FLASH
[26/04/2017] Ted Cruz veut saisir les milliards d’El Chapo pour payer le mur entre le Mexique !  |  L’UE entame le processus de levée d’immunité de Le Pen concernant le mauvais usage de fonds européens  |  La Chine exige des Etats-Unis l’arrêt des exercices militaires avec la Corée du sud  |  Macron a été sifflé à son arrivée chez Whirlpool  |  Explosion dans la bande de Gaza : 3 blessés, cause encore inconnue  |  Israël : Tentative d’attaque au couteau par un terroriste palestinien près de Naplouse illégalement occupée par les colons arabes. Racaille puante neutralisée.  |  Attentats de janvier 2015 : 10 personnes interpellées pour la fourniture d’armes à Amedy Coulibaly  |  [25/04/2017] Trump (jour de l’holocauste) : « Israël est le monument éternel de la force immortelle du peuple juif »  |  Jean-Lin Lacapelle: « Je suis membre de la commission Sécurité de la Région IDF et je vous affirme que 12500 individus sont fichés S pour islamisme »  |  Israël : un colon arabe a tenté de poignarder des soldats en Samarie juive illégalement occupée par les arabes palestiniens  |  Espagne, Barcelone : opération anti-jihad. 8 musulmans interpellés, dont 4 en lien avec les attentats de Bruxelles  |  Explosion près de la synagogue de Metz : une opération de déminage sur une voiture suspecte  |  La Chine interdit de donner un nom musulman aux nouveaux nés de la province à majorité musulmane de Xinjiang  |  Elle fait tout pour rester le punching ball politique : Marine Le Pen contre l’abattage rituel en France  |  Israël : Netanyahu annule sa réunion avec le ministre des Affaires étrangères allemand, qui a rencontré des ONG antisionistes radicales  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 10 novembre 2010

LORSQU’IL GLORIFIE LE TERRORISME PALESTINIEN ?

Par des circonlocutions étranges, en invoquant des projets qui n’ont pas vu le jour, Bernard-Henri Levy, dont j’ai souvent beaucoup de mal à suivre la pensée, même si je lui reconnais de n’être pas anti-américain et pas anti-israélien, défend le cinéaste Jean-Luc Godard, et déclare inadmissibles les accusations d’antisémitisme énoncées contre lui par la Zionist Organization of America, par Phyllis Chesler et par diverses publications juives aux Etats-Unis. Il dénonce une opération de « basse police de la pensée ». Il reconnaît que, certes, Godard a un rapport « complexe, contradictoire, ambigu » au « fait juif », et a apporté son soutien aux  « points de vue palestiniens les plus extrémistes », mais cela ne suffit pas à le convaincre. Un certain Antoine de Baecque, auteur d’un ouvrage sur Godard, publie au même moment un texte qui va dans une direction identique et explique des passages de films parfaitement nauséabonds par des effets de montage et de « style ».

Je serai le premier à énoncer mon hostilité à toute forme de police de la pensée. Mais, en l’occurrence, il ne s’agit pas de cela. Il ne s’agit pas d’inculpation ou de mise en examen. Il s’agit de remise à Hollywood d’une récompense honorifique, et l’adjectif indique bien les choses et renvoie à un mot : honneur. Rendre honneur à quelqu’un, c’est dire que son travail, dans son ensemble, est honorable. C’est dire aussi que ce qu’il a fait et accompli est globalement exemplaire.

Je pense que le mot ‘honneur’ n’est là, pas à sa place. Je pense que dire que le travail de Jean-Luc Godard est, dans son ensemble, honorable, est pour le moins excessif. Je pense que trouver que ce que Jean-Luc Godard a fait et accompli, est globalement exemplaire est aussi très excessif.

Les « points de vue » palestiniens les plus extrémistes dont parle Bernard-Henri Levy excédaient à l’époque (et excèdent toujours) les limites du point de vue, puisqu’ils impliquaient le terrorisme, le passage à l’acte, le meurtre d’Israéliens qui, pour être Israéliens, n’en étaient pas moins juifs. Ces « points de vue » incluaient (et incluent toujours) des incitations à la haine en lesquelles il ne fallait pas creuser beaucoup pour voir, derrière l’antisionisme, l’antisémitisme le plus vil. Inclure dans un film (« Ici et ailleurs », 1975), une phrase disant « Les juifs font aux arabes, ce que les nazis ont fait aux juifs » était contribuer directement à une assimilation des Juifs aux nazis. Et ce n’est pas parce que ce genre d’amalgame s’est trouvé ensuite beaucoup pratiqué à l’extrême-gauche (mais aussi, je le noterai, à l’extrême-droite) que cela en est devenu plus acceptable. Avoir placé (dans le même film) une alternance accélérée entre les portraits de Golda Meïr et d’Adolf Hitler est peut-être « génial » cinématographiquement parlant (ce n’est pas du tout mon avis), mais c’est surtout digne des programmes télévisés diffusés jusqu’à ce jour par le Hamas et l’Autorité Palestinienne. Avoir défendu, quelques années à peine après les faits, le massacre des athlètes israéliens à Münich, ne me semble pas pardonnable. Avoir décrit Israël comme un « cancer sur la carte du Moyen Orient » ne me semble pas pardonnable non plus.

Ceux qui, à Hollywood, ont décidé de récompenser Jean-luc Godard parleront, si on leur pose la question, comme Bernard-Henri Lévy ou comme Antoine de Baecque. Pour eux, ce que j’évoque ici, ce qu’évoquent la Zionist Organization of America, Phyllis Chesler et diverses publications juives aux Etats-Unis, n’est sans doute, comme dirait l’autre, qu’un ensemble de points de « détail ».

Je fais partie de ceux qui considèrent qu’il ne s’agit pas de points de « détail ». C’est avec des « détails » comme ceux-là qu’on alimente la banalisation de la shoah, la diabolisation d’Israël, un antisionisme qui, à force de frôler l’antisémitisme, finit par constituer simplement un nouveau visage de celui-ci. On sait comment, en laissant passer des « détails », on peut contribuer à ce que s’enclenchent des engrenages qui finissent par des cadavres et des camps d’extermination.

Je suis hostile à une police de la pensée, oui. Très hostile. Mais j’estime que certains mots, certaines images, certaines idées ne sont pas honorables, non.

Et j’estime qu’il n’y a pas à les placer sous les lumières de l’honorabilité. L’industrie cinématographique américaine a commis une faute. Ne pas dénoncer cette faute est, à mes yeux, la cautionner.

Guy Millière.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz