FLASH
[22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  |  [21/06/2017] Michigan – Attentat terroriste : un musulman d’origine canadienne s’est jeté sur un policier, l’a poignardé en hurlant allahu akbar  |  Bayrou, Ferrand, Goulard et Sarnez : 4 ministres sur 18 éjectés du gouvernement pour soupçon d’emplois fictifs  |  Sondage : l’identité française menacée pour 70% des Français – qui ne font rien pour que ça change  |  De mieux en mieux : le terroriste des Champs-Elysées était également fiché par Interpol et recherché par la Tunisie pour terrorisme  |  Attaque terroriste à Bruxelles: perquisition à Molenbeek  |  30% des Russes disent être musulmans  |  Anvers : les habitants sont barricadés chez eux. Les forces spéciales sont entrées dans une habitation  |  Surprise ! Le terroriste qui a tenté de se faire exploser à Bruxelles est un ressortissant marocain  |  Arabie saoudite : Mohammed bin Naif prête allégeance à Mohammed bin Salman, le nouveau prince élu par 31 des 34 membres du Conseil  |  L’Egypte livre du fuel à Gaza pour alléger la crise d’électricité déclenchée par Abbas  |  Belgique : Anvers – hélicoptères de la police, éviter la zone  |  Emplois fictifs: François Bayrou Sylvie Goulard Marielle de Sarnez quittent le gouvernement  |  Démission de François Bayrou  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 15 décembre 2010

L'un des ex-candidats à la présidentielle iranienne et chef de file de l'opposition iranienne, Mehdi Karoubi, a vivement critiqué ce mardi le régime en place, dans un message marquant le premier anniversaire de sanglantes manifestations anti-gouvernementales.

Hojjat El-Islam Mehdi Karoubi est un célèbre membre du clergé iranien. Il est le fondateur et président démissionnaire de la Société des Clercs Militants. Il fut aussi le porte-parole du Parlement iranien.

Réformateur pragmatique, Mehdi Karoubi a sans cesse critiqué le « conseil des Gardiens de la Constitution »  qui – soit  disant – veille à la compatibilité des lois avec la Constitution et avec l'islam. Toutes les lois votées par l'Assemblée doivent obtenir l'approbation du Conseil des Gardiens. Le conseil des Gardiens de la Constitution est, actuellement, présidé par Ahmad Jannati.

Mehdi Karoubi critiqua Ahmadinejad pour avoir mis en doute la réalité de la Shoah. Karoubi était inscrit en tant que candidat à l'élection présidentielle iranienne de 2009. Il demanda des élections libres, sans intervention des Gardiens de la Révolution islamique. 

D'après les résultats officiels, il obtint 0.85% des voix, résultats qu'il n'accepta pas suite aux nombreuses fraudes que ses observateurs lui ont relaté. Il est aujourd'hui l'un des meneurs de la révolte "verte" des  jeunes Iraniens contre "le coup d'État" du duo Ahmadinejad-Khamenei.

Mehdi Karoubi avait dénoncé  le  pouvoir qui "envoie un groupe sauvage pour réprimer les gens", en allusion à la répression de juin 2009 à Téhéran par les forces de l'ordre d'opposants au président Mahmoud Ahmadinejad.

"L'entêtement et le non respect de la loi et des droits des gens, ces sept derniers mois, a eu pour conséquence que la nation paie un lourd tribut", avait affirmé  M. Karoubi, cité par le site d'opposition Rahesabz.

Il y’a tout juste un an, en décembre 2009, L'opposant Mehdi Karoubi a été attaqué par des voyous payés Ahmadinejad, alors qu'il quittait une mosquée de l'est de Téhéran.(1).

Des agents de sécurité ont perquisitionné aussi les bureaux du magazine féminin Irandokht, dirigé par l'épouse de M. Karoubi, et ont saisi ses ordinateurs, selon le site d'opposition Advarnews.

M. Karoubi et Mir Hossein Moussavi, un autre candidat malheureux à la présidentielle de juin 2009 qui a vu la réélection de M. Ahmadinejad, contestent le résultat du scrutin, arguant qu'il a été entaché de fraudes massives. 

Le régime affronte aujourd’hui une crise au sommet. Le régime iranien est en proie aux luttes de pouvoir. À l'intérieur, où les dissensions au sein du bloc au pouvoir (entre ultra-conservateurs, junte du Sépah et entourage de Khamenei) s'accentuent, les propos des dirigeants et des parlementaires s'opposent à ceux des militaires du Sepah (Gardiens de la révolution) qui n'ont pas peur, même de contredire le guide Khamenei. Cette confusion tous azimuts se retrouve aussi dans les allégations officielles concernant le subit limogeage de Manouchehr Mottaki.

Le limogeage, lundi, du chef de la diplomatie iranienne Manouchehr Mottaki n'entraînera pas de changement dans la politique étrangère ou nucléaire de l'Iran, a affirmé mardi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères. 

"Les grandes lignes de la politique étrangère de l'Iran sont définies à un plus haut niveau, et le ministère des Affaires étrangères exécute cette politique", a déclaré le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères. "Nous n'assisterons à aucun changement dans les fondements de notre politique étrangère ou nucléaire". 

M. Mottaki a été limogé lundi, alors qu'il se trouvait au Sénégal, par le président Mahmoud Ahmadinejad qui n'a donné aucune explication. Le chef du programme nucléaire iranien, Ali Akbar Salehi, a été désigné pour assurer l'intérim.

Ftouh Souhail 

(1) Source : Sahamnews.org. , le  29/12/2009 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz