FLASH
Le vol Pakistan Airlines #PK661 a été observé plongeant vers le sol – il y a 47 personnes à bord avec l’équipage  |  Un avion de Pakistan Airlines avec 34 personnes à bord a disparu des radars au dessus d’Abbottabad  |  Votez et faites gagnez Sylvia Pinel à la primaire socialiste: elle est créditée de 0% de votes, elle sera parfaite face à la droite  |  Syrie : énorme explosion d’un dépôt de munitions de l’armée à Damas, frappé par l’aviation israélienne durant la nuit  |  Malawi : des milliers de chrétiens manifestent contre l’avortement et le mariage homo  |  L’armée syrienne contrôle maintenant 100% des vieux quartiers est d’Aleppo  |  Pour être réélue, Merkel veut maintenant préserver la culture allemande contre le mode tribal et la sharia des immigrés  |  La Knesset vote pour légaliser 4 000 habitations juives construites sur des terres Arabes à l’abandon depuis des décennies  |  Lors d’une conversation téléphonique, Trump a convaincu Softbank d’investir 50 milliards $ et de créer 50 000 emplois aux Etats-Unis  |  3 électeurs de Floride font un procès en demande de recomptage de l’élection (Trump a 120 000 voix de plus que Clinton)  |  Attaque raciste de CNN qui ne digère pas l’élection de Trump, cette fois contre Ben Carson  |  En réponse à Trump, Boeing indique qu’il a un contrat de 170 millions $ pour « aider à déterminer » les besoins d’Air Force One  |  Belgique : arrestation de 8 jihadistes à Anvers, Bruges, Saint-Nicolas et Schaerbeek qui recrutaient et finançaient ISIS  |  Avec 89.5% des voix, Angela Merkel a été réélue à la tête du CDU  |  Trump : « Boeing construit un nouvel Air Force 1 à 4 milliards $ pour les futurs présidents. C’est bien trop ! il faut annuler la commande !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 11 janvier 2011

Joseph Fadelle, ancien musulman devenu chrétien, auteur du livre « Le prix à payer », est interviewé par le journal catholique français ‘L’Homme Nouveau’. Ci-dessous, quelques extraits adaptés par mes soins. Il est à noter – et c'est essentiel – la distinction claire faite par Joseph Fadelle, entre d'une part, l'islam ;  et d'autre part,  les musulmans.

 

Joseph Fadelle

Qu’est-ce que vous risquez aujourd’hui en France ?

La mort, que je risquerai toute ma vie à cause de la fatwa prononcée à mon égard. Tout musulman qui suit la règle coranique a le devoir de me tuer puisque j’ai quitté l’islam pour embrasser la religion chrétienne.

Revenons sur votre histoire. Comment considériez-vous les chrétiens alors que vous étiez musulman ?

Avant de rencontrer le Christ, je voyais les chrétiens à travers le Coran, je les considérais comme on me demandait de les considérer. C’est-à-dire comme des impurs qu’il faut combattre et tuer. La pire insulte que l’on peut recevoir dans ces pays-là, c’est « face de chrétien ».

Et désormais, quel est votre regard sur l’islam ?

Je pense qu’il est vraiment important de distinguer avant toute chose les musulmans et l’islam. Les musulmans sont ma famille, nous sommes égaux en humanité. J’aime profondément les musulmans. Mais l’islam – comme religion ou comme idée – est la plus mauvaise chose que l’humanité ait pu produire. C’est la seule religion qui ordonne de tuer l’autre. C’est donc évident que ce n’est pas bon pour l’humanité, c’est même un danger planétaire. D’abord pour les musulmans eux-mêmes. Ils sont même divisés entre chiites, sunnites, salafistes et poussés à s’entretuer. Je l’ai dit une fois, bien inspiré et je le répète : la seule chose bonne dans l’islam, ce sont les musulmans.

Les chrétiens aussi sont divisés et l’histoire nous apprend qu’ils n’ont pas été les derniers à tuer ?

C’est vrai mais il y a une différence majeure entre les deux. Les chrétiens s’entretuent ou se sont entretués, mais la Bible n’appelle jamais à tuer l’autre, alors que la loi coranique et le Coran poussent à tuer. Si vous voulez, il existe des chrétiens « mauvais », ce sont ceux qui ne suivent pas la Bible. Les musulmans « mauvais » ou extrémistes sont justement ceux qui lisent et appliquent le Coran.

Cette différence entre musulmans modérés et extrémistes est donc selon vous caduque ?

Oui, c’est sûr. Il n’y a pas de différence, il y a un seul Coran et donc un seul islam. Certains musulmans ignorent ce que dit l’islam et ils sont bons car leur humanité leur dicte de faire des choses bonnes. En France, les autres sont des musulmans qui connaissent le Coran. Ils semblent modérés parce qu’ils sont – pour l’instant – en minorité et ne peuvent donc pas appliquer le Coran. Mais ceux que l’on appelle « bons musulmans » seront poussés à tuer (comme les autres musulmans) lorsqu’ils liront le Coran. Ou alors, ils quitteront l’islam, comme je l’ai fait. Mais dans les pays musulmans – mon histoire le montre – quitter l’islam est tellement difficile que certains continuent à vivre dans l’islam par peur. Il y a – en plus – le danger de la démocratie en France. Les musulmans cherchent une identité qui ne soit pas la France et ils se réfugient donc dans l’islam. Le jour où ils seront majoritaires au Parlement, ils voteront la charia.

Vous avez déclaré, lors d’une interview à l’Aide à l’Église en détresse (AED), que votre but était de détruire l’islam ?

C’est une phrase choquante, en effet, sur laquelle je ne reviens absolument pas, mais qui mérite d’être bien comprise. Je veux détruire l’islam, d’abord pour sauver les musulmans. La distinction entre les deux est encore une fois primordiale. C’est le salut des musulmans qui m’importe. Leur fondement étant le Coran, il faut pousser les musulmans à comprendre le Coran et plus seulement l’apprendre par cœur, car il ne peut pas être parole de Dieu. Voilà un moyen bien concret, mais difficile à mettre en place, je le sais. Tout doit commencer dans la prière. Nous sommes des instruments, ce n’est pas nous qui détruirons l’islam et sauverons les musulmans, mais bien la main de Dieu. Les chrétiens français doivent se réveiller, réveiller leur foi. Ça fait trop longtemps qu’ils dorment. Maintenant il faut parler aux musulmans, c’est notre devoir. La situation est telle qu’on ne peut plus se permettre de dormir. Ce n’est plus seulement une question de charité, c’est désormais notre responsabilité d’enfants de Dieu.

Michel Garroté

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz