FLASH
Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  |  Rotterdam : 4 boîtes d’explosifs, 1 drapeau d’ISIS découverts durant l’arrestation de terroristes musulmans  |  Syrie : la coalition occidentale a bombardé et détruit 168 camions-citerne près de Palmyre  |  Nigeria : double attentat « suicide » à #Madagali : 30 morts 57 blessés – saloperie d’islam  |  Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 février 2011

 
Dans un pays ou l'avortement était interdit, un leader politique s'apprêtait à faire une déclaration très importante, à la télévision, pour faire basculer la loi en faveur du droit à l'avortement.
 
Il faisait campagne depuis des mois. Patiemment, il avait livré combat contre les traditionalistes, et avait même réussi à vaincre les résistances de l'Eglise.
 
Il ne restait plus qu'une étape, faire inscrire le projet de loi au parlement. Pour cela, il avait besoin de gagner définitivement l'opinion publique à sa cause.
 
Cette émission de télé, sur la chaîne nationale et à l'heure de grande écoute, était donc d'une importance capitale.
 
Il était en coulisses en train de se préparer, quand on lui dit qu'un prêtre demandait à le voir.
 
Curieux et un peu irrité, il fit entrer le prêtre, un vieux monsieur en vérité, et le mis en garde : "Mon père, j'espère que vous ne venez pas tenter de me convaincre d'abandonner mon projet, parce que si c'est le cas, vous perdez votre temps".
 
Le vieux prêtre lui répondit qu'il était venu de loin pour lui parler d'un souvenir personnel, et que cela ne prendra pas longtemps.
 
Calmé, l'homme politique décida de l'écouter.
 
L'homme de dieu raconta : "il y a à peu près quarante cinq ans, j'ai reçu dans ma paroisse une jeune femme désespérée. Elle venait de tomber enceinte, et elle ne voulait pas garder l'enfant. Elle était tellement pauvre qu'elle ne mangeait pas tous les jours, elle travaillait comme femme de ménage onze heures par jour, six jours par semaine, depuis que son mari avait eu un accident cardiaque, et qu'il était à moitié paralysé. Elle venait m'implorer pour que je l'autorise à avorter."
 
Je lui répondit que je comprenais sa détresse, et que de porter son enfant serait certainement une épreuve très difficile, mais que je ne pouvais pas lui donner ma bénédiction, car il ne nous appartient pas de décider de la vie et de la mort selon notre propre confort. Après bien des efforts, je finis par la  dissuader de commettre l'irréparable.
 
"Et alors, demanda l'homme politique, c'est pour me raconter cette histoire que vous avez fait tout ce chemin ?"
 
"Oui", lui dit le prêtre.
 
"Mais enfin, pourquoi !" demanda le politicien ?
 
"Parce que je me suis rendu compte, il y a quelques temps et par le plus grand des hasards, dit le prêtre, que le bébé que cette femme a gardé, c'était vous."
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz