FLASH
Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 19 novembre 2010

Depuis quelques jours, les États-Unis ont présenté à Israël un plan pour relancer les « négociations de paix »  avec les Palestiniens. Ce plan proposerait à Israël un nouveau gel des constructions dans les localités juives pour 90 jours, sauf à Jérusalem-Est. Le gel envisagé concernerait tous les chantiers à venir, ainsi que ceux qui ont débuté après l'expiration du moratoire, en septembre dernier. Le plan comporterait aussi l'engagement de ne pas chercher à prolonger cette phase de gel.

Le plan prévoit également un artifice de  promesses  pour l’Etat Juif. Les États-Unis offrent par exemple à Israël plusieurs garanties en matière de sécurité. L’administration Obama prétend demander au Congrès d'autoriser la livraison de 20 avions de combat supplémentaires, afin de permettre à Israël de conserver son « avantage qualitatif » vis-à-vis des autres armées de la région.

Les États-Unis s'engageraient également à imposer leur veto au Conseil de sécurité de l'ONU, et au sein des autres instances internationales, à toute résolution visant à imposer à Israël un règlement politique sur le dossier palestinien contre sa volonté. Washington s'opposerait aussi à toute tentative visant à empêcher Israël d'exercer son droit à l'autodéfense.

Le problème ici est que les américains n'ont même pas pris la peine de consulter les  israéliens avant de proposer ce plan-bidon qui ne règle rien. Le respect de la souveraineté israélienne est encore une fois bafoué. (Note de JPG : le second problème est que les américains ne font guère plus que de proposer d'apporter à Israël ce que les présidents et le sénat américains ont toujours apporté à leur plus proche allié, et qu'ils retrouveront naturellement après le passage de Obama à la présidence)

Après la raclée électorale du 2  novembre 2010,  Obama, pour redorer son blason, cherche à briller d'une autre manière : présenter à Israël son plan de paix au Moyen Orient, qui se résume à  vider la Judée et Samarie de toute présence civile juive israélienne. Obama souhaiterait créer, pour la population israélienne, une situation similaire à celle des réfugiés juifs de Gaza.

Washington   encore une fois prêté une oreille bienveillante aux lobbyistes de la Ligue Arabe et des palestiniens, très puissants, et qui ont beaucoup d’influence aux USA depuis qu'un certain président est au pouvoir, au point que la construction de quelques dizaines d’habitations, en Judée Samarie, est devenue aujourd’hui, avec la bénédiction d’Obama, un obstacle aux négociations (ce qui n’avait jamais été le cas au auparavant). 

Les israéliens ont déjà fait geler les constructions pendant dix mois et en contre partie ils n’ont rien obtenu. Ils ont empêché le développement naturel, familial, de leur villages sans rien recevoir, tandis que la violence persiste chaque jour  dans les territoires. Dans le même temps, les palestiniens construisent des centaines de maison, des immeubles, des mosquées, illégalement, sans le moindre permis de construire, à Jérusalem et ailleurs à l'intérieur de la ligne verte, sans que personne leur reproche quoique que ce soit.

Ce nouveau gel va probablement encore alimenter le terrorisme. Il y aura encore des morts et des blessés sur les routes de la Judée Samarie. Les jets de pierres sur les voitures israéliennes (activité quotidienne des palestiniens)  n’a pas cessé. Ce mercredi 17 novembre 2010, un autobus israélien a été caillassé sur la route 60 dans le Gush Etzion, à l'ouest de Bethléem.  Deux personnes ont été blessées. En même temps, les agressions à l'encontre d'Israéliens, dans les quartiers de Jérusalem, se sont encore intensifiées. Tout est fait pour que ces actes antisémites persistent méthodiquement, sans remord et sans pitié.

En réponse à ce second plan de gel, Dimanche 21 novembre, tous les conseils régionaux de Judée Samarie seront en grève générale pour protester contre la reconduction du gel des constructions.

Des membres du Likoud, et les responsables des localités juives de Judée Samarie ont  déjà tenus une réunion d’urgence dans le bureau du ministre Yuli Edelstein, pour décider de l’attitude à adopter, face à la proposition de prolonger le gel de la construction, présentée par le Premier ministre au cabinet. Parmi les participants à cette réunion d’urgence, on peut mentionner le président de la coalition, Zeev Elkin, Yariv Levin, Tzipi Hotovely, et encore Haïm Katz. « La décision de reconduire le gel est inappropriée. Nous devons dire non à un nouveau gel de la construction en Judée Samarie », a déclaré ce dernier.

Au cours de cette réunion, rassemblant les députés du Likoud, le ministre de la diaspora, Youli Edelstein, a déclaré que lui et ses partisans sont opposés à un nouveau gel des constructions, et qu’il oeuvrent pour que cette décision ne soit pas prise par Benyamin Netanyahu. Le député Danny Danon a fait savoir, au cours de cette réunion, qu’il avait envoyé une lettre au Rav Ovadia Yossef, l’ancien Grand Rabbin d’Israël, et dirigeant spirituel du parti Shass, afin de lui demander d’intercéder contre le décret.

Le ministre israélien de la Science et de la Technologie, Daniel Hershkowitz, et les militants de son parti (le Foyer Juif, formation orthodoxe) se sont aussi montrés opposés à tout nouveau gel des constructions en Judée Samarie.

Au total, treize ministres et membres de la Knesset ont signé, depuis quelques jours, une lettre adressée au Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans laquelle ils expriment leur opposition à la reconduction du gel contre les avantages supplémentaires offerts par les États-Unis. Parmi les signataires, à ce jour, on compte les Ministres Benny Begin et Moshe Yaalon, le Vice-ministre Gila Gamliel et Ayoub Kara, le président de la coalition Zeev Elkin, et les députés Danny Danon, Tzipi Hotovely, Haim Katz, Yariv Levin, Tsion Penian et Miri Regev.

Le Premier ministre israélien dispose d’une petite majorité pour tenter d’imposer le décret proposé par la Secrétaire d’Etat américaine, Clinton. Les ministres qui soutiennent cette démarche sont Ehoud Barak, Youval Steinitz, Yaakov Ne’eman, Dan Meridor, Gideon Sa’ar et Binyamin Ben-Eliezer.

Binyamin Netanyahu et le négociateur en chef Yitzhak Molcho se sont entretenus, mercredi 17 novembre, avec les ministres du parti Shas Eli Yishai et Ariel Atias. Le but était de les dissuader de s'opposer au gel des constructions. Le parti orthodoxe séfarade Shaas pourrait accepter de ne pas voter contre un nouveau gel des constructions en Judée Samarie si cette mesure ne concerne pas Jérusalem.

Alors qu’un second moratoire sur les constructions en Judée Samarie pourrait être annoncé, les israéliens sont appelés à ne pas adopter une politique de l'autruche, car les palestiniens cherchent constamment des prétextes pour ne pas progresser vers la paix.

Décidé en novembre 2009, le premier « gel » des constructions n’a été suivi d’aucune proposition palestinienne.  Du côté palestinien il n’y  a pas eu de main tendue. Aucune initiative, non plus, de la part des pays arabes.

Depuis Oslo, les positions israéliennes ont toujours évolués avec le temps. Ils ont fait des concessions, des pas vers la paix, leurs propositions ont avancées. La position palestinienne, même d’un pouce, n’a pas évoluée.

Les palestiniens ne veulent pas la paix, ni de négociations. Ce qui manque ici, comme toujours, c'est une réelle volonté de paix de la part  des dirigeants palestiniens. Cette volonté est totalement absente. Et les américains sont hypocrites. S’ils supportaient moins l’Autorité Palestinienne dans ses abus et ses conditions, tout bougerait plus vite. Mais le problème est que ce monde est trop dominé par les intérêts et l'argent du pétrole.

Aucune vraie négociation ne peut aboutir avec les actuels dirigeants palestiniens. Ce conflit n'aura de cesse que lorsque les États-Unis retireront leur soutien total aux palestiniens, et qu'un règlement leur sera imposé. Tout cela sera encore plus difficile du fait que les États-Unis ont armé les palestiniens.

Même s’il faut  reconnaître  le droit à l'autonomie palestinienne, il est en revanche inacceptable de céder à leur droit à l'arrogance (gel des constructions dans les villages juifs) et à l'irresponsabilité (refus de négocier). 

Malheureusement, les pays arabes exercent sur les palestiniens une influence beaucoup trop forte pour qu'ils aboutissent à une résolution du conflit.  Le pire est que les palestiniens sont  à l'abri de toutes pressions américaines. Quelles garanties auront par exemple les israéliens que pendant les futurs quatre vingt dix jours du gel, les palestiniens permettront une avancée des négociations ? Rien, aucune. En reprenant les négociations dans un tel contexte, les israéliens montreront encore leur faiblesse.

L'Autorité Palestinienne trouvera à chaque fois un moyen de torpiller les négociations, peu importe les conditions ! Le ministre israélien des Affaires Etrangères déjà expliqué, en septembre dernier, que contrairement à la propagande de la Ligue Arabe, le gel des constructions n’est pas “ le remède à la paix ” et qu’il s’agit là d’un “ stratagème pour ne pas négocier ”.

Mr Liebermann a affirmé clairement que le gel “ n’est qu’un prétexte ” pour le Président palestinien Mahmoud Abbas, pour interrompre les pourparlers de paix entre l’Autorité Palestinienne et Israël.

Le plus triste est qu’à chaque fois, les États-Unis prouvent  que c'est bel et bien les palestiniens qui ont le denier mot.

Quel affront de la part des États-Unis  vis à vis d’Israël. Cela veut dire que les Etats-Unis pour calmer les palestiniens enragés, leurs promettent de geler les constructions juives.

La stratégie palestinienne consiste à assécher par petit pas la vie Juive en Judée Samarie. Elle procède donc lentement, mais surement, avec l'accord tacite des gouvernements occidentaux, qui font semblant de ne pas voir la stratégie palestinienne. De temps en temps, on nous annonce que la paix pourrait être possible, à condition de geler les constructions. Or, ce gel  n'a pas empêché les visées terroristes contre la population juive d’Israël. D'où l'impossibilité de faire une avancée réelle vers la paix.

Ftouh Souhail, Tunis

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz