FLASH
L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 15 novembre 2010

Le Moyen-age est à nos portes.

Ryad vient d’obtenir un siège au conseil d'administration de l'ONU pour les Femmes. 

Onze pays asiatiques étaient candidats pour dix sièges disponibles. L'Iran été écarté, alors que l'Arabie Saoudite, un candidat bien pire, a obtenu un siège.

L'Arabie saoudite était assurée d'obtenir l'un des deux sièges réservé aux nouveaux États donateurs de cet organisme, destiné à accélérer l'amélioration de la condition et des droits des femmes dans le monde, et créé en juillet 2010 (1).

L'Arabie saoudite, dont le dossier sur la condition des femmes est aussi noir que celui de l’Iran, a pu entrer au conseil sans même soumettre sa candidature à un vote. Il faut dire que le richissime royaume s'est montré très généreux à l'égard de l'ONU. Il a largement contribué à un fond destiné à des projets de développement visant les femmes. Et il a pu ainsi se classer dans la catégorie des postes réservés à des « donateurs non traditionnels »

« L'Arabie saoudite a carrément acheté son siège à l'ONU-Femmes », résume Marianne Mollmann, responsable des droits des femmes à Human Rights Watch. Et il n'y avait rien à faire pour l'en empêcher.

Voir l'Arabie Saoudite siéger au sein d'une organisation qui ne peut que désapprouver les fondements mêmes de son régime discriminatoire, c'est choquant. D'autant plus que le gouvernement saoudien risque de se servir de cette nomination pour se donner bonne conscience, craint Marianne Mollmann.

« L'Arabie saoudite n'aurait pas dû être autorisée à entrer dans le conseil d'administration. Ils ont l'un des bilans les pires du monde en termes de droits des femmes », avait souligné Philippe Bolopion de l'ONG Human Rights Watch.

C’est une véritable aberration selon les mouvements pour les droits de la femme, que ce pays siège au  conseil d'administration de l'ONU pour  les  Femmes. L'Arabie Saoudite n'est pas très loin derrière l'Iran à l'échelle de la discrimination. À certains égards, elle le devance même.

A signaler qu’en Arabie Saoudite, le degré d'autonomie des femmes est le plus bas au monde et se situe très en dessous de l’Afrique noire. Le régime saoudien refuse d'adopter les réformes juridiques et institutionnelles pour se mettre en conformité avec les conventions internationales.

La richesse pétrolière de ce pays arabe présente un tableau trompeur de la situation de la femme saoudienne. En Arabie saoudite, les femmes n'ont pas le droit de conduire un véhicule, et elles ne peuvent pas prendre de décisions importantes dans la vie quotidienne, sans la permission d'un proche, masculin. 

Juridiquement parlant, la femme saoudienne est considérée comme un enfant qui a besoin de l'autorisation d'un tuteur « mâle » pour travailler, voyager, étudier, se marier, se présenter devant un tribunal et même obtenir des soins médicaux.

Les femmes sont opprimées partout dans le Royaume, dont la façade ressemble pourtant à celle d'un pays moderne. La polygamie est la règle, car la société n’a pas évoluée depuis… l'avènement de l’islam !

Les « crimes d’honneur » sont une des variantes de la violence arabo-islamique envers les femmes. Des centaines de crimes de ce type y sont enregistrés chaque année. Sans compter la violence domestique, la violence sexuelle, l'inceste, et l'assassinat des femmes au nom de la chari’a.

En Arabie saoudite, le grand mufti Abdelaziz al-Cheikh, la plus haute autorité religieuse du pays, a estimé, dans fatwa rendue le 16 janvier  2009, qu'une fillette âgée de 10 ans pouvait être mariée.

« Nous entendons souvent parler dans les médias de mariages de mineurs. Nous devons savoir que la chari’a n'est pas injuste à l'égard des femmes », a-t-il expliqué, précisant que « si on dit qu'une femme de moins de 15 ans ne peut-être mariée, cela est faux. Si une fillette a 10 ou 12 ans, elle peut être mariée, et quiconque pense qu'elle est trop jeune se trompe et est injuste à son égard ».

En Arabie, on aime  les filles jeunes et innocentes, c’est à dire vierges. Plus elles sont jeunes, plus elles sont innocentes, et donc « 

ultra vierges ». Mais sitôt le mariage consommé, elles ne sont plus vierges, d’où cette tradition de la polygamie pour se procurer de la chair fraîche à profusion.

La justice est d'ailleurs souvent entre les mains d'obsédés sexuels qui encouragent les mariages arrangés, à l’exemple du tribunal de Unayzah (ou Onaïza, dans le Najd, un fief des Wahhabites) qui a  rejeté, il y a quelques semaines, une demande de suspension du mariage forcé d’une jeune fille, promise par son père à un cinquantenaire.

En janvier 2010, les médias étrangers rapportaient qu’un octogénaire saoudien (81 ans) venait d’épouser une gamine de onze ans, sans que personne ne s’étonne vraiment (et surement pas l’ONU) . Le père de la pauvre fillette a encaissé 85.000 riyals (plus de 17000 €) pour cette vente déguisée en dot, et il défend corps et âme sa décision de marier sa fille (malgré l’opposition apparemment véhémente de sa femme – qui à été battue comme jamais). (note de JPG : la marchandise n'est ni reprise, ni échangée, en Arabie Saoudite)

Le père explique que “ le mariage à un âge précoce est une coutume de la société saoudienne. Cela fait longtemps que nos enfants se marient jeune. Souvent à l’âge de 4 ans. Ma fille en a 11, alors qu’on me laisse tranquille ! C’est l’Islam qui veut ça, donc si la religion le permet et nous invite à le faire, c’est qu’il faut le faire.” (2)

De son côté, le vieillard jeune marié rappelle qu’en plus d’être l’époux de sa femme, il en est aussi la cousine, qu'il a trois autres femmes (14, 27 et 41 ans) et trois enfants (1 an, 11 ans et 21 ans). En résumé, la jeune mariée est la cousine de son mari et ce dernier à un enfant du même âge que sa femme.

En Arabie Saoudite (qui est pire que l’Iran)  les femmes n’ont pas de tête. Seul le corps est intéressant.

En Arabie Saoudite, la pédophilie est affichée publiquement, car on se réfugie derrière la “ religion ” pour tolérer tous ces crimes et abus.

Quelle honte pour le Monde.

Quelle insulte pour les femmes.

Voir ce pays siéger au Conseil de l'ONU chargé de promouvoir  « les droits des Femmes ».

Les saoudiens doivent être morts de rire !!!

Ftouh Souhail, Tunis 

(1) L'Assemblée générale de l'ONU, où siègent les 192 États membres, avait adopté à l'unanimité une résolution portant création de cette « entité de l'ONU pour l'égalité des sexes et l'autonomie des femmes ». L'ex-présidente du Chili, Michelle Bachelet, socialiste modérée, connue pour son charisme politique, avait été nommée mi-septembre 2010 à la tête de l'ONU Femmes. 

ONU Femmes doit commencer à fonctionner le 1er janvier 2011. Il rassemble les activités de plusieurs organes déjà existants concernant les droits des femmes. Ainsi la Division pour l'avancement des femmes (DAW), fondée en 1946, l'Institut international de recherche et de formation pour l'avancement des femmes (Instraw, 1976), le fond de développement des Nations Unies pour les femmes (Unifem, 1976), et le Bureau du Conseiller Spécial pour la Parité des Sexes et la Promotion des Femmes (Osagi, 1997), seront fusionnés dans la nouvelle entité.

(2) La source principale est  http://www.alarabiya.net/articles/2010/01/17/97613.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz