FLASH
L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ivan Rioufol le 25 janvier 2011

Après avoir sous-évalué la colère de la rue tunisienne contre le régime de Ben Ali, la France n'est-elle pas en train de  sous-évaluer le risque islamiste ?

C'est ce qu'assure Fadela Amara et elle me semble plutôt convaincante. Ce lundi matin, sur Europe 1, elle a mis en garde contre une récupération de la révolution démocratique par de jeunes islamistes "en costumes-cravates" et aux allures passe-partout d'un Tarik Ramadan. "J'ai peur d'une tentation obscurantiste", a-t-elle déclaré, confirmant la teneur de certains prêches radicaux désireux de remettre en cause le statut de la femme et la laïcité du pays. Elle-même issue de l'immigration algérienne, Fadela Amara, ancien membre du gouvernement, doute de la sincérité de certaines des dernières manifestations. L'exemple iranien est dans tous les esprits et la vigilance doit être maximum. Reste que lutte contre l'islamisme reste un défi à relever pour les démocraties.

Nietzsche avait prévenu : "Celui qui combat trop longtemps les dragons devient dragon lui-même". C'est ce qui est arrivé à Ben Ali. Sous prétexte de lutter contre un totalitarisme, il en a consolidé un autre.

Dans sa troisième grande conférence de presse, tenue en fin de cette matinée, Nicolas Sarkozy a d'ailleurs esquissé un début de doctrine face à l'islamisme et à son bras armé qu'est le terrorisme.

Parlant de la Tunisie, il a dit : "Le risque de l'intégrisme islamiste existe mais il ne peut justifier des comportements de corruption ni des refus d'ouverture démocratique. Il faut trouver un équilibre qui n'est pas si simple". Il ne s'agit pas, en tout cas, d'être naïf : les islamistes savent parfaitement tirer profit des règles des démocraties et des droits de l'homme pour subvertir ces espaces fragiles. Les laisser faire? 

L'équilibre est à formuler pour un Etat de droit qui ne peut se désavouer ni se laisser instrumentaliser. Cette question mériterait un grand débat. Mais il me parait difficile pour une démocratie, confrontée à un tel danger pour ses libertés, de ne pas être obligée à un moment de transgresser ses propres valeurs, au titre de la légitime défense. L'angélisme reste la pire des attitudes. Et je me réjouis, de ce point de vue, d'avoir entendu le Chef de l'Etat répéter que, face au terrorisme dont elle est la cible, la France ne composera pas. "Chaque fois que les démocraties se sont aplaties, elles l'ont payé très cher", a-t-il notamment déclaré, en rappelant qu'il n'avait pas non plus "l'intention de discuter ou de répondre" à Oussama Ben Laden. L'esprit munichois, ce préalable aux capitulations, est une mortelle faiblesse. Mais sommes-nous encore capables de nous battre pour des idées ?

Ivan Rioufol

Je participerai, mardi, à On refait le monde, sur RTL (19h15-20h)
Je participerai, mercredi, à un débat sur LCI (10h10-11h)

L'article original peut être consulté sur le blog d'Ivan Rioufol

  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz