FLASH
Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments  |  Trump déclare qu’il va demander avis à Obama en raison de son expérience, pour ses futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  |  Trois jihadistes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du couple de policiers à Magnanville en juin dernier  |  Le député LR Damien Abad à Ségolène Royal : « La castritude aigüe, ça se soigne ! »  |  Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  |  « Donald Trump personne de l’année » pour Time Magazine  |  Le vol Pakistan Airlines #PK661 a été observé plongeant vers le sol – il y a 47 personnes à bord avec l’équipage  |  Un avion de Pakistan Airlines avec 34 personnes à bord a disparu des radars au dessus d’Abbottabad  |  Votez et faites gagnez Sylvia Pinel à la primaire socialiste: elle est créditée de 0% de votes, elle sera parfaite face à la droite  |  Syrie : énorme explosion d’un dépôt de munitions de l’armée à Damas, frappé par l’aviation israélienne durant la nuit  |  Malawi : des milliers de chrétiens manifestent contre l’avortement et le mariage homo  |  L’armée syrienne contrôle maintenant 100% des vieux quartiers est d’Aleppo  |  Pour être réélue, Merkel veut maintenant préserver la culture allemande contre le mode tribal et la sharia des immigrés  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 5 février 2011

Il est clair que des extrémistes islamistes sont sont entrain de nourrir les émeutes en Egypte, et les tensions dans la rue. Le soulèvement à l'occasion de la Fête de la police, ce 25 janvier 2011, bénéficie d’un soutien illimité par les milieux des Frères Musulmans, l'organisation panislamiste fondée en 1928 en Égypte, avec comme objectif une renaissance islamique.

Comment alors comprendre cette mobilisation telle qu'on n'en a pas vu depuis longtemps en Égypte, où les manifestations sont interdites par la loi d'urgence, en vigueur depuis trente ans ?

La nébuleuse des Frères Musulmans a profité du choc provoqué par la chute du Président tunisien  pour  faire bouger une  population, largement analphabète, et concentrée sur ses soucis du quotidien. Les revendications démocratiques ne sont pas à l'abri d'une récupération politique par la nébuleuse, qui pousse vers une réelle insurrection.

La date retenue est de ce point de vue symbolique, car c'est le jour de la Fête de la police : le 25 janvier 1952, jour ou la police égyptienne s'était soulevée contre les forces britanniques à Ismaïlia. Un soulèvement annonciateur du coup d'État qui renversa la monarchie.

Dès leurs origines, les Frères sont fauteurs de tous les troubles. De son aveu même, leur chef Hassan al-Banna écrit "Je crois que tout est sous l’ordre de Dieu, que Mahomet est le sceau de toute prophétie adressée à tous les hommes… que le Coran est le Livre de Dieu, que l’islam est une Loi complète pour diriger cette vie et l’autre…"

Tout est là. Érigeant ces mots en règle absolue, Hassan al-Banna ambitionne d’islamiser le monde. L’islam s’impose donc par la force, et il faut bien instaurer un État islamique qui règne par la terreur, pour pouvoir tuer sans entrave. On voit là une constante des organisations islamistes, souvent soutenues par des foules désespérés. Pour instaurer une dictature islamofasciste, il faut gouverner au moyen de croyances profondément engagées dans une guerre sainte. Les adeptes de cette pensée veulent la guerre. Ils veulent  nourrir les pauvres égyptiens de versets coraniques et non de pain. 

Brillants orateurs, les Frères galvanisent les foules, jouant sur la frustration des gens, et ils attribuent tous les malheurs de la communauté musulmane à l’Occident. Leur force se mesure mieux en termes d’influence. Ils investissent massivement dans les populations pour mieux les contrôler. Ils recrutent des avocats, des ingénieurs, des médecins, etc… Surtout, ils disposent de nombreuses structures, pas seulement dans les pays musulmans, mais aussi en Europe et en France. Ils pensent que le pouvoir est à portée de leur main, alors ils recrutent aussi dans la jeunesse, et jouissent du soutien des classes pauvres.

Malgré l'espoir légitime des égyptiens pour la démocratie, les Frères musulmans veulent l'Égypte. Avec plus de 80 millions d'habitants, l'Égypte est le pays le plus peuplé du monde arabe. Plus de 40% de sa population vit en-dessous d'un seuil de pauvreté, deux dollars par jour.

La confrérie, qui fait passer un message religieux largement adopté par la société (islamisation des mœurs, de l'habillement et de la culture) veut  transformer cette explosion sociale en succès politique. Elle organise, en ce moment même, une escalade médiatique (1) dans le cadre de la colère populaire, et elle fait durer les manifestations antigouvernementales.

Les Frères, qui se réclament d'une lecture politique de l'islam, préparent la population locale à un projet d'État théocratique. Un État dans lequel il n’y aura pas d’alternance démocratique, ni de droits pour les minorités, ni bien entendu de respect des droits de l'homme. Les Frères Musulmans d'Égypte ont décidé, en novembre 2007, que les coptes et les femmes n’étaient pas assez qualifiés pour être président de la République.

Beaucoup d’Egyptiens s'inquiètent, aujourd’hui, sur l’avenir et la stabilité de leur pays, et le risque de voir le pouvoir tomber entre les mains des Frères musulmans.

Ces derniers ont refusé, jeudi 3 février 2011, de négocier avec l'actuel chef d'État égyptien, Hosni Moubarak, pour mettre fin aux troubles. L'organisation a même appelé au retrait pur et simple du Président de la vie politique.

''Nous demandons que ce régime soit renversé, et réclamons la formation d'un gouvernement d'union nationale ouvert à tous les partis'', a affirmé le mouvement dans un communiqué.

Le président Hosni Moubarak a déclaré jeudi que s'il démissionnait maintenant, les Frères Musulmans, mouvement interdit en Egypte, prendraient le pouvoir, rapporte la chaîne de télévision américaine ABC.

La journaliste d'ABC, Christiane Amanpour, qui a interviewé Moubarak au Palais Présidentiel, a rapporté que, selon le raïs, l'Egypte sombrerait dans le chaos s'il partait maintenant.

La situation va empirer si l’Egypte tombe entre les mains des Frères Musulmans. Elle sera alors dirigée selon une stricte application du Coran et de la Sharia… et donc en rupture totale avec ce qui reste, en Egypte pour les Chrétiens, de la  liberté religieuse.

Il est fort possible que le mouvement de protestation en cours en Egypte contre les trente années de présidence d'Hosni Moubarak,  n’ouvrira pas  la voie à la liberté et à la démocratie, mais sera plutôt au profit de l'Islam militant, qui adopte  la formule de son fondateur "le Coran est notre constitution".

L’Egypte est un gros morceau et les Frères Musulmans ne lâcheront pas. S’ils prennent l’Egypte, alors ils prendront le reste, (Note de JPG : et Obama, qui pousse de toutes ses forces Moubarak à quitter le pouvoir, l'a parfaitement compris)

Ftouh Souhail , Tunis

(1) Les Frères musulmans ont affirmé vendredi que l'armée avait envahi les bureaux de la chaîne télévisée qu'ils possèdent au Caire. Le mouvement est représenté, en Europe, par l'universitaire suisse Tariq Ramadan, petit-fils de Hassan Al-Banna.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz