FLASH
[28/03/2017] Maroc : 14 personnes arrêtées pour avoir incendié un commissariat  |  [27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 27 janvier 2011

Les manifestations contre le régime ont fait deux nouveaux morts et soixante dix blessés, selon un dernier bilan publié hier en Égypte. Un policier et un manifestant ont été tués dans des heurts au Caire.

Selon des sources médicales égyptiennes, un autre manifestant est décédé dans la soirée du mercredi  à la suite de ses blessures, causées lors d'une émeute à Suez. Le bilan s'élève donc à six morts en trois  jours, après les trois victimes du Mardi.

Plus de huit cent cinquante manifestants ont également été arrêtés après la décision des autorités d'interdire les manifestations contre le président Hosni Moubarak. Huit journalistes ont été arrêtés au cours de manifestations au Caire.

Les militants à l'origine des manifestations anti-gouvernementales de mardi et mercredi ont appelé à de nouveaux rassemblements ce vendredi, après la prière musulmane.

Des dizaines de manifestants ont affronté, dans la soirée de mercredi, les forces de sécurité devant le ministère égyptien des Affaires étrangères au Caire, avant d'être dispersés par des tirs de gaz lacrymogènes. D’autres manifestants ont mis le feu, mercredi soir, à un bâtiment gouvernemental, selon plusieurs témoins.

Ces manifestations ont reçu le soutien de l'opposant au régime Mohamed El Baradei, ancien responsable de l'Agence internationale de l'énergie atomique. Parallèlement, le WAFD, premier parti d'opposition laïque, ainsi que les Frères Musulmans, ne se sont pas officiellement associés à ce mouvement. Ils ont néanmoins annoncé que leurs jeunes militants étaient autorisés à se joindre aux cortèges.

La Maison Blanche a appelé l'Egypte à lever l'interdiction de manifester et à rétablir les accès internet aux sites sociaux.

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a invité, mercredi 26 janvier 2011, les autorités égyptiennes à saisir l'opportunité des manifestations pour "s'intéresser aux problèmes légitimes du peuple".

Le Ministre britannique des Affaires Etrangères, William Hague, a demandé mercredi aux autorités égyptiennes "de tenir compte des préoccupations des manifestants et de respecter la liberté d'expression et de réunion".

Le Gouvernement allemand s'est déclaré "très inquiet" de la situation en Égypte et a appellé "toutes les parties à la retenue", a déclaré le chef de la diplomatie Guido Westerwelle.

De son coté, Le Président du Parlement européen Jerzy Buzek, a déclaré souhaiter que les autorités égyptiennes entendent "les aspirations légitimes" de leurs citoyens. L'union européenne a exhorté l'Egypte à écouter les demandes de changements politiques des manifestants.

Enfin, la Secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a réitéré sa demande à l'Égypte de ne pas entraver les réseaux sociaux sur internet, alors qu'il était impossible de se connecter à Facebook depuis ce pays, sauf à passer par des proxies.

Le pouvoir égyptien craint le risque de contagion à la tunisienne. Après la chute de Ben Ali, beaucoup d'Égyptiens souhaitent la fin du régime d'Hosni Moubarak, qui règne sur le pays depuis trente ans.

La colère de la population égyptienne s'est amplifiée ces dernières années. Plus de 40% de la population égyptienne vit avec moins deux dollars par jour et par personne. Il y a quelques mois, un journaliste égyptien en visite à Gaza avait déclaré que les habitants de Gaza avaient un niveau de vie bien supérieur à celui de ses concitoyens, et qu'il "rêverait que les égyptiens vivent sous un tel blocus" Plusieurs immolations par le feu ont eu lieu ces derniers jours en Égypte, rappelant l'événement déclencheur de la révolte en Tunisie. Les manifestations de cette semaine constituent une nouvelle étape, en Égypte.

Le Secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée (UPM), Ahmad Massa'deh, a démissionné mercredi de son poste qu'il occupait depuis un an, en solidarité avec le peuple égyptien.

Le fils Moubarak et sa famille auraient déjà quitté l'Egypte. Alaa et Gamal Moubarak, les fils d’Hosni Moubarak, président d’une Égypte en pleine crise politique, sorte de réplique du séisme tunisien, et la famille du chef d’Etat auraient fui l’Egypte, et se seraient envolés vers la Grande Bretagne, d’après la presse britannique.

Ftouh Souhail

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz