FLASH
[25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  |  [21/06/2017] Michigan – Attentat terroriste : un musulman d’origine canadienne s’est jeté sur un policier, l’a poignardé en hurlant allahu akbar  |  Bayrou, Ferrand, Goulard et Sarnez : 4 ministres sur 18 éjectés du gouvernement pour soupçon d’emplois fictifs  |  Sondage : l’identité française menacée pour 70% des Français – qui ne font rien pour que ça change  |  De mieux en mieux : le terroriste des Champs-Elysées était également fiché par Interpol et recherché par la Tunisie pour terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 24 janvier 2011


Samir Geagea, le chrétien qui dérange l'Iran

Depuis le retrait israélien du Sud-Liban et la dissolution de l’Armée du Sud-Liban, la milice terroriste, légionnaire et mercenaire du Hezbollah – armée et financée par la Syrie et surtout par l’Iran – a transformé le pays du cèdre en poste avancé des mollahs intégristes, négationnistes, génocidaires et nucléarisés iraniens. Il y a peu, le Hezbollah et ses alliés ont profité de ce que le Premier ministre libanais Saad Hariri se trouvait à Washington pour faire capoter son Gouvernement. De fait, les terroristes du Hezbollah, la Syrie et l’Iran veulent annihiler le travail du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), tribunal formé suite à l’assassinat de Rafic Hariri.

Dans ce charmant contexte, le leader du Parti Chrétien des Forces libanaises, Samir Geagea, a récemment souligné le conflit fiévreux qui règne en ce moment autour de la récolte de chaque voix parlementaire « indépendante » (en clair, non achetée par l’argent iranien et syrien ou non obtenue par des menaces de mort iraniennes et syriennes) lors des consultations parlementaires pour assurer une majorité de voix au Premier ministre sortant, le sunnite Saad Hariri. Samir Geagea s’est opposé à un gouvernement avec Omar Karamé ()l’homme de Damas et Téhéran comme Premier ministre, gouvernement qui, dans ce cas, serait, en fait, formé par Rustom Ghazalé (responsable des services de renseignements de la dictature syrienne) et Wafic Safa (responsable des services de sécurité du groupe terroriste chiite Hezbollah).

Samir Geagea a tenu une conférence de presse pour expliquer les risques que le Liban encourt en cas de nomination d'un chef de gouvernement (Omar Karamé) par « l'opposition » (en clair, soutenu par le vendu Omar Karamé, par les terroristes du Hezbollah, par le général-traître Michel Aoun, par la dictature syrienne et par la théocratie intégriste iranienne). A noter, dans ce climat explosif, la décision – lâche et suicidaire – du leader du PSP, le druze Walid Joumblatt, d'accorder les voix de son parti (socialiste) au candidat de la Syrie et de l’Iran. Ce qui, selon ce même Walid Joumblatt, serait compréhensible, étant donné les « pressions » (en clair les menaces de mort) exercées contre lui. Samir Geagea a accusé la dictature syrienne de ne pas vouloir, au Liban, d'un Premier ministre qui puisse soulever des questions en suspens entre les deux pays.

Samir Geagea est persuadé – à juste titre – que la situation au Liban sera similaire à celle de Gaza en cas de gouvernement formé par « l'opposition » (autrement dit, gouvernement formé par le vendu Omar Karamé, par les terroristes du Hezbollah, avec le soutient du général-traître Michel Aoun, le soutient de la dictature syrienne et le soutient de la théocratie intégriste iranienne). Mettant l'accent sur le fait que « c'est la Syrie qui a opprimé les chrétiens du Liban et que ce sont Amal (chiites) et le Hezbollah (chiite) et non les haririens (sunnites libanais proche de Saad Hariri) qui se sont étendus dans le pays au détriment des chrétiens », Samir Geagea s'est interrogé, avec une pointe d’humour caustique, sur le fait de savoir « s'il est logique que le général (traître) Aoun ramène la Syrie au Liban pour renforcer les chrétiens ».

En outre, Samir Geagea a critiqué le déploiement de partisans armés du Hezbollah dans les rues de Beyrouth-Ouest depuis la semaine dernière. Samir Geagea a prévenu que si le Hezbollah vient à prendre le pouvoir, il bafouera l'économie et les Droits de l'Homme et plus personne n’investira de l’argent au Liban. Samir Geagea a clairement comparé le Hezbollah au Hamas ; et il a tout aussi clairement prévenu que le Hezbollah transformera le pays du cèdre en une nouvelle Bande de Gaza s'il prend le pouvoir. Rappelons que Samir Geagea a déclaré cela suite au récent renversement du gouvernement libanais par le Hezbollah et ses alliés. Samir Geagea a en outre précisé que si le Hezbollah prend le contrôle du pays, les libertés individuelles seront grandement compromises.

Samir Geagea a spécifié : « Nos étudiants n'auront plus de liberté. Ils ne pourront plus mettre un pied en dehors de l'université. Nous savons tous quel genre de libertés ces gouvernements accordent ». Cette sage mise en garde s’adresse aux jeunes aounistes qui ont la mémoire courte et oublient, peut-être même ignorent, les véritables rôles de Geagea et Aoun lors de la guerre 1975-1990. Rappelons tout de même ici que pendant que Aoun vivait un exil doré à Nice, Geagea croupissait dans les sous-sols du ministère libanais de la Défense contrôlé par les services spéciaux syriens.

Samir Geagea, dernier chef chrétien libanais, sera-t-il bientôt assassiné ?

Michel Garroté

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz