FLASH
[25/03/2017] Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  |  Corse : 25 cocktails Molotov ont été lancés cette nuit contre la sous-préfecture de Corte sans faire de blessé  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 14 décembre 2010

Pauvre France

Je voudrais ne pas penser que la France glisse lentement vers sa propre mort, mais la reprise de contact après quelques jours d’absence est venue me frapper comme une série de gifles violentes.  

Cela a été d’abord, je l’ai dit, la paralysie des transports et des réseaux routiers en raison de dix centimètres de neige. Quand bien même je sais que les choses seront mieux organisées la prochaine fois, je n’ai pu m’empêcher de trouver cela lamentable. Et le discours des hommes politiques confrontés à la situation m’a incité à un peu de compassion à leur égard : se rendent-ils compte qu’ils sont ridicules ? Les gens qui ne quittent jamais la France, ou qui n’en sortent que pour aller vers des pays plus pauvres et plus sous-développés, n’ont sans doute pas la même perception que moi, je sais. Je l’ai constaté : je suis souvent seul à trouver que multiplier les parpaings, les coulées de ciment sur la chaussée, les poteaux en métal aux fins d’asphyxier la circulation, conduit le pays vers un risque permanent de thrombose. Le moindre incident inopiné, et la thrombose est là.

Je suis souvent seul aussi à songer à ce que coûte le gaspillage impliqué. Ce pays a l’art de dépenser de l’argent pour rien. Pourquoi fabriquez-vous ces poteaux, ces parpaings et ce ciment ? Pour les vendre au gouvernement. Et qu’en fera la e gouvernement ? Il obstruera les rues et les routes ? A quoi cela sert-il ? A faire des embouteillages. Et à quoi servent les embouteillages ? A consommer de l’essence, à perdre du temps, à produire des émanations toxiques. En quoi cela est-il utile ? Cela sert à inciter les gens à moins se déplacer, et à utiliser les transports en commun. Et si les gens se déplacent quand même, et persistent à ne pas utiliser les transports en commun ? Si les transports en commun se mettent en grève ? Les questions ne seront pas posées.  

A peine les dix centimètres de neige disparus, je me suis rendu dans un séminaire auquel je devais parler, et qui était consacré à la formation de jeunes militants juifs à la lutte contre l’antisémitisme. Je me suis retrouvé parmi des amis, mais j’ai du constater que ce séminaire était réalisé loin de la ville, de manière très discrète. Ce pour une raison limpide : les agressions contre des juifs se multiplient en Europe. Et c’est d’ailleurs pour tenter de répondre à cette situation que le séminaire était organisé. Qui évoque ouvertement l’antisémitisme qui monte ? Très peu de gens. Parmi les intellectuels non juifs, il m’arrive de me sentir assez seul, là encore, sur mes positions. Une des personnes invitées à témoigner au cours du séminaire, a évoqué ce qu’a subi son fils : une agression très violente un jour de shabbat. La presse a relaté l’agression, mais sans dire qu’il s’agissait d’une agression. Il a été choisi de parler d’une rixe entre bandes. 

Pourquoi l’information est-elle ainsi falsifiée ? Pour ne pas créer de tensions, vous répondra-t-on. Et si les tensions persistent ? Demandera-t-on aux Juifs de partir ? Devront-ils raser les murs en attendant ? Ces questions là non plus ne seront pas posées.  

Tout juste rentré de ce séminaire, j’allume mon téléviseur, et j’apprends que le débat du moment concerne une phrase « ignoble et provocatrice » prononcée par Marine Le Pen, qui se révèle, clame un dignitaire socialiste, la « fille de son père ». Qu’a donc dit Marine Le Pen ? Que des rues étaient occupées par des musulmans militants, et que cela lui faisait penser à une autre occupation. Marine Le Pen n’a donc tenu aucun propos antisémite, et aucun propos raciste. Elle a dit ce qui se dit dans la presse du reste du monde, lorsqu’un journaliste étranger découvre, effaré, que le jour de la prière, des rues entières sont barrées à la circulation, et prises en main par des services d’ordre islamiques, tandis que les commerces voisins se voient intimer l’ordre de baisser leur rideau de fer. Ce qui se dit ailleurs qu’en France concernant la France ne pourra bientôt plus être dit en France.

Une nouvelle race a, en réalité, fait son apparition : la race islamique, par la vertu de laquelle un chinois converti à l’islam n’est plus chinois, mais musulman, tout comme un Suédois blond n’est plus un Suédois blond, mais un musulman. Et, du coup, un nouveau racisme est né. Le racisme islamophobe. En quoi consiste-t-il ? A critiquer l’islam, qui est, bien sûr, au dessus de toute critique. Ou simplement à énoncer une peur de l’islam, qui doit, c’est une évidence, ne faire peur à personne. Ne pas avoir peur de l’islam sera bientôt en France, un ordre venu directement du ministère de l’intérieur. Comparer l’islam militant au nazisme est aussi totalement interdit. Les articles parlant de fascisme islamique, parus dans la grande presse francophone ces dernières années, seront sans doute supprimés dans les prochains jours.  

Comment doit-on appeler une société où les juifs doivent peu à peu se cacher, et où des militants occupant l’espace public par la force et l’intimidation, tiennent le haut du pavé ? Comment appelle-t-on cette société, lorsqu’on y instaure l’interdiction de critiquer les militants usant de la force et de l’intimidation, et lorsqu’on y interdit en outre de dire que cette occupation suscite de mauvais souvenirs ? Dépêchez-vous de poser ces questions.  Bientôt, le simple fait de les murmurer pourra vous valoir une amende ou une peine de prison.  

Je change de chaîne, et je découvre d’autres nouvelles. Un attentat suicide islamiste a eu lieu eu Suède, mais le journaliste ne dit pas que c’est un attentat suicide, et ne dit pas non plus que c’est un islamiste qui a agi. Ce serait du racisme islamophobe, c’est évident. Quelques années encore, et ce genre d’événement sera totalement passé sous silence, ou décrit comme un « regrettable accident ».

Un accord a été ratifié à Cancun prévoyant de limiter le réchauffement climatique à deux degrés. Il faudra que j’aille sur le web pour trouver des articles en anglais expliquant ce que nul journaliste ne semble avoir le droit de dire explicitement en France : il n’y a pas de réchauffement climatique, et l’accord passé à Cancun est un simple morceau de papier sans la moindre valeur contractuelle.  

C’est cela l’information en France ? Il semblerait que oui.  

Lundi soir, j’ai donné une conférence pour l’association France-Israel. J’ai expliqué la doctrine Obama et ses conséquences pour Israël, et, au delà, pour la liberté dans le monde. Les explications que j’ai données ne sont, cela va de soi, pas celles qu’on donne à la télévision française. J’ai précisé que je n’avais pas d’opinion, et seulement des faits. J’ai ajouté que dans mon dernier livre, consacré à ce sujet, il y avait vingt pages de notes et vingt pages de bibliographie, et que ceux qui ne veulent pas voir sont des praticiens de l’aveuglement volontaire. L’auditoire a bien reçu mon exposé.  

Deux jeunes filles ont néanmoins quitté la salle, bouillantes d’indignation. Je n’avais pas dit ce qu’elles entendent chaque jour à la télévision ! Comment auraient-elles pu ne pas être indignées ! Elles n’ont pas cherché à en savoir davantage. Elles savent tout sans avoir rien appris. Je ne doute pas que rentrées chez elles, elles ont allumé leur récepteur pour se voir dispenser la dose de somnifère à même de leur procurer un sommeil réparateur.  

Avant de partir donner cette conférence, je me suis fait insulter sur Facebook par deux analphabètes musulmanes, fières d’être musulmanes et inconscientes d’être analphabètes.  Si je les croisais dans une rue, elles se feraient violentes, sans doute. Si elles pouvaient me dénoncer à une quelconque officine, elles le feraient aussi : j’ose porter un regard critique sur l’islam ! A leurs yeux, je mérite la mort, sans doute. En attendant, elles me traitent de porc et de crapule. L’une d’elles est chercheuse au CNRS. Je préfère ne pas savoir ce qu’elle cherche. Ou, plus exactement, je m’en doute. Un interlocuteur me les décrit comme des « modérées » très bien intégrées. Que me diraient-elles si elles n’étaient ni « modérées » ni « intégrées ». Je l’imagine sans difficultés.  

La reprise de contact avec la France, après quelques jours d’absence seulement, a été dure, incontestablement.  

D’ici la fin de la semaine, cela ira mieux sans doute.  

Dois-je dire que passer des Etats-Unis à la France contemporaine me donne parfois une sensation proche de celle que j’ai pu avoir, dans les années 1970, en passant de Berlin Ouest à Berlin Est ?  

Dois-je dire que comparer un pays où je suis né à Berlin Est au temps du mur m’est douloureux, et que devoir faire ce genre de comparaison me met en colère ? Qu’a-t-on fait de ce pays ? Qu’est-on en train de faire de ce peuple ?  

Guy Millière

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz