FLASH
[23/03/2017] Non confirmé : un attentat terroriste aurait été évité ce matin à Anvers  |  Un Français a été enlevé par des musulmans au Tchad  |  « Si l’Islam est une religion de paix, pourquoi dois-je me déplacer partout avec des gardes armés ? » Ayaan Hirsi Ali  |  Sur la page Facebook d’Al Jazeera les arabes ont « réagi avec joie à l’attentat de Londres »  |  Sinaï égyptien : 15 terroristes tués, 7 arrêtés. 500 kg de TNT et des bombes artisanales saisis  |  Blocus ? Non, propagande. 10 ambulances ont transporté des malades de Gaza se faire soigner en Israël hier  |  L’ex député russe Denis Voronenkov qui a fui en Ukraine a été tué dans une rue de Kiev. Tueur appréhendé  |  Guignol : « Le niveau de la menace terroriste extrêmement élevée » – Cazeneuve, qui voulait lever l’état d’urgence il y a 8 jours  |  Blocus de Gaza ? Non, propagande. Le 22 mars, 692 personnes ont été autorisés à entrer en Israël depuis Gaza  |  L’Autriche décide l’interdiction formelle à Erdogan de faire campagne sur son sol  |  Irak : des journalistes ont découvert 137 corps dans un immeuble de Mossoul après les bombardements  |  Irak : 400 000 personnes sont prises au piège dans Mossoul Ouest  |  Suède : 1 mort et 2 blessés à coups de couteaux lors d’une bagarre entre personnes d’origine africaine  |  Egypte : 3 officiers et 7 soldats tués dans une attaque à l’explosif dans le Sinaï  |  Ukraine : énorme explosion dans un dépôt d’armes à Balakliïa, 20 000 personnes évacuées. Soupçons de sabotage  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 15 décembre 2010

L'un des ex-candidats à la présidentielle iranienne et chef de file de l'opposition iranienne, Mehdi Karoubi, a vivement critiqué ce mardi le régime en place, dans un message marquant le premier anniversaire de sanglantes manifestations anti-gouvernementales.

Hojjat El-Islam Mehdi Karoubi est un célèbre membre du clergé iranien. Il est le fondateur et président démissionnaire de la Société des Clercs Militants. Il fut aussi le porte-parole du Parlement iranien.

Réformateur pragmatique, Mehdi Karoubi a sans cesse critiqué le « conseil des Gardiens de la Constitution »  qui – soit  disant – veille à la compatibilité des lois avec la Constitution et avec l'islam. Toutes les lois votées par l'Assemblée doivent obtenir l'approbation du Conseil des Gardiens. Le conseil des Gardiens de la Constitution est, actuellement, présidé par Ahmad Jannati.

Mehdi Karoubi critiqua Ahmadinejad pour avoir mis en doute la réalité de la Shoah. Karoubi était inscrit en tant que candidat à l'élection présidentielle iranienne de 2009. Il demanda des élections libres, sans intervention des Gardiens de la Révolution islamique. 

D'après les résultats officiels, il obtint 0.85% des voix, résultats qu'il n'accepta pas suite aux nombreuses fraudes que ses observateurs lui ont relaté. Il est aujourd'hui l'un des meneurs de la révolte "verte" des  jeunes Iraniens contre "le coup d'État" du duo Ahmadinejad-Khamenei.

Mehdi Karoubi avait dénoncé  le  pouvoir qui "envoie un groupe sauvage pour réprimer les gens", en allusion à la répression de juin 2009 à Téhéran par les forces de l'ordre d'opposants au président Mahmoud Ahmadinejad.

"L'entêtement et le non respect de la loi et des droits des gens, ces sept derniers mois, a eu pour conséquence que la nation paie un lourd tribut", avait affirmé  M. Karoubi, cité par le site d'opposition Rahesabz.

Il y’a tout juste un an, en décembre 2009, L'opposant Mehdi Karoubi a été attaqué par des voyous payés Ahmadinejad, alors qu'il quittait une mosquée de l'est de Téhéran.(1).

Des agents de sécurité ont perquisitionné aussi les bureaux du magazine féminin Irandokht, dirigé par l'épouse de M. Karoubi, et ont saisi ses ordinateurs, selon le site d'opposition Advarnews.

M. Karoubi et Mir Hossein Moussavi, un autre candidat malheureux à la présidentielle de juin 2009 qui a vu la réélection de M. Ahmadinejad, contestent le résultat du scrutin, arguant qu'il a été entaché de fraudes massives. 

Le régime affronte aujourd’hui une crise au sommet. Le régime iranien est en proie aux luttes de pouvoir. À l'intérieur, où les dissensions au sein du bloc au pouvoir (entre ultra-conservateurs, junte du Sépah et entourage de Khamenei) s'accentuent, les propos des dirigeants et des parlementaires s'opposent à ceux des militaires du Sepah (Gardiens de la révolution) qui n'ont pas peur, même de contredire le guide Khamenei. Cette confusion tous azimuts se retrouve aussi dans les allégations officielles concernant le subit limogeage de Manouchehr Mottaki.

Le limogeage, lundi, du chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki n'entraînera pas de changement dans la politique étrangère ou nucléaire de l'Iran, a affirmé mardi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères. 

"Les grandes lignes de la politique étrangère de l'Iran sont définies à un plus haut niveau, et le ministère des Affaires étrangères exécute cette politique", a déclaré le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères. "Nous n'assisterons à aucun changement dans les fondements de notre politique étrangère ou nucléaire". 

M. Mottaki a été limogé lundi, alors qu'il se trouvait au Sénégal, par le président Mahmoud Ahmadinejad qui n'a donné aucune explication. Le chef du programme nucléaire iranien, Ali Akbar Salehi, a été désigné pour assurer l'intérim.

Ftouh Souhail 

(1) Source : Sahamnews.org. , le  29/12/2009 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz