FLASH
[26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 12 février 2011

Le président égyptien Hosni Moubarak a quitté  le pouvoir, a annoncé ce vendredi 11 février 2011 le vice-président Omar Souleimane.

Les Egyptiens ont exprimé leur joie, durant toute la soirée place Al-Tahrir, après l'annonce de la démission de leur président. Cela fait plus de deux semaines que la population occupait cette place pour obtenir le départ de Moubarak.

Moubarak qui a quitté d'une façon précoce ses fonctions en remettant le pouvoir à l'armée, a annoncé le vice-président Omar Souleimane lors d'une intervention télévisée. L'armée égyptienne a assuré ce vendredi 11 février 2011 qu'elle va garantir des élections libres dans le pays.

Le vice-président américain Joe Biden a salué  "ce jour historique" en Egypte, après la démission de Moubarak.

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a soutenu que le président égyptien Hosni Moubarak avait "écouté la voix du peuple égyptien", à la suite de l'annonce par le vice-président Omar Souleimane de sa démission.

La démission du président égyptien Hosni Moubarak constitue "un changement historique", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel.

Les dix-huit jours du soulèvement populaire ont fait au moins trois cent morts, selon un bilan non confirmé de l’ONU, et des milliers de blessés.

Moubarak a précisé dans son discours du 10 février 2011 qu'il ne quitterait pas son pays, et il a également fait part de son désir d'être «enterré en Égypte». Déçus, les milliers de manifestants se sont rassemblés jeudi soir sur la place Tahrir en brandissent leurs chaussures et en scandant : «Dégage, Moubarak, dégage», rapporte une envoyée spéciale de France 24.

Le vice-président égyptien Omar Souleimane, interviewé, il y’a trois jours par la chaîne ABC, a précisé qu'il ne briguera pas la présidence du pays lors des prochaines élections prévues en septembre. Il a exhorté les manifestants à rentrer chez eux et à reprendre le travail, prévenant que ''l'opposition n'obtiendra pas plus que ce que (le président) Moubarak lui a proposé'' a  t-il dit. Il a laissé entendre que les jeunes manifestants place Tahrir n'avaient pas agi de leur propre chef. ''Ce n'était pas leur idée de manifester'', a-t-il estimé.

Dans les derniers jours de la crise, l’administration Obama a poussé à la démission précoce du président Moubarak. Obama a déclaré ce lundi qu'il était convaincu que l'Egypte ne reviendrait pas au point où elle était avant, et que le temps était venu de changer. L’hôte de la Maison blanche a insisté sur l’impossibilité de maintenir un status quo.

Dans une interview à Fox News, le président américain avait dit que seul le président égyptien Hosni Moubarak sait ce qu'il fera face aux manifestations quotidiennes. Il a aussi menacé de couper l’aide américaine, ce qui a pressé en quelque sorte implicitement Moubarak à céder le pouvoir.

Ftouh Souhail

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz