FLASH
[28/06/2017] Donald Trump a accepté l’invitation d’Emmanuel Macron d’assister au défilé de Bastille day (14 juillet)  |  Allemagne, un migrant arrêté parce qu’il soutenait ISIS  |  Tunisie, pays musulman modéré donc tolérant, interdit le spectacle de Michel Boujenah  |  [27/06/2017] L’enquête du FBI contre le général Flynn, le conseiller sécurité de Trump, était une vengeance  |  L’université de Californie se prend un procès pour « environnement hostile aux juifs »  |  Chômage : la barre des 6.6 millions d’inscrits à Pole Emploi est dépassée  |  [26/06/2017] La Cour suprême déclare légale l’interdiction d’entrée établie par Trump pour 6 pays musulmans (sauf les gens qui ont des liens aux USA)  |  [25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 2 mars 2011

 

Nicolas Sarkozy a évoqué la nécessité d’un débat sur l’islam. Les réactions qui ont suivi ont été prévisibles, et pitoyables. La gauche a lancé aussitôt les mots qui suscitent des frémissements d’horreur chez ses électeurs, et des frissons de peur chez ses adversaires : cela va faire le jeu de l’extrême droite ! François Fillon s’est empressé de souligner que ce serait, en fait, un débat sur la laïcité et la façon dont il faudrait l’aménager. Jean-François Copé s’est risqué à dire que les imams devaient parler français plutôt qu’arabe, ce qui était le summum de l’audace de sa part : il va sans doute faire repentance dans les jours qui viennent. Et je peux le dire sans grand risque de me tromper : le débat sur l’islam n’aura pas lieu. Il n’aura pas lieu parce que si un débat ne se mène pas dans la société civile et dans les médias, il ne se mènera pas davantage dans la classe politique. Il n’aura pas lieu parce que, surtout, l’aveuglement volontaire est quasiment hégémonique chez tous les politiciens bien pensants, du Parti socialiste à l’UMP, mais aussi chez les journalistes en leur quasi-totalité, chez les enseignants et ceux qui travaillent dans la culture et les arts :  publier un livre critique sur l’islam est désormais impossible dans une grande maison d’édition. Le publier chez un petit éditeur peut se faire, mais entraîne une forme de boycott qui ne dit pas son nom : le livre ne sera commenté nulle part, même de manière critique, et les libraires le cacheront sous leur comptoir, comme s’il s’agissait d’un ouvrage pornographique. J’en ai fait l’expérience en traduisant un livre de Daniel Pipes et en ayant écrit moi-même deux ouvrages sur la question. Les ouvrages laudateurs sur l’islam, par contre, abondent. Et la grande presse publie des articles écrit en pure langue de bois où on dit, par exemple, que nous entrons dans une ère « post-islamique ».

Le débat n’aura pas lieu parce que l’aveuglement volontaire a produit peu à peu son envers : le rejet global et crispé. Entre ceux qui se crèvent les yeux et ceux qui voient en tout musulman, même très éloigné de la religion, un suppôt de Satan, il n’y a rien. Le résultat est, hélas, très prévisible : le rejet global et crispé va s’accentuer, tout spécialement dans les milieux populaires en lesquels les gens sont plus directement et plus durement confrontés à la radicalisation islamique et aux intolérances qu’elle dissémine. En face, les adeptes de la radicalisation islamique continueront leur action.  Les pratiquants de l’aveuglement continueront à s’aveugler. Où cela nous conduit-il ? Vers une situation où il y aura des quartiers tenus par l’islam radical et les bandes (il y en a déjà plus de sept cent en France), des quartiers riches en lesquels on ne se mélange pas, et entre les deux, des zones où la vie se fera plus difficile et plus pénible année après année. Le chômage restera élevé, la pauvreté continuera à se disséminer, le niveau de vie continuera à baisser, la violence au quotidien s’accentuera encore, la prolifération des intolérances islamiques se fera plus nette, et viendra remettre en cause  l’égalité de droit entre les êtres humains, la liberté de parole et de conscience.

Cela s’appelle le déclin. C’est ainsi que les sociétés sortent de l’histoire et se trouvent reléguées peu à peu dans le révolu. Le processus est enclenché depuis longtemps. Il s’approche de sa phase terminale. L’approche pourrait même s’accélérer : le tumulte et les destructions survenant dans le monde arabe devraient accentuer les flux migratoires en direction de l’Europe, avec toutes leurs conséquences, ce d’autant plus que le tumulte et les destructions ne font que commencer. On oublie que l’étincelle qui a mis le feu aux poudres a été une hausse très forte et brusque des prix des biens de première nécessité. On oublie que cette hausse va se poursuivre. Dans leur ardeur à parler de « révolutions » dans le monde arabe, les médias français ont oublié de donner quelques détails : le retour triomphal de Youssef al Qaradawi en Egypte, le discours frénétiquement antisémite et anti-occidental du même Qaradawi, la multiplication des inscriptions antisémites sur les panneaux et banderoles en Egypte et en Libye, les attentats contre des lieux de culte coptes en Egypte, les attaques contre des synagogues en Tunisie, la détestation de Moubarak et Kadhafi exprimée en les traitant de « juifs » ou de « vendus aux juifs ». Il est vrai que ce sont des détails insignifiants,non ? Et il est vrai aussi que l’islam de France, comme ils disent, n’a et n’aura rien à voir avec l’islam du Maghreb et du Proche-Orient. Personne, absolument personne, dans les banlieues de l’islam, ne regarde al Djazeera en arabe, la chaîne dont la star est un certain Youssef al Qaradawi. Il est vrai, en outre, que nous entrons dans une ère « post islamique ». Il vaut mieux lire cela qu’être aveugle, peut-être : j’ai plutôt tendance à penser que c’est en lisant cela qu’on devient aveugle, tout particulièrement dans le monde politique, chez les journalistes, chez nombre d’enseignants, et chez ceux qui travaillent dans la culture et les arts.

Guy Millière

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz