propos. Une des grandes universités de la ville aurait peut-être saisi l’opportunité de son passage pour lui offrir la possibilité de s’adresser aux étudiants. S’il y avait eu un Conseil des droits de l’homme, il s’y serait rendu pour expliquer sa conception de l’être humain, et il aurait reçu un tonnerre d’applaudissements.

 

Ce que j’écris est de la fiction, bien sûr. L’ONU, à l’époque de Hitler n’existait pas. Il y avait la Société des Nations, et celle-ci était basée en Europe. Les Etats-Unis n’en étaient pas membres, et installer son siège dans une grande ville américaine aurait été impensable.  

 

Ce que j’écris n’est, en même temps, pas tout à fait de la fiction. Le personnage qui se rapproche le plus d’Adolf Hitler, tant par ses idées que par ses propos et son comportement est aujourd’hui Mahmoud Ahmadinejad. Le Président iranien est antisémite, comme Hitler. Il ne cite pas Mein Kampf dans le texte, mais on pourrait penser que c’est parce qu’il connaît chaque page par cœur. Comme il fréquente les antisémites du vingt-et-unième siècle, il sait qu’il faut légèrement adapter son vocabulaire et dire : « je ne suis pas antisémite, non : je suis antisioniste ». Après quoi il peut parler d’Israël comme on parlait du peuple juif dans le Sturmer de Julius Streicher. Il peut nier l’existence de la shoah. Il peut se proposer d’anéantir Israël et sa population. Il peut organiser des concours de dessins antisémites. Extraordinaire, pour quelqu’un qui n’est pas antisémite !

 

Le Président iranien a des droits de l’homme, de la démocratie, du capitalisme, de la liberté, de l’être humain en général la même vision que celle qu’avait Hitler. Il a des visées hégémoniques, comme Hitler en son temps. Il se différencie en ce qu’il est un fanatique religieux qui croit en l’apocalypse et pense qu’avec l’arrivée du douzième imam, l’humanité entrera dans une rédemption après avoir été lavée du sang impur. Hitler, lui, croyait instaurer un Reich de mille ans et purifier l’humanité des êtres impurs. Ahmadinejad est musulman, shiite. Hitler avait simplement beaucoup de sympathie pour l’islam et avait fait ouvrir à Berlin le premier institut d’études islamiques en Europe. Ahmadinejad défend la « cause palestinienne », comme tous les totalitaires et tous les antisémites aujourd’hui. Hitler est, à bien des égards, le père spirituel de la cause palestinienne, et il a apporté un soutien ardent à Amin al-Husseini dont Arafat et le négationniste Mahmoud Abbas sont les simples continuateurs. Les documents disponibles montrent même qu’Amin al Husseini était non seulement un partisan de la « solution finale », mais l’un de ses concepteurs et de ses théoriciens.

 

Mahmoud Ahmadinejad étant l’Adolf Hitler de notre époque, il utilise les moyens de notre époque : pas besoin d’armée conventionnelle, financer le terrorisme est tout aussi efficace. Pas besoin de camps d’extermination : la menace d’une bombe atomique peut faire l’affaire.  

 

Mahmoud Ahmadinejad étant notre contemporain, il peut se rendre à New York, et il y était voici deux jours, comme tous les ans à la même période depuis qu’il est à la tête de l’Iran. Comme l’ONU existe, il a pu y prononcer un discours nauséabond, comme tous les ans. Comme l’ONU est un club de dictateurs, de tyrans et de corrompus, il a trouvé un auditoire attentif et enthousiaste. Il a donné quelques dîners de gala. Il n’a pas été reçu à Columbia University cette année, mais il l’a été auparavant, avec tous les honneurs dus à son rang : une université où Edward Said, Palestinien professionnel, a pu être professeur d’études islamiques et où le successeur d’Edward Said s’appelle Rashid Khalidi, grand ami de Barack Obama, et ancien dirigeant de l’OLP, n’aurait pu faire moins qu’inviter Mahmoud Ahmadinejad, au moins une fois. Comme il y a un Conseil des droits de l’homme, qu’il vaudrait mieux appeler Conseil pour la destruction des droits de l’homme, Ahmadinejad y est allé, et a expliqué comment il s’y prenait pour détruire les droits de l’homme et ce qu ‘étaient ses projets génocidaires, et il  a reçu, bien entendu, un tonnerre d’applaudissements.

 

Lors de sa conférence de presse à New York, les journalistes ont retranscrit fidèlement ses propos. S’ils avaient eu affaire à Hitler, ils auraient fait la même chose. Ils lui auraient dit : « Les Juifs sont une race inférieure, dites-vous ?. Nous prenons note : une race inférieure ». Aujourd’hui, ils disent : « L’entité sioniste doit être détruite, c’est bien votre idée ? Nous notons : l’entité sioniste doit être détruite ».

 

Il m’arrive souvent de me demander sur quelle planète nous vivons. Comment quiconque peut encore respecter les Nations Unies dès lors qu’il s’y passe ce qui s’y passe ? Comment quiconque peut encore ne pas considérer que le Conseil des droits de l’homme est une sinistre plaisanterie, dès lors qu’on y écoute qui on y écoute, et qu’on y dit ce qui s’y dit ? Comment des journalistes peuvent-ils prétendre informer et faire leur métier, en écoutant des insanités et en les retranscrivant comme s’il s’agissait d’ « informations ».

 

Comment est-il possible qu’il n’y ait pas un soulèvement d’indignation quasiment unanime dans le monde civilisé face à un homme qui incarne ce qu’il y a de plus barbare et de plus immonde aujourd’hui ?

 

J’ironisais hier sur Nicolas Sarkozy. J’ironisais surtout parce qu’il a gaspillé de manière quasiment irrémédiable tout discours et toute perspective de redressement. Mais le voilà aujourd’hui avec une crise grave sur les bras : des enlèvements de Français en Afrique subsaharienne. J’ai écrit qu’il y avait un déplacement des activités d’al Qaida vers l’Afrique : on en a là une illustration. J’ai écrit que l’islam radical continuait à agir et à tisser sa toile : on en a là un exemple. J’ai écrit que la faiblesse presque complice d’Obama offrait des opportunités que les islamistes allaient exploiter. Ces gens-là s’en prennent en général au maillon faible : ils ont considéré que la France était le maillon faible. Personne ne dira que la faiblesse essentielle est à la Maison Blanche : moi, je le dis, ici.

 

Quant à Ahmadinejad : il finance le terrorisme, disais-je. Les mouvements chiites, comme le Hezbollah ou l’armée du Mahdi en Irak, mais aussi divers groupes talibans sunnites, le Hamas, al Qaida.

 

Quels étaient les titres de la presse française sur le dernier discours d’Ahmadinejad à New York : « Ahmadinejad évoque le risque d’une guerre sans limites avec les Etats-Unis ». Joli, non ? Nous ne sommes pas concernés, nous Français,bien sûr, et al Qaida n’a rien à voir dans tout cela. Un autre titre : « 11-Septembre : Ahmadinejad doute à nouveau de la version officielle ». Quand on écrit ainsi, cela veut dire qu’on considère les doutes comme valides, non ? Si Ahmadinejad le dit, c’est que ce doit être vrai, et la presse française aurait bien tort de ne pas l’écrire. Ces deux titres venaient du journal Le Monde. Regardons du côté du Figaro : « Ahmadinejad met en garde les Etats-Unis ». Ah, mais ! Attention, impérialistes Américains, le Figaro vous le dit : Ahmadinejad le grand vous met en garde ! Si le Figaro traite Ahmadinejad comme un homme respectable, c’est qu’il doit être un homme respectable, non ? Et s’il met en garde les Etats-Unis, c’est que les Etats-Unis ont tort…

 

Obama, qui n’a cessé de proposer à Mahmoud Ahmadinejad d’être son ami, doit être un peu déçu, mais il ne se décourage pas. Un autre titre du Figaro nous dit : « Obama veut réconcilier l’Amérique avec l’Onu ». Avec l’assemblée d’ordures qui vient d’acclamer Ahmadinejad, dites-vous ? Oui, c’est bien cela. Deux suggestions à Obama : se laisser pousser la barbe, comme Ahmadinejad, et emprunter à Ahmadinejad un de ses discours. Il reste à Obama à détruire les Etats-Unis pour que la réconciliation soit totale, mais il n’est pas sûr que les électeurs américains en laissent l’occasion à Obama.

 

Un dernier titre pour la route : « Flottille de Gaza : les experts de l'ONU égratignent Israël ». Quels experts ? Ceux du conseil des droits de l’homme, bien sûr ! Quelle est leur définition des droits de l’homme ? Celle d’Ahmadinejad, comment en douter. Et le Figaro parle du fait qu’Israel aurait commis des « violations graves des droits de l'homme ». Sur quelle planète vivons nous décidément…

 

Le titre le plus sain vient du blog Atlasshrugs. C’est celui que j’ai donné à ce texte : Hitler à New York. Ce simple rapprochement, Hitler et l’une des métropoles du monde occidental, devrait donner des frissons. Mais non, tout va bien, vous dira-t-on. Tout va presque bien. Des Français sont pris en otage, mais c’est par une organisation africaine, juste une organisation africaine.

 

Guy Millière

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz