FLASH
[26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 4 mars 2011

 

C’est peut être la fin annoncée de la démocratie à peine commencée en Tunisie.

Un parti islamique tunisien, proche des membres des Frères Musulmans, vient d’etre légaliser.

Le gouvernement tunisien d'union nationale a décidé de reconnaître le mouvement islamiste tunisien Ennahda (Renaissance) interdit sous le régime de l'ex-président Zine El Abidine Ben Ali.

Son porte-parole, Ali El-Aryadh a déclaré : « Le mouvement Ennahda vient d’être légalisé. Le récépissé a été remis par le ministère de l’Intérieur à M. Noureddine Bhiri, membre du bureau exécutif du mouvement » .

Ennahda a été fondé en 1981 par Rached Ghannouchi avec des intellectuels inspirés par les Frères musulmans égyptiens. Environ trente mille militants et sympathisants islamistes avaient été arrêtés dans les années 90. Rached Ghannouchi, auteur de diatribes violemment anti israéliennes et antisémites, est rentré le 30 janvier 2011 en Tunisie après un exil de vingt ans à Londres.

L’inquiétude vient du faite que  la majorité des tunisiennes n'ont pas envie d'une révolution à l'iranienne qui les ramène vers un régime musulman anti-démocratique. Ayant appris que le barbu Rachid Ghannouchi, décrit comme un Khomeini, dispose désormais de ce parti islamiste, les intégristes  tunisiens ont accueilli la nouvelle avec une immense joie.

Ce parti islamique est le reflet de la pensée des Frères Musulmans et de leur obscurantisme. Ennahda a toujours effectué un prosélytisme efficace chez les jeunes tunisiens. Ce mouvement se réfère largement aux écrits de Sayyid Qutb, Hassan El-Banna et Sayyid Abul Ala Maududi. Il considère que la souveraineté dans l'État musulman « appartient à Dieu » et non pas au peuple lui-même. (Note de JPG : c'est ce que les médias français appellent le post islamisme)

Les acquis de la laïcité de l’État, mais aussi les droits des femmes libres et des minorités non musulmanes seront fortement menacés. Rappelons que sous l’impulsion énergique du président Habib Bourguiba, la Tunisie s’est ouverte à l’Occident émancipateur, et le statut de la femme tunisienne ne paraissait pas être un jour remis en cause. L’opposition laïque craint que ces quelques avancées soient menacées par un retour en force des revendications islamistes.

Les islamistes, qui n'ont pas joué un rôle moteur dans « la révolution du jasmin », cherchent à faire  basculer, lentement mais sûrement, le pays dans l’obscurantisme religieux, surtout, surtout, avec le peu de résistance des élites. L'offensive islamiste a été lancée depuis quelques semaines dans les médias, dans la société civile et  bientôt dans les institutions et les lois du pays.

Ftouh Souhail

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz