FLASH
[27/06/2017] L’enquête du FBI contre le général Flynn, le conseiller sécurité de Trump, était une vengeance  |  L’université de Californie se prend un procès pour « environnement hostile aux juifs »  |  Chômage : la barre des 6.6 millions d’inscrits à Pole Emploi est dépassée  |  [26/06/2017] La Cour suprême déclare légale l’interdiction d’entrée établie par Trump pour 6 pays musulmans (sauf les gens qui ont des liens aux USA)  |  [25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 15 décembre 2010

Il m’a été demandé plusieurs fois si je m’associerais aux assises internationales sur l’islamisation. J’ai répondu par la négative. Je n’ai aucune hostilité en soi contre Riposte laïque et contre les organisateurs de ces assises, mais j’ai des divergences fondamentales avec eux, que je pense utile d’expliciter.

La première de ces divergences tient à ce que je pense contre-productif de s’en prendre à l’islam comme tel. Je sais qu’il y a des dimensions totalitaires dans l’islam. Je sais que c’est bien davantage qu’une religion : un système de soumission global impliquant des dimensions juridiques, économiques et politiques. Je sais que la charia est incompatible avec les principes du droit naturel qui fondent les sociétés ouvertes. Je pense que le Coran pris au pied de la lettre implique un glissement vers le grand djihad et le petit djihad, Mais je sais aussi, pour avoir bien connu certains d’entre eux, que des penseurs musulmans cherchent à trouver le chemin permettant l’émergence au vingt-et-unième siècle d’un islam modéré. Je sais que nombre de musulmans vivant en Europe n’ont jamais lu le Coran et se disent musulmans simplement parce que cela fait partie de leurs origines familiales, et constitue un fragment de ce qu’ils considèrent comme leur héritage culturel. Je m’en tiens en ces conditions à la formule de mon ami Daniel Pipes : l’islam radical est le problème, et l’islam modéré est la solution. Cette formule ouvre la porte à des musulmans de bonne foi, et ne les condamne pas a priori, en les renvoyant vers un islam considéré comme mauvais en soi et à jeter en bloc. Elle n’empêche aucune fermeté, aucun rappel des principes fondateurs des sociétés ouvertes. Elle fonde au contraire la possibilité d’une fermeté conforme à ces principes fondateurs.  

La deuxième divergence est que je pense précisément que, pour répondre au danger bien réel constitué par l’islam radical, et par le fait que, comme je l’ai écrit à de nombreuses reprises, les cloisons entre islam et islam radical sont poreuses, il faut garder à l’esprit ce que sont les principes dont je viens de parler. L’idée de république me semble avoir des contours flous, et renvoyer à un patrimoine intellectuel né avec la Révolution française, que je considère, dans la lignée d’Edmund Burke, comme une révolution ratée, qui a empêché jusqu’à ce jour la France d’être un état de Droit stable. L’idée de laïcité militante me paraît elle-même très lacunaire, voire délétère : elle s’est déployée, en France, depuis et par une lutte contre la religion. Je me définis comme agnostique, mais je ne puis ignorer que la civilisation occidentale doit ses principes éthiques essentiels au christianisme, et en deçà de lui, matriciellement au judaïsme. Et je ne puis ignorer non plus qu’une société où se perd le rapport à la transcendance, est une société sans repères profonds. Intégrer des musulmans à une société où le rapport à la transcendance existe est possible. Les sommer de respecter la laïcité, qui n’est pas un principe renvoyant à un rapport à la transcendance est quasiment impossible.

L’idée d’identité nationale chère à une certaine droite me semble aussi une idée peu porteuse, en ce début de vingt-et-unième siècle, d’une obsolescence accélérée. Nous sommes dans une ère où les êtres humains sont appelés à être pluriels, et à s’inscrire sur un horizon planétaire. Toute identité qui entend survivre se devra être une identité compatible avec la planétarisation. Toute identité qui entend survivre se devra non pas de sommer les autres de la reconnaître, mais d’exister par son propre dynamisme et sa capacité d’attraction. Le dynamisme et la capacité d’attraction ne se décrètent pas.

Il y a, dans les démarches engagées aujourd’hui, une dimension défensive et une tentation du repli sur un noyau dur, censé être menacé, qui me semblent ne guère avoir de futur.  

La troisième divergence tient à ce qui me semble être, chez ceux dont je parle, une inaptitude à voir que la situation de l’Europe est ce qu’elle est, non pas tant en raison d’une invasion musulmane, que d’un déclin profond de l’Europe. Ce déclin est démographique, et se traduit par un vieillissement accéléré des populations européennes. Il est économique : les économies européennes pour la plupart sont essoufflées, asthéniques, incapables de produire de la croissance, de la créativité, et des perspectives de prospérité. Il est politique : quasiment aucun parti politique en Europe n’est à la hauteur des enjeux de la globalisation, de la dématérialisation et du post-capitalisme, qui constituent pourtant le cœur battant du monde contemporain. Il est culturel : le projet européen en lui-même est, depuis le départ, constructiviste au sens que Friedrich Hayek a donné à ce terme, et est venu dissoudre les anciennes évolutions, pour les remplacer par des projets abstraits, tombés du haut de structures verticales absolutistes.  

Un remède éventuel au déclin impliquerait d’en traiter tous les aspects, et pour cela, de remettre en avant ce que la civilisation occidentale a produit de plus fécond, et que Michael Novak a appelé le capitalisme démocratique. Je serais prêt à m’associer à une initiative allant dans ce sens. Pour l’heure, je ne vois rien venir. Et j’ai tendance à penser que je ne verrai rien venir. Les accents anti-américains que je perçois chez certains adeptes du laïcisme ou du nationalisme ne me semblent, en tout cas, pas marqués par la lucidité et par une capacité d’analyse très subtile. Certains accents proches de l’antisémitisme me semblent, eux, strictement impossibles à admettre. 

En observant la situation d’ensemble, je vois une Europe qui ne fait pas rêver, et ne donne pas à ceux qui y viennent le désir de s’intégrer à elle. Je vois une grande masse de gens qui se paupérisent dans la passivité créée par des Etats providence, qui n’ont plus les moyens d’exister. Je vois la grande majorité de ces gens résider mentalement dans l’aveuglement. Je vois une minorité d’entre eux se crisper sur les lambeaux d’idéologies et de dogmes naufragés. Et je vois des musulmans chez qui certains, les islamistes, cultivent le ressentiment, tandis que d’autres brandissent symétriquement le rejet de tout ce qui porte en soi le mot « islam ».  

Que certains de ces musulmans se radicalisent, et adoptent une attitude véhémente ou violente me semble tristement logique. Que les gens qui se crispent aujourd’hui puissent se crisper encore davantage demain me semble tout aussi logique. Que ceux qui se paupérisent, et résident mentalement dans l’aveuglement, continuent à se paupériser, et persistent dans l’aveuglement, me semble extrêmement logique : tous les dispositifs du prêt-à-penser ambiant leur délivrent quotidiennement les doses d’opium requises pour qu’ils puissent s’endormir.  

Les logiques enclenchées me semblent mener vers un avenir assez sombre. J’entends me situer ailleurs. Le travail de celui qui pense, me disait un ami philosophe aujourd’hui disparu, est de donner à comprendre, pas de s’accommoder du tumulte et de la tourmente. Je m’en tiens à ce travail.

Guy Millière

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz