FLASH
Trump : « Boeing construit un nouvel Air Force 1 à 4 milliards $ pour les futurs présidents. C’est bien trop ! il faut annuler la commande !  |  L’ex directeur du Pentagon Leon Panetta soutient la nomination par Trump de « Mattis le chien fou » et recommande aux démocrates de valider sa candidature  |  Devant les membres de son parti, Merkel demande l’interdiction de la burqa et est ovationnée en réponse  |  Bruno Le Roux nommé 1er ministre. Si dans une entreprise on nommait PDG un petit cadre, ce serait la faillite – pareil pour la France  |  Des coups de feu ont été tirés sur un poste de police d’Albertslund au Danemark – 1 policier blessé – motif encore inconnu  |  Bernard Cazeneuve vient d’être nommé premier ministre. Mais sil sont bons à tout c’est qu’ils sont bon à rien disait ma grand-mère  |  Trump a démontré qu’il est le 1er président qui n’a pas besoin des médias, il va les court-circuiter pour parler aux Américains  |  Moscou et Pékin mettent leur veto à une résolution de l’Onu pour une trêve à Alep  |  Hillary Clinton atteint maintenant 2.6 millions de votes de plus que Trump – et ça n’a toujours aucune valeur  |  83% des Israéliens considèrent que Donald Trump est un pro-israélien. Les juifs gauchistes reçoivent une énorme dégelée  |  Le président italien refuse la démission du Premier ministre Renzi  |  Manuel Valls a informé le président Hollande qu’il se présente à la primaire socialiste – comme si c’était un scoop: Oh! on est tous étonnés!  |  Trump: « si les médias étaient honnêtes et honorables, je n’aurais pas besoin de tweeter. Tristement, je ne sais pas si ça changera »  |  Excédé par la pollution sonore de l’appel du muezzin, un Israélien demande que les imams envoient leurs appels audio par Whatsapp  |  Libye : le gouvernement a repris la ville de #Sirte à l’Etat islamique, dont les combattants se préparent à se mélanger aux migrants  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 11 février 2011

 

Eric Denécé, directeur du centre français de recherche sur le renseignement (cF2R)*, vient de publier un dossier sur la sécurité globale intitulé : La poussée islamiste dans les entreprises. Extraits.

****

Dans les banlieues des grandes agglomérations, les extrémistes religieux sont devenus des acteurs majeurs des zones sensibles, et les signes de progression de l’islam radical s’observent quotidiennement.

 

Par ailleurs, la lutte contre le terrorisme islamiste (…) a révélé l’existence de filières de recrutement djihadistes sur notre territoire. Ainsi, nos banlieues sont des viviers depuis lesquels plusieurs centaines de jeunes Français musulmans se sont déjà rendus en Bosnie, en Tchétchénie, en Afghanistan ou en Irak, combattre aux côtés des moudjahidines et y recevoir une formation terroriste.

 

La pression islamiste s’exerce désormais dans les entreprises, principalement selon deux modalités : le prosélytisme militant et contestataire et le développement de trafics susceptibles d’alimenter la cause du djihad.

 

Selon Yves Bertrand, ancien directeur, des renseignements généraux, « le monde du travail est désormais visé, avec, comme cibles, certaines catégories de personnel. Il s’agit évidemment des plus modestes, comme les caissières, les manutentionnaires ou les chauffeurs livreurs ».

 

La stratégie comprend trois étapes : d’abord le prosélytisme religieux ; puis la prise de contrôle de la communauté musulmane au sein de l’entreprise ; enfin la remise en question des règles de fonctionnement de celle-ci pour imposer les valeurs islamiques.

 

La tactique est partout la même. Les islamistes formulent d’abord des demandes pouvant apparaître comme « légitimes » : création de salles de prières sur les lieux de travail, adaptation des pauses quotidiennes pour permettre la pratique religieuse, aménagement du temps de travail lors du ramadan ou pour pouvoir disposer du vendredi comme jour chômé, respect des interdits alimentaires dans les restaurants d’entreprise.

 

Si ces premières démarches n’ont pas provoqué de réaction frontale de la direction ou des autres salariés, les islamistes passent alors à l’action plus ouverte et aux pressions : prosélytisme religieux actif … pressions sur les femmes pour le port du voile, refus de certains salariés musulmans de reconnaître l’autorité de cadres quand il s’agit de femmes, souhait de voir certaines fêtes religieuses – islamiques – chômées, prise de contrôle de certaines filières de recrutement au sein de l’entreprise.

 

Le secteur de la grande distribution apparaît comme le plus concerné. Il y a de plus en plus de conversions dans les magasins. Elles concernent aussi bien les hommes (processus de conversion directe) que les femmes (en majorité par le biais d’un mariage avec un islamiste). Les jeunes diplômés issus de l’immigration (bac+5) sont particulièrement touchés. Ne trouvant pas de débouchés à la hauteur de leurs espérances, ils n’ont souvent d’autre choix que d’être caissiers en hypermarché. Leur frustration en fait des cibles préférentielles du prosélytisme islamiste.

 

L’employeur (se voit) immédiatement opposer l’argument de « l’islamophobie » lorsqu’il (refuse) ce genre de comportement. Il a ensuite droit à la demande d’aménagement d’une salle de prière, au refus de travailler dans les rayons « alcool » et « charcuterie », et, pendant les heures de prière, au refus de parler à des femmes ; et au prosélytisme en direction des caissières musulmanes pour les inciter à porter le voile.

 

En effet, les « beurettes » employées en grande surface constituent la nouvelle cible des islamistes.

 

Derrière ces premières manifestations visibles de l’action islamiste, plusieurs dangers menacent les hypermarchés (…) des banlieues sensibles : boycotts (…) des produits alimentaires liés aux interdits religieux ou à l’origine géographique (Israël, Etats-Unis), apparition de salariées voilées et pressions pour « légaliser » le port du voile.

 

Les sociétés de sécurité sont également une cible privilégiée pour les islamistes. Deux raisons à cela : tout d’abord, le faible niveau de qualification demandé ; d’autre part (…)recruter en priorité des agents de sécurité en priorité (…) issus des minorités (« beurs et blacks ») (qui) ne se fassent pas taxer de racisme lors des contrôles. En conséquence, certaines sociétés de sécurité sont complètement infiltrées par des islamistes ou des réseaux de délinquants liés à l’immigration. De récentes enquêtes (…) ont permis d’évaluer que dans 30 % des cas, les agents de sécurité travaillaient avec de faux papiers.

 

L’islamisme peut ainsi menacer l’intégrité de l’entreprise ; il doit donc être traité de la même manière que les risques représentés par l’église de Scientologie ou les autres sectes.

 

Le syndicalisme attire et accueille également de plus en plus de salariés issus de l’immigration et d’islamistes affichés. Il permet de satisfaire le besoin de reconnaissance et de réussite, très fort chez les immigrés. On constate un esprit de revanche à l’égard de la société française et de l’entreprise semblant découler directement de l’humiliation liée au départ du pays d’origine. La CGT semble un syndicat d’accueil préférentiel pour les islamistes.

 

Nous n’en sommes encore qu’à l’identification des signes précurseurs du phénomène. La poursuite de la recherche des faits est indispensable. Elle permettra d’identifier de nouvelles modalités d’action utilisées par les islamistes, et de nouveaux secteurs dans lesquels elles s’exercent. Nous y verrons alors plus clair pour bâtir des réponses. Toutefois, la contre-offensive des entreprises devra avoir lieu dans le strict respect du droit du travail, du droit civil et du droit pénal. Si le gouvernement ne fait pas preuve de plus de fermeté dans les domaines relevant de son autorité, il sera difficile pour les entreprises de le faire à leur niveau.

 

Eric Denécé

 

www.cf2r.org/fr

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz