FLASH
[27/06/2017] L’enquête du FBI contre le général Flynn, le conseiller sécurité de Trump, était une vengeance  |  L’université de Californie se prend un procès pour « environnement hostile aux juifs »  |  Chômage : la barre des 6.6 millions d’inscrits à Pole Emploi est dépassée  |  [26/06/2017] La Cour suprême déclare légale l’interdiction d’entrée établie par Trump pour 6 pays musulmans (sauf les gens qui ont des liens aux USA)  |  [25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 9 décembre 2010

Selon les révélations de WikiLeaks, la Syrie a rejeté, fin 2009, la demande de l’Iran de se joindre à elle si les installations nucléaires de la République islamique étaient attaquées, ou bien même en cas de guerre entre Israël et le Hezbollah. 

Des diplomates syriens ont déclaré : “que les Iraniens ne comptent pas sur nous, ou sur le Hezbollah, ou le Hamas, pour faire leur guerre (aux Israéliens), nous sommes trop faibles, quant aux Iraniens, ils sont suffisamment puissants puisqu’ils ont les moyens de développer un programme nucléaire.”

On savait déjà que la Syrie est incapable de mener une guerre contre Israël. Cette guerre entraînerait la chute du régime syrien, la destruction des camps d’entraînement, répartis dans tout le pays, et le bombardement de tous les points stratégiques utilisés par Damas. 

Les responsables militaires syriens savent qu’une guerre contre Israël leur causera des dégâts considérables. Toute la Syrie, militaire ou terroriste, serait une cible légitime pour Tsahal. Le dictateur Assad sait pertinemment qu’une telle guerre détruirait la Syrie, et sonnerait le glas du régime dominé par sa famille.

Le 4 février 2010, Lieberman avait promit l’enfer à Assad. Le ministre israélien des Affaires étrangères avait prévenu que le président syrien Bachar al-Assad “perdra la guerre et le pouvoir” s’il provoque un conflit militaire avec Israël.

Au début de l’année, le Ministre israélien avait lancé à l’attention du Président syrien Bachar Assad : « Notre message est clair : à la prochaine guerre, non seulement vous la perdrez, mais vous perdrez aussi le pouvoir, vous et votre famille. J’espère que ce message sera bien entendu à Damas ». 

Avigdor Lieberman lui avait également reproché de « ne s’intéresser ni aux vies humaines ni aux valeurs humanistes, mais seulement au pouvoir ».

D’après le « Sunday Times », Israël aurait adressé, en avril 2010, un très sévère avertissement à Bachar El Assad, par l’intermédiaire d’une tierce partie, au sujet du transfert de missiles balistiques de longue portée au Hezbollah : « Si ces missiles sont tirés sur Israël, la Syrie sera considérée comme directement responsable, et c’est elle qui subira les foudres de Tsahal au point de la renvoyer à l’âge de pierre ». 

Un ministre israélien, cité dans le journal britannique, avait mentionné « qu’en cas d’utilisation de cet armement, Tsahal détruirait notamment les centrales électriques, les ports, les réserves de carburant et d’autres infrastructure stratégiques sur le territoire syrien ». 

Ces déclarations explicites ont été très bien comprises, à Damas. Et c'est la raison pour laquelle les syriens ont refusé d’aller se laisser sacrifier pour les beaux yeux de leurs maitres de Téhéran.

Bachar sait parfaitement que le pouvoir de sa communauté, minoritaire alaouite, ne repose que sur l’état de belligérance avec Israël. La rigidité du régime des Assad risque de s’effriter en cas de combat contre « l’ennemi sioniste. »

Le dictateur arabe Assad est considéré comme faible, voir même comme un incapable ! Assad est un "loser". Les iraniens le manipulent pour qu’ils déclarent une guerre contre Israël, dans l’espoir de pouvoir compléter leur programme nucléaire. La Syrie s’est aperçue qu’il vaut mieux rester tranquille que d’aller se faire sacrifier pour l’Iran et le Hezbollah libanais.

Ftouh Souhail 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz