FLASH
Syrie : énorme explosion d’un dépôt de munitions de l’armée à Damas, frappé par l’aviation israélienne durant la nuit  |  Malawi : des milliers de chrétiens manifestent contre l’avortement et le mariage homo  |  L’armée syrienne contrôle maintenant 100% des vieux quartiers est d’Aleppo  |  Pour être réélue, Merkel veut maintenant préserver la culture allemande contre le mode tribal et la sharia des immigrés  |  La Knesset vote pour légaliser 4 000 habitations juives construites sur des terres Arabes à l’abandon depuis des décennies  |  Lors d’une conversation téléphonique, Trump a convaincu Softbank d’investir 50 milliards $ et de créer 50 000 emplois aux Etats-Unis  |  3 électeurs de Floride font un procès en demande de recomptage de l’élection (Trump a 120 000 voix de plus que Clinton)  |  Attaque raciste de CNN qui ne digère pas l’élection de Trump, cette fois contre Ben Carson  |  En réponse à Trump, Boeing indique qu’il a un contrat de 170 millions $ pour « aider à déterminer » les besoins d’Air Force One  |  Belgique : arrestation de 8 jihadistes à Anvers, Bruges, Saint-Nicolas et Schaerbeek qui recrutaient et finançaient ISIS  |  Avec 89.5% des voix, Angela Merkel a été réélue à la tête du CDU  |  Trump : « Boeing construit un nouvel Air Force 1 à 4 milliards $ pour les futurs présidents. C’est bien trop ! il faut annuler la commande !  |  L’ex directeur du Pentagon Leon Panetta soutient la nomination par Trump de « Mattis le chien fou » et recommande aux démocrates de valider sa candidature  |  Devant les membres de son parti, Merkel demande l’interdiction de la burqa et est ovationnée en réponse  |  Bruno Le Roux nommé 1er ministre. Si dans une entreprise on nommait PDG un petit cadre, ce serait la faillite – pareil pour la France  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 14 décembre 2010

Résumé

Le grand emprunt est comme l'arlésienne de l'opéra de Bizet : il va et vient depuis un an. François Fillon vient de le faire ressurgir dans l'actualité en énonçant les projets qu'il financera avec de l'argent obtenu par endettement public. Tour d'horizon d'une liste incroyable d'investissements qualifiés d'avenir et qui en fait accentueront la ruine générale.

 

UN FAIT NOUVEAU

Le « grand emprunt »  est comme l'arlésienne de l'opéra de Bizet : une belle fille qui se faisait attendre ; depuis environ un an, cette arlésienne va et vient, et comme d'autres belles filles elle est ruineuse.

Le voici qui ressurgit soudain le 9 décembre 2010. François Fillon III a annoncé que 35 milliards d'euros prélevés sur le « grand emprunt » seraient dépensés pour préparer l'avenir : enseignement supérieur, numérique, recherche industrielle, PME, développement durable sont sur les rangs. Plusieurs opérateurs publics ont déjà reçu l'argent et le répartiront. 23 appels à projets ont été lancés et 800 dossiers on été déposés. A l'énumération ci-dessus, s'ajoutent, pour compléter le dispositif, des prêts verts, des réseaux électriques intelligents, les énergies renouvelables marines, l'économie sociale et solidaire, le déploiement du très haut débit. Certains de ces supposés investissements ont déjà reçu des sous. L'énoncé de ces projets censés sauver la France donne le tournis et balise, en fait, les chemins de la ruine.

 

L'ENVOL DE L'IDEE

Lancé en novembre 2009, le grand emprunt reposait sur l'un des principes mensongers de la « République Fromagère » (R.F.) : « Je dépense donc je suis ». Un courtisan avait eu l'idée tout à fait par hasard, et l'avait ajoutée au dernier moment dans un discours de l'hyper actif président : la fusée s'était aussitôt envolée. Le prétexte initial était la crise qu'il fallait surmonter, les énarcho-socialos au pouvoir pensant illégitimement que l'État est le seul à pouvoir agir efficacement alors que c'est le contraire.

Les idées fausses foisonnaient : d'abord, par imitation du capitalisme, se trouve le concept que l'État pourrait investir pour créer de la richesse. Ensuite, s'ajoute le mépris de l'endettement public, l'État se précipitant dans un endettement supplémentaire. Et, merveille parmi les merveilles, l'idée de l'endettement était lancée, sans savoir ce qui allait être fait avec de l'argent qui n'existait pas encore. Chez les entrepreneurs privés, dans la mesure où ils résistent encore aux assauts destructeurs du gouvernement, la question d'un endettement éventuel n'est posée que si l'on se trouve en face d'un projet déjà structuré et porteur d'avenir, c'est-à-dire annonciateur de profits.

Après réflexion, l'emprunt ne fut pas placé dans le public, de crainte d'un désaveu magistral, malgré la servitude probable des banques. De même, une salutaire réflexion conduisit progressivement à diminuer son importance. On se contenta donc de piocher dans la gestion courante de la trésorerie publique, celle-ci pouvant encore emprunter sur les marchés sans que personne ne sache quand cette possibilité disparaîtra, les prêteurs internationaux sonnant la fin de la « récrée » ! Vue ainsi, l'arlésienne devient un fantôme d'emprunt, couplé avec une simple invitation pressante à dépenser de l'argent inexistant.

 

LA PARLOTTE INEVITABLE

Pour savoir où investir, il fallait d'urgence ouvrir une parlotte. Elle rassembla pendant plusieurs mois 24 membres. La trouvaille fut de confier la présidence de la commission à deux richissimes cumulards, Rocard et Juppé, dont le seul titre de gloire avait été de créer deux impôts censés boucher le trou insondable de la sécu.

La mission, qui leur fut octroyée sans rire, était de « dessiner la France de demain ». Les énarcos-gauchos au pouvoir ignorent que la France de demain ne peut être dessinée que dans le cadre de la liberté d'action de chacun des Français, et en particulier des créateurs d'entreprises. Les projets, pendant le déroulement de la parlotte générale, ont flotté au hasard de la pression des lobbies, des syndicalistes, et des partis politiques officiels, chacun tirant à hue et à dia.

 

FROMAGES ET PQ

En dehors des comités Théodules, dont la commission était l'un des exemples, la création permanente de nouveaux fromages publics est une autre « valeur » de la « R.F » évoquée plus haut.

René Ricol fut nommé commissaire général à l'emprunt, et rattaché directement au premier ministre. Remarquons qu'il n'était pas Haut-commissaire, ce qui nous montre qu'une hiérarchie subtile existe entre les fromages. Il est aidé par un comité de surveillance qui comprend, notamment, des parlementaires et des Personnalités Qualifiées (« PQ » pour les intimes). Ce comité de surveillance doit assurer la circulation des fonds depuis le commissaire général, jusqu'aux opérateurs existants, avec des contrats d'objectifs très précis.

Une bureaucratie publique étant éternelle par définition, nous voilà mal partis !

 

LA RUINE EN TEMPETE

Qui sème le vent récolte la tempête. Voici, en un bref énoncé, comment le vent de la ruine générale souffle dans une opération aussi folle : dépenses publiques avec impôts à l'appui, endettement supplémentaire, vanité des projets où l'argent disparaît sans espoir de récupération, délais interminables et démarches obscures imposées aux entrepreneurs ayant la faiblesse de déposer des projets pour avoir des subventions, création d'une nouvelle administration, assèchement des financements privés seuls créateurs de richesses, combines pour bénéficier de la manne publique. Ayant beaucoup de respect pour les PQ de la R.F., nous n'osons aller jusqu'à pouvoir penser à ce que pourraient « envelopper » les combines.

 

RONALD REAGAN

Le regretté président des USA déclara un jour : « Les mots les plus terrifiants dans la langue anglaise sont : je suis le gouvernement et je suis là pour vous aider ».

Ce n'est pas l'avis des fausses élites qui nous gouvernent, ceci non seulement pour des raisons idéologiques mais pour protéger leurs propres intérêts solidement engagés dans le développement perpétuel de la susdite R.F. Cette prétention insupportable de nous aider fait prendre au pays le chemin de la ruine. Le résultat est une économie indéfiniment languissante avec chômage et paupérisation.

La solution existe pourtant et est à portée de la main : libérer l'économie est la seule façon de préparer l'avenir et beaucoup de pays s'y sont résolument engagés.

 

Michel de Poncins

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz