FLASH
[24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  |  Corse : 25 cocktails Molotov ont été lancés cette nuit contre la sous-préfecture de Corte sans faire de blessé  |  Non confirmé : un attentat terroriste aurait été évité ce matin à Anvers  |  Un Français a été enlevé par des musulmans au Tchad  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 14 janvier 2011

 

Selon Guysen.com :

"De violents affrontements opposaient encore jeudi les forces de sécurité à des jeunes dans la banlieue de Tunis. D’après le bilan dressé par la Fédération internationale des ligues de droits de l'homme (FIDH), 66 personnes ont été tuées depuis le début des troubles en Tunisie, voilà près d’un mois.

Un couvre-feu a été instauré depuis mercredi soir dans Tunis et sa banlieue après des troubles dans "certains quartiers", où l'armée est déployée. Les émeutes qui secouent le pays depuis près d'un mois ont fait entre 21 morts (bilan officiel) et 66 tués (source indépendantes)."

Dans un flash actualité du 12 janvier, le Figaro révèle que : 

"Durant ces violences qui secouent la Tunisie, un premier mort français est tombé dans les émeutes. Hatem Bettahar, professeur d'informatique à l'Université de Technologie de Compiègne, a été tué mercredi par balles à Douz, et serait le premier  "franco-tunisien",  tué a, indiqué jeudi le ministère des Affaires étrangères."

Après ce Français, une Suissesse a été tuée dans les émeutes. Agée de 67 ans, elle a trouvé la mort mercredi soir à Dar Chaabane (préfecture de Nabeul)  dans le nord de la Tunisie. Cette employée du CHUV de Lausanne observait une manifestation devant chez elle, quant elle a été touchée par balles.

Le régime du président tunisien est soupçonné de faire  un usage  et une utilisation disproportionnée de la force. Le nombre des morts depuis le début des troubles, mi-décembre, ne cesse d’augmenter. Le peuple tunisien qui se révolte contre l'injustice sociale et aussi contre un système corrompu, fait face à des tirs à balles réelles depuis quelques semaines. 

Les tunisiens ont le cœur serré en voyant le nombre de victimes. Certains osent même réclamer, dans la rue, que le président Ben Ali quitte le pouvoir, pour permettre de trouver une solution démocratique.

Sur Djazairess, on peut lire que :

"Les forces spéciales et des milices parallèles (escadrons de la mort) ont utilisé des balles réelles pour venir à bout des manifestations qui ont duré jusqu’à l’aube de la matinée d’aujourd’hui. Des témoins sur place ont qualifié ce qui s’est passé de « massacre des civils. ». Des forces spéciales auraient  tiré sur les cortèges funèbres et empêché les cérémonies d'ensevelissements.

On a appris en effet que la police  a tiré à balles réelles sur le cortège funèbre d’un manifestant tué par balles, obligeant à l’abandon du cercueil de ce dernier sur la route menant au cimetière. Des témoins  affirment que trois cadavres ont été  jetés dans l’oued proche de l’hôpital régional de Kasserine."

Nous assistons à un véritable massacre dans le silence total des organisations internationales, gouvernements démocratiques, l'UE… La communauté internationale ferait une erreur en fermant les yeux sur ce qui se passe en Tunisie. Ces exécutions, qui sont destinées à semer la terreur et à contrer la colère et le mécontentement populaires, ne permettront pas de résoudre les très nombreuses crises auxquelles le régime est confronté dans la phase finale de son existence.

Menara.ma :

"A Regueb, près de Sfax, un jeune a menacé de se donner la mort par électrocution pour dénoncer la corruption et l'inégalité face à l'emploi, et un autre s'est immolé à Metlaoui, un zone minière ayant connu des troubles en 2008."… "Un nouveau suicide, le 3e depuis le début des troubles, a eu lieu à Chebba, sur le littoral-est, où Mohamed Slimane, 52 ans, un ouvrier du bâtiment, père de deux diplômés de l'université sans emploi, a été retrouvé pendu. L'homme était malade et aurait désespéré de recevoir une aide pour se soigner et nourrir sa famille."

 

Le mouvement de protestation, né de l'immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, ce jeune marchand, n’en finit plus d’agiter la Tunisie. Mohamed Bouazizi, 26 ans, s'était immolé le 17 décembre, pour protester contre la saisie de son étal de primeurs par des agents municipaux. Il est devenu depuis le symbole d'une révolte contre la précarité sociale et le chômage, notamment celui des jeunes diplômés.

Ftouh Souhail

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz