FLASH
[28/06/2017] Allemagne, un migrant arrêté parce qu’il soutenait ISIS  |  Tunisie, pays musulman modéré donc tolérant, interdit le spectacle de Michel Boujenah  |  [27/06/2017] L’enquête du FBI contre le général Flynn, le conseiller sécurité de Trump, était une vengeance  |  L’université de Californie se prend un procès pour « environnement hostile aux juifs »  |  Chômage : la barre des 6.6 millions d’inscrits à Pole Emploi est dépassée  |  [26/06/2017] La Cour suprême déclare légale l’interdiction d’entrée établie par Trump pour 6 pays musulmans (sauf les gens qui ont des liens aux USA)  |  [25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 20 janvier 2011

Ces jours-ci, l’on se gargarise avec l’avènement de la démocratie en Tunisie. L’on se garde bien de noter que cela implique – aussi – l’entrée en scène de mouvements islamistes et de mouvements communistes qui se moquent éperdument de cette même démocratie. Et l’on se garde bien de rappeler que lorsque le Shah d’Iran fut renversé en Iran, ce n’est pas la démocratie mais la théocratie intégriste qui prit le pouvoir.

 

A propos de l’Iran justement, l'ambassadeur iranien aux Nations Unies a déclaré, il y a peu, que la chose la plus importante que les puissances mondiales puissent faire lors des négociations sur le nucléaire iranien, à Istanbul, les 21 et 22 janvier, c'est de reconnaître son pays comme acteur majeur avec « une capacité nucléaire » qui est prêt à coopérer sur les grandes questions, y compris la non-prolifération. L'ambassadeur Mohammad Khazaee a averti que l'Iran ne répondra jamais à des sanctions, des menaces ou des pressions politiques ou économiques. « Nous ne négocierons jamais sur notre droit inaliénable d'utiliser l'énergie nucléaire à des fins pacifiques ». « Cela ne signifie pas que l'Iran recherche une confrontation », a-t-il dit. « Mais en même temps, cela ne fonctionnera pas de mettre un couteau sur le cou de quelqu'un, ou votre épée, et en même temps demander de négocier avec vous ».

Khazaee s'est exprimé avant de nouveaux pourparlers les 21 et 22 janvier avec les Etats-Unis, la Grande Bretagne, la Russie, la Chine, l'Allemagne et la France. Les six puissances essayent d'amener l'Iran à répondre aux préoccupations internationales croissantes, en particulier aux Etats-Unis et chez leurs alliés occidentaux, qui pensent que l'Iran veut se doter de l'arme nucléaire, et non simplement l'énergie nucléaire comme ne cesse de le répéter la dictature islamique. De son côté, Ahmadinejad a tout récemment déclaré que Téhéran fait des progrès constants dans son programme « d'énergie nucléaire » et a averti qu'aucune résolution du conseil de sécurité des Nations Unies ne fera dérailler les ambitions nucléaires de son pays. « Laissons les faire 100 000 résolutions », a déclaré Ahmadinejad à l'agence de presse officielle Fars. « Ce n'est pas important. Laissons les dire ce qu'ils veulent ».

Le programme iranien d'enrichissement d'uranium est au cœur de son différend avec l'Occident parce que la technologie peut être utilisée pour produire du combustible nucléaire et du matériaux pour une ogive nucléaire. Le Conseil de Sécurité de l’ONU a imposé une quatrième série de sanctions contre l'Iran l'été 2010 suite à son refus de cesser l'enrichissement d'uranium, mais Khazaee a dit qu'elles n'avaient pas d'impact, pointant le PIB de l'Iran qui, selon lui, est proche de celui de l'Arabie Saoudite, la plus grande puissance économique au Proche Orient. Mais Khazaee a dit clairement au cours d'un déjeuner avec un groupe de journalistes que l'Iran veut que les négociations d'Istanbul se concentrent sur les questions régionales et mondiales, et pas seulement sur son programme nucléaire.

Une question essentielle, a-t-il dit, est que les six pays reconnaissent l'Iran comme un puissant acteur dans la région, et ayant une capacité nucléaire. Il a répété les mots « capacité nucléaire, » puis a fait une pause, et a ajouté « pacifique bien entendu ». Khazaee a dit que ces négociations devraient être l'occasion d'une future coopération sur l'Afghanistan et l'Irak, la lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue, la promotion du commerce et la coopération énergétique, et de « travailler ensemble notamment dans le domaine du désarmement et de la non-prolifération ». « Nous espérons et nous croyons que des négociations sérieuses et constructives, sans conditions préalables et fondées sur le respect de la justice et de l'entraide, sont la seule solution, et nous pensons que ce serait une stratégie gagnant-gagnant… pour les deux parties », a-t-il dit. « Avec le gaz et les réserves de pétrole de l'Iran et sa puissance économique grandissante », a déclaré Khazaee, « l'Iran est militairement, économiquement et politiquement un champion poids-lourd dans la région ».

Les activités nucléaires de l'Iran ont fait face à un certain nombre de défis au cours de l'année écoulée, allant des défauts de fonctionnement des centrifugeuses devenant incontrôlables à un ver informatique très complexe connu sous le nom de Stuxnet, qui selon l'Iran visait à saboter son programme d'enrichissement d'uranium. Khazaee a accusé Israël d'avoir cherché à infecter les ordinateurs de l'Iran, mais a dit aux journalistes que selon les spécialistes de l'agence atomique iranienne, « ils n'ont pas réussi ».

En résumé et en conclusion, le représentant du régime des ayatollahs intégristes iraniens, comme d’habitude, pratique le double langage, l’ambiguïté et la provocation. Aussi longtemps que les pays libres ne menaceront pas – très concrètement – de détruire le nucléaire offensif iranien et/ou d’anéantir le régime négationniste et génocidaire de Téhéran, celui-ci continuera de nous mener en bateau et de nous compliquer la vie dans tout le Proche et tout le Moyen Orient, avec la complicité active de la Turquie, de la Syrie, du Hezbollah et du Hamas.

Michel Garroté

Source :

http://www.juif.org/diplomatie-moyen-orient/144358,l-iran-demande-au-monde-de-la-traiter-en-egale.php

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz