FLASH
[27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  |  La police allemande a arrêté un islamiste à Essen  |  Egypte, des musulmans attaquent des Chrétiens coptes dans un bus: 24 morts, 16 blessés. Ils n’ont pas entendu les mots d’amour de Manchester  |  [25/05/2017] Philippines : affrontements violents aujourd’hui entre ISIS et l’armée philippine dans l’ouest de Mariwa  |  Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 15 janvier 2011

Des hommes cagoulés et armés, certains en uniformes de policiers, d'autres en civils, à bord de gros 4×4 sans plaques d'immatriculations, ou de voitures de location aux plaques vertes sillonnent la ville depuis hier soir, malgré le couvre feu. Ils entrent dans les immeubles, sortent des habitants dans la rue, et les rouent de coups.

D'autres pillent les supermarchés.

Des mots d'ordre circulent entre les tunisiens : « ne faites pas confiance à la police, fiez vous à l'armée ».

C'est déjà l'après Ben Ali, mais ses pillards sont à l’œuvre. Ils brûlent tout ce qu'ils peuvent brûler, pour faire payer au peuple sa bravoure. Pour se venger. Partout des lycées et des écoles sont en feu, des Monoprix, Carrefour (qui appartiennent à la famille Trabelsi : miam miam les indemnités des assurances), des magasins de toutes tailles sont pillés et brûlés.

A Kelibia, les habitants se sont organisés, ils ont dressé des barricades pour protéger leur supermarché des milices de Ben Ali.

Sur Twitter, à l'instant, un message : « L'armée vient tout juste d'arrêter une Peugeot Boxer remplie des armes, des bombes et de grenades.. Je les vois en ce moment »

Et cette information, publiée sur un forum depuis un smartphone à 15h47 : « Des rumeurs que l'armée a arrêté Ali Srati, un commandant de police présidentielle et qui est derrière tout ça: la distribution de l'argent, des voitures, des armes…

Et puis ce témoignage d'un diplomate français qui a souhaité garder l'anonymat et diffusé sur Yahoo Québec :

« Des partisans du président en fuite sont impliqués dans les attaques et les exactions contre la population àTunis »

« J'ai vu des gangs qui fracassaient des portes pour faire sortir des personnes et les tabasser dans la rue. Ces gangs étaient constitués de policiers en civil et en uniforme et d'individus non identifiés armés de chaînes métalliques, de bar de fer et de gourdins », a raconté ce diplomate. « Un des policiers m'a expliqué qu'il s'agissait de partisans de Ben Ali convaincus de son retour », a-t-il ajouté.

Sur Yahoo Québec encore : Le président de la Ligue Tunisienne de défense des droits de l'Homme (LTDH) Mokhtar Trifi a estimé que les bandes de casseurs étaient formées de "commandos téléguidés ayant pour objectif de discréditer les manifestants".

« De nombreux témoins ont évoqué la participation aux exactions de miliciens parti de Ben Ali le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), voulant déstabiliser le pays. »

L'armée a saisi des armes cachées dans les coffres de voitures de location conduites par des membres de gangs dans la cité Ettahir (ouest de Tunis) et à El Manar (nord), ont rapporté samedi deux témoins.

En province, des violences ont été signalées dans des villes du nord (Bizerte) du centre (Kairouan) et du sud (Gafsa), dont les habitants ont décrit un état d'insécurité, une population terrorisée et des saccages perpétrés par des individus camouflés en l'absence des forces de sécurité. "On les reconnaît bien, ce sont des gens du parti (RCD), ils circulent en voiture, sont organisés, ils cassent et sèment la panique sur leurs passages", a indiqué vendredi soir Ali, un habitant de Kairouan.

Mais chut ! Les grands médias ne parlent que de manifestants enragés, de bandes de pillards, et de la police qui dresse des barrages et envoient des bombes lacrymogènes pour contenir la violence.

Jean-Patrick Grumberg

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=i_i4C19vBT4[/youtube]
 

 

Yahoo Quebec : http://fr-ca.actualites.yahoo.com/des-partisans-ben-ali-impliqu%C3%A9s-dans-les-exactions-20110115-043952-060.html

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz